Fin du test PCR à l’arrivée en Thaïlande pour les touristes vaccinés

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 22/04/2022 à 11:57 | Mis à jour le 27/04/2022 à 03:46
Photo : Photo : Reuters
Coronavirus-Thailande-remede_0

La Thaïlande s’apprête à supprimer son programme Test & Go. Dès le 1er mai, les voyageurs vaccinés ne devront plus se soumettre à un test PCR à l’arrivée. 

Le Centre for Covid-19 Situation Administration (CCSA) a annoncé ce vendredi 22 avril la fin du programme Test & Go. À partir du 1er mai, les voyageurs vaccinés en provenance de l’étranger ne devront plus se soumettre à un test PCR à l’arrivée. De plus, les voyageurs n'auront plus besoin de réserver un hôtel agréé SHA Extra+ ou dit de "Quarantaine Alternative" pour le premier jour de leur arrivée, et le montant de couverture minimum de l'assurance médicale obligatoire passera de 20.000 USD à 10.000 dollars.  

Les voyageurs devront néanmoins obtenir leur Thailand Pass avant de s'envoler pour le Pays du sourire.

De leur côté, les personnes non vaccinées devront présenter la preuve d’un test PCR négatif effectué dans les 72h précédant leur voyage ou alors seront mis en quarantaine pour une période de 5 jours, avec un second test PCR au jour 4 ou 5 - si le résultat est négatif, ils seront libres de circuler à travers la Thaïlande. Ils devront également avoir une assurance  médicale d’un montant minimum de 10.000 dollars. 

Selon le CCSA, la levée des tests PCR intervient alors que le taux d’infection est de seulement 0,46% parmi les personnes venant de l’étranger. 

Ces nouvelles mesures seront officiellement entérinées lorsqu'elles seront publiées dans la Gazette Royale. 

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

bencnx ven 22/04/2022 - 13:20

Il y a une imprécision dans l'article, voire une petite erreur.
Pour les personnes vaccinées, il n'y a besoin d'aucun test, ni au départ, ni à l'arrivée.
Un éventuel test antigénique ATK est conseillé si, dans le cours de son séjour en Thaïlande, une personne ressent des symptômes pouvant s'apparenter à ceux de la COVID-19.

Répondre
À lire sur votre édition locale