Juan Carlos Vaamonde: "L'Espagne a une situation géostratégique pour Data4" premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 15/10/2022 à 14:00 | Mis à jour le 17/10/2022 à 12:39
Photo : Juan Vaamonde
Juan Vaamonde, Spain Country Manager de Data4 Group

Data4, le géant français des data centers, a débarqué en 2019 en Espagne, qui devient le pôle numérique du sud de l'Europe. Son Country Manager a reçu lepetitjournal pour nous expliquer leur stratégie.

 

 

Pour Data4, investir en Espagne était devenu une évidence. Comme le souligne Juan Carlos Vaamonde, Spain Country Manager de Data4 Group, "l'Espagne est le prolongement naturel de la croissance de Data4. Nous venons de France, nous nous sommes développés en Italie et maintenant nous continuons à nous développer et à couvrir le territoire européen, c'est une croissance organique et naturelle d'un acteur européen".

Data4 va doubler ses investissements en Espagne

Cependant, ils n'imaginaient pas à quel point leurs prévisions seraient vite dépassées en Espagne. Ainsi, lorsqu'ils avaient annoncé leur arrivée à Madrid, Data4 avait prévu d'investir 150 millions entre 2019 et 2025, mais en moins de deux ans l'entreprise française a déjà investi plus de 100 millions et le plan est de doubler ce chiffre initial pour atteindre 300 millions en 2025.

Data4 est le numéro un en Europe: Penser localement, agir localement et assurer la souveraineté des données.

Data4 compte actuellement un centre de données de 20 MW, et ils en construisent un autre de 10 MW et ont acheté le terrain pour un troisième.  Data4 prévoit également de créer un autre site dans la région de Madrid et de construire un centre à Barcelone.

 

L'intérieur du bâtiment data4 où sont les données
Un des salles de colocation et racks de Data4, où les données "vivent" / Data4

 

Il s'agit d'une véritable manne pour l'Espagne. "Il faut garder à l'esprit un fait intéressant -signale Juan Carlos Vaamonde-. Chaque euro investi dans l'industrie des centres de données a un impact de 12 euros sur le PIB, ce qui fait du secteur l'un des plus grands contributeurs à l'économie globale de l'Espagne".

Situation géographique stratégique de l'Espagne

Pour Data4, l'Espagne constitue la plate-forme avec le sud de l'Amérique et avec la côte ouest de l'Afrique. L'Espagne péninsulaire lui permet en effet de disposer d'une connexion directe avec les États-Unis, alors qu'il fallait habituellement passer par l'Irlande ou l'Angleterre; d'une connexion directe avec l'Europe au nord et à l'est; d'une connexion à seulement 14 kilomètres avec l'Afrique au sud et d'une puissante relation historique avec l'Amérique du Sud, qui dispose également du premier câble sous-marin reliant la péninsule ibérique au Brésil.

 

Carte de l'Espagne et les tables sous-marins
Carte des différents tables sous-marins qui connectent Madrid

 

"Les clients veulent le plus de connectivité possible. L'important pour Data4 n'est pas seulement de s'étendre dans le sud de l'Europe – explique son responsable en Espagne-, mais aussi de fournir une meilleure connectivité mondiale, notamment vers l'Amérique latine. En effet, avec les nouveaux câbles sous-marins déjà en service qui relient l'Amérique du Nord et du Sud à l'Espagne, la position de l'entreprise en tant que principal lien avec le marché latino-américain est assurée. À la vitesse de la lumière, nous touchons plus de 1,6 milliard de personnes en moins de 30 millisecondes".

Mais pourquoi Madrid?

Juan Carlos Vaamonde est très clair sur ce point. "Madrid a une position centrale, c'est un carrefour pour les interconnexions. Vous pouvez voir sur la carte le caractère radial de l'Espagne et Madrid a pour cela un avantage certain. De plus, Alcobendas bénéficie d'un emplacement idéal, proche de l'aéroport, qui est à 10 minutes, très bien communiqué, un bon emplacement international, et le temps nous a donné raison. Madrid est l'un des marchés émergents les plus importants".

Les clients veulent le plus de connectivité possible. À la vitesse de la lumière, nous touchons plus de 1,6 milliard de personnes en moins de 30 millisecondes.

Assurer la souveraineté des données

La position géostratégique de l'Espagne est d'autant plus importante pour Data4 depuis la pandémie. "Nous sommes 100% européens et cela nous donne certains avantages – affirme Juan Carlos Vaamonde. Le centre de décision est en Europe et quand il y a eu la pandémie, nous l'avons constaté avec nos concurrents. Par exemple, l'accès depuis les États-Unis était fermé en Europe. Avec la pandémie, nous avons maintenu l'accès ouvert et nous avons amélioré la sécurité. Avoir le centre de décision éloigné est un risque. Nous opérons en Europe et nous sommes le numéro un en Europe. Penser localement, agir localement et assurer la souveraineté des données. Il peut y avoir des problèmes d'interférence entre les gouvernements, mais pas au sein de l'Union européenne".

 

Salle de refroidissement de data4 avec des gros tuyaux pour l'eau
Salle des pompes, où l'eau circule dans les pièces pour refroidir les racks / Data4

La pandémie, un catalyseur pour les data centers

Le secteur des centres de données a connu une croissance importante ces dernières années. "La pandémie a été un accélérateur de la transformation numérique pour toutes les entreprises -reconnait Vaamonde-, quelle que soit leur taille et les centres de données sont devenus un élément indispensable de l'écosystème informatique à tous les niveaux. En outre, le télétravail a entraîné une augmentation massive du volume des données échangées".

Il est urgent que le gouvernement espagnol classe le secteur des centres de données comme électro-intensif afin de ne pas perdre en compétitivité

Juan Carlos Vaamonde constate même que l'Espagne est passée en quelques années d'un extrême à l'autre. "Actuellement, en Espagne, nous sommes passés de la phase 'rien dans le cloud' à 'tout dans le cloud'. Aux États-Unis, ils sont maintenant passés à la phase suivante du 'pas tout dans le cloud' et, comme toujours, c'est un mouvement de balancier. Par contre, il est certain que nous ne reviendrons pas totalement en arrière au 'rien dans le cloud'".

 

Juan Baamonde au coeur du bâtiment
Juan Vaamonde au coeur du bâtiment Data4, où circulent les données

 

Et tout porte à croire qu'ils vont continuer à croître, car selon une étude du cabinet de conseil Grand View Research, le marché européen de la colocation de centres de données a atteint 12,81 milliards de dollars en 2020, et devrait avoir un taux de croissance annuel de 13,1% entre 2020 et 2028, pour atteindre 33,66 milliards de dollars.

Une nuage noir sur le secteur du cloud

Le seul nuage sombre qui survole le secteur des data centers est le prix et la provenance de l'énergie. Pour Data4, il est indispensable d'être neutre en carbone, avec de l'électricité provenant d'énergies renouvelables et des capacités issues du marché énergétique espagnol. "Plus de 60% de l'énergie que nous produisons est 100% renouvelable, nous avons un certificat d'origine renouvelable, la Pologne est à 60% et la France à 70% nucléaire".

L'urgence de déclarer le secteur electro-intensif

Mais le secteur est surtout particulièrement touché par l'augmentation du prix de l'électricité, avec 30-40% des coûts liés à l'énergie. "Il est urgent que le gouvernement espagnol classe le secteur des centres de données comme électro-intensif afin de ne pas perdre en compétitivité -explique Juan Carlos Vaamonde-, car actuellement nous sommes désavantagés. Il est déclaré comme tel en France, en Scandinavie, en Irlande et aux Pays-Bas, où le secteur bénéficie d'une réduction des taxes et des prélèvements sur le prix de l'énergie." En France, par exemple, il a été établi que le secteur est "extrêmement critique" pour le pays. La taxe sur l'électricité applicable aux centres de données a ainsi été réduite de 50% et des efforts sont déployés pour encourager la construction de nouveaux centres de données.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale