Édition internationale
  • 0
  • 0

L’armée thaïlandaise n’est pas prête pour le F-35 estime Washington

Chasseur-F-35-Robert-SullivanChasseur-F-35-Robert-Sullivan
Robert-Sullivan CC - La Thaïlande avait débloqué l'année dernière un budget de 13,8 milliards de bahts pour acquérir
Écrit par La rédaction de Bangkok
Publié le 27 mai 2023, mis à jour le 27 mai 2023

L'armée de l'air thaïlandaise a annoncé jeudi que les Etats-Unis avaient refusé de lui vendre des chasseurs furtifs F-35 car elle n’avait pas les compétences requises pour ce niveau de technologie.

La Thaïlande, l'année dernière, avait débloqué un budget de 13,8 milliards de bahts (l'équivalent de 370,4 millions d’euros aujourd'hui) pour l’achat de nouveaux chasseurs afin de renouveler sa flotte vieillissante, notamment ses F-5 et F-16 américains. 

L’armée envisageait d’acquérir jusqu'à huit jets F-35A du constructeur Lockheed Martin.

Mais la vente de ces chasseurs de cinquième génération était soumise à un certain nombre de conditions -des contraintes de temps, des exigences techniques et une maintenance compatible-, les États-Unis n'ont donc pas été en mesure de consentir à la vente, a indiqué dans un communiqué le porte-parole de l'armée de l'air, le maréchal en chef de l'air, Prapas Sornchaidee.

Le F-35 est l'un des avions de combat les plus sophistiqués au monde et son exportation est considérée comme une affaire très sensible. Il est vendu uniquement aux alliés les plus proches des États-Unis, qui dans l'Indo-Pacifique comprennent l'Australie, le Japon, la Corée du Sud et Singapour.

La Thaïlande, qui avait été désignée en 2003 par les États-Unis "Allié majeur non-membre de l'OTAN", possède actuellement 12 avions de chasse JAS-39 Gripen de fabrication suédoise en plus des appareils américains.

L'armée thaïlandaise utilise la technologie américaine depuis la guerre du Vietnam, lorsque la Thaïlande servait de base arrière à l'armée des Etats-Unis. La Thaïlande organise depuis de nombreuses années des manœuvres militaires annuelles intitulées "Cobra Gold" avec l’armée de l’Oncle Sam.

Néanmoins, ces liens de coopération ont été mis à mal ces dernières années par les deux coups d'État perpétrés par l'armée thaïlandaise en 2006 et 2014 contre des gouvernements élus, mais aussi par le tropisme de l’establishment militaro-royaliste thaïlandais vers la Chine, le grand rival des Etats-Unis.

Prapas Sornchaidee a indiqué que l'armée de l'air allait de toute façon remplacer ses avions F-16 et que les États-Unis avaient pour cela proposé les modèles F-15 et F-16 améliorés pouvant être livrés plus rapidement.

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions