Le roi Égée et le retour tragique de son fils au Cap Sounion

Par Stéphanie Bordier | Publié le 26/08/2022 à 14:00 | Mis à jour le 06/09/2022 à 16:25
Une vue du temple de Poseidon au Cap Sounion

Le mythique Roi d’Athènes, Égée, n’avait pas de fils pour lui succéder. Inquiet de l’avenir de sa lignée et de la pérennité de son héritage, il se tourna vers les dieux de l’Olympe pour l'aider.

Sans réponse de Déméter, Artémis et Aphrodite qu'il pria constamment, le roi décida de rendre hommage à la Pythie de Delphes, la grande Oracle de la Grèce antique, en espérant qu’elle lui offrirait une prophétie pouvant l’éclairer. Ce nouvel échec le poussa à aller consulter son grand ami, le Roi Pitthée de Trézène. Pitthée comprit l'oracle et organisa, en présence de sa fille Aéthra, une fête pour Egée. Il attendit que la prophétie se réalise et de cette rencontre naquit Thésée.

Thésée et la conquête du Minotaure

Cette époque correspond à l’ère Minoenne où toute la Grèce était soumise au grand royaume de Crète qui dominait les mers. Les cités Grecques devaient alors offrir en tribut au roi Minos, 7 filles et 7 garçons, qui lui étaient livrés. C’est là que Thésée, une fois adulte, voyant la soumission de la cité à la Crète, entreprit une mission pour tuer le Minotaure et ainsi sauver les enfants d’Athènes.

Un lieu légendaire surplombant la mer

Égée accepta la mission à une seule condition: au retour de Thésée, le bateau devra porter des voiles blanches si son fils est en vie ou des voiles noires s’il a péri. Mais une fois sa mission réussie, Thésée oublia les instructions et ne changea pas la voile qui resta noire.  Le roi qui attendait impatiemment depuis plusieurs jours le retour de son fils depuis le Cap Sounion préféra se jeter dans l’eau que d’affronter la vue du corps de son fils. Ainsi fut nommée la mer Égée, qui porte encore son nom aujourd’hui.

Le Cap Sounion: un des sites le plus apprécié en Grèce

Avec ses deux sanctuaires surplombants la mer Égée, un pour Athéna et l'autre pour Poséidon, ce cap était nommé le "cap Colonna" jusqu’au XXe siècle et est situé à 65 km au sud-est d’Athènes, à l’extrémité de l’Attique. On le découvrit pour la première fois dans l’Odyssée d’Homère, sous l’appellation le « rocher sacré ». Il fait aussi partie d’un parc national forestier adjacent au site archéologique.

Le Temple de Poséidon

Le site le plus connu du Cap est le Temple de Poséidon, où selon la légende Zeus aurait accordé un temple à son frère afin d’apaiser sa colère, après qu’il ait perdu la bataille contre Athéna pour la suprématie de la ville d’Athènes. Le temple a été construit à 60 mètres au-dessus de la mer en 444 av. J.C., avec 34 colonnes de marbre de 6,10 mètres ( 15 sont encore visibles aujourd'hui). A l'époque, à cet endroit, les marins faisaient des offrandes pour apaiser les tempêtes, symboles de la colère de Poséidon. Un peu plus loin, on peut également voir les ruines du temple d'Athéna ainsi qu'une tour fortifiée.

Que faire dans les environs ?

Cette destination toute proche de la capitale permet d'allier d'autres activités. Vous y trouverez de très jolies plages et des tavernes sur le bord de mer. Nous recommandons la plage Legraina, petite crique sauvage aux eaux turquoise. À quatre kilomètres de là se trouve deux tavernes où manger du poisson frais:  O lias et Akrogiali.

Le coucher de soleil sur le Temple de Poséidon est décrit comme étant magique, essayez d'y aller en fin de journée! vous aurez également une vue splendide sur les îles de Makronissos et Kea ainsi que sur le Golfe Saronique ( si vous voulez rester plus longtemps, vous trouverez plusieurs hôtels sur place).

Infos pratiques: L’accès au temple d’Athéna est gratuit tandis que le billet pour le temple de Poséidon est à 10 € du 1er avril au 31 octobre et 5 € le reste de l’année. Les horaires d'ouverture sont de 9 h 30 au coucher du soleil pour celui de Poséidon et tout le temps pour celui d’Athéna.

Sur le même sujet
stéphanie bordier

Stéphanie Bordier

Responsable de l’Edition lepetitjournal d’Athènes j’accompagne la communauté francophone basée en Grèce. Née à Genève et après plusieurs années à l’étranger , j'ai choisi la capitale hellénique pour poursuivre ma carrière.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Athènes !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale