La Thaïlande vise une reprise économique complète en 2024

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 25/02/2022 à 02:49 | Mis à jour le 25/02/2022 à 10:17
Photo : Reuters - Le ministre thaïlandais des Finances, Arkhom Termpittayapaisith
Ministre-Finance-Arkhom-Thailande

Les politiques budgétaires et monétaires de la Thaïlande visent un objectif de croissance de 4% cette année et une reprise économique complète d’ici 2024, a déclaré jeudi son ministre des Finances.

 

"La coordination entre les politiques monétaire et budgétaire se poursuivra jusqu'à ce que nous soyons convaincus que l'économie est complètement rétablie", a déclaré jeudi le ministre thaïlandais des Finances, Arkhom Termpittayapaisith, lors d'un séminaire d'entreprise, soulignant que la banque centrale prévoit un retour aux niveaux pré-pandémiques en 2024.

Après avoir subi une contraction de 6,2% en 2020 en raison des mesures strictes imposées pour lutter contre l’épidémie de SARS-CoV-2, l’économie thaïlandaise a atteint une croissance de 1,6% de son PIB l'année dernière.

 

Impact du conflit russo-ukrainien

Le ministre des Finances a déclaré que le conflit entre la Russie et l'Ukraine risque d’affecter la Thaïlande, non seulement en termes d’échanges commerciaux mais aussi du point de vue du tourisme, car nombre de voyageurs internationaux viennent de Russie.

En janvier, environ 18% des quelque 134.000 touristes ayant séjourné en Thaïlande étaient russes. Avant la pandémie, le tourisme venant de Russie représentait 102 milliards de bahts (2,8 milliards d’euros) pour le royaume, selon les données officielles.

La banque centrale de Thaïlande a laissé depuis 2020 son taux d’intérêt directeur à 0,50%, son niveau le plus bas, afin de soutenir l'économie, tandis que le gouvernement a mis en place depuis le début de la pandémie toute une série de mesures d’aides diverses soutenues par un plan d’emprunt de 1.500 milliards de bahts.

Selon Arkhom Termpittayapaisith, il reste de ce plan 100 milliards de bahts pour soutenir l'économie.

Le gouvernement empruntera principalement sur le marché intérieur en raison des liquidités élevées et empruntera environ 500 millions de dollars au Japon cette année, a-t-il déclaré, ajoutant que d'autres prêts étrangers seraient envisagés plus tard si nécessaire.

Le ministre a dit s'attendre à ce que la dette publique atteigne 62% du produit intérieur brut à la fin de l'année fiscale en cours qui se termine en septembre, contre 59% à la fin décembre.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale