Adrien Hardy : "Financer ses rêves d'aventure grâce à l'immobilier"

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 02/05/2022 à 23:50 | Mis à jour le 04/05/2022 à 18:00
Photo : ©A. Hardy
Adrien Hardy auteur de Financer ses rêves d'aventure grâce à l'immobilier

Adrien Hardy après avoir travaillé quelques années pour des sociétés d´investissement immobilier a décidé d´investir personnellement dans l´immobilier pour réaliser ses rêves. Il a édité le livre « Financer ses rêves d'aventure grâce à l'immobilier » dans lequel il partage ses astuces et meilleurs plans pour concilier qualité de vie et achat immobilier. Lors de cette interview au Lepetitjournal il nous parle de son parcours qui l´a conduit à s´installer à Lisbonne il y a un an.


Après des études d'ingénieur en urbanisme et un mastère en asset management, Adrien Hardy a travaillé pendant plus de 6 ans en France et à l'international pour des sociétés d'investissement immobilier telles que Jones Lang LaSalle, Bouygues Immobilier et La Française. C´est à la suite de cette expérience qu´il a décidé d'utiliser ses connaissances pour investir à titre personnel dans l'immobilier afin de réaliser ses rêves, se créer une sécurité financière et la liberté qui en découle pour pouvoir voyager à travers le monde dans le cadre de son projet Blue Green Expedition et aussi se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Bref, « ne pas attendre une retraite hypothétique à 65 ans et plus », déclare-t-il.

A la fin de son aventure à travers le monde il a fait le choix de s'installer à Lisbonne pour un cadre de vie agréable et un peu de dépaysement pour une ville européenne : climat agréable, gentillesse des Portugais, sécurité avec nature et plages aux alentours.

 

Financer ses rêves d´aventure grâce à l´immobilier
©A. Hardy


Lepetitjournal : A la suite de deux années de voyages « découverte » vous décidez de partager à travers votre livre « Financer ses rêves d´aventure grâce à l´immobilier » la philosophie de vie que vous avez adoptée qui conjugue une attitude matérialiste, par le biais de l´investissement immobilier et une attitude éco-responsable. Comment conciliez-vous ces deux attitudes ?

Adrien Hardy : Justement, ce que j'explique c'est d'éviter d'acheter du matériel inutile, éphémère et des biens de consommation qui ne durent pas dans le temps. Investir dans l'immobilier qui est un actif tangible va à l'encontre de cela. De plus, justement cela rentre dans le cadre d'une démarche éco-responsable car je participe à l'amélioration du parc urbain et de l'environnement. Comme je l'explique dans une vidéo sur ma chaine YouTube, je préfère dépenser mon argent dans des expériences plutôt que des biens matériels et préfère la qualité à la quantité. J'ai tendance à adopter une démarche assez frugale et vivre en dessous de mes moyens.


Votre livre se veut, en quelque sorte, un guide pour initiés dans l´investissement immobilier, dans quelle mesure considérez-vous que tout le monde a les moyens d´investir dans l´immobilier ?   

Avant tout, je pense qu'il faut apprendre à bien gérer son argent et un budget, malheureusement, nous n'apprenons pas cela à l'école. Ensuite selon notre situation patrimoniale, notre capital et notre salaire, chacun a plus ou moins les moyens d'obtenir un crédit bancaire selon son échelle. Il y a toujours des possibilités, il ne faut pas forcément chercher trop gros au début mais plutôt commencer petit. J'encourage les personnes à plutôt investir régulièrement, chaque mois par exemple. Ensuite il existe des solutions comme s'associer à des personnes qui ont une situation financière plus favorable par exemple ou investir dans des fonds d'investissement. Aussi c´est pour aller à l´encontre de cette démarche d´investissement que j´ai créé ma plateforme Algae, où il est possible d'investir à partir de seulement 10€ par exemple. C'est avant tout un état d'esprit et une motivation à développer.

 

Pouvez-vous nous dire ce que vos expériences de voyage vous ont apporté et ce qui vous a le plus marqué ?

Mes expériences de voyage m'ont beaucoup apporté, et je dois dire que je dois encore bien assimiler toutes ces expériences et rencontres réalisées lors de ces près de 30 pays visités ces 3 dernières années...

Même si j'estimais déjà me satisfaire de peu, en vivant 1 mois dans la jungle en Bolivie avec des indigènes sans électricité et eau potable, j'ai notamment appris à vivre encore plus simplement. J'ai également pu développer ma débrouillardise au Nicaragua où j'ai traversé le pays du sud au Nord en prenant 7 transports différents et en faisant du stop.

Des moments forts en émotion aussi sont par exemple avoir vu de très près le volcan El Fuego au Guatemala en éruption ou bien nager avec les requins-baleines au Mexique ou alors parcourir le Nord du Vietnam à moto.

Ce qui m'émerveille toujours, peu importe le pays où je vais c'est de voir l'innocence des enfants, leur joie de vivre, c'est souvent flagrant le sourire sur leur visage comme notamment aux Philippines où j'ai participé à des nettoyages de plages. Cela me rappelle cette citation d'Abraham Sutzkever « Qui garde son âme d'enfant ne vieillit jamais. »

 

groupe d´enfants aux philippines
©A. Hardy


Justement, suite à vos voyages, comment a surgi l´idée de créer une start-up, en particulier à Lisbonne, pour développer votre projet Algae, une application d´investissement immobilier. Comment fonctionne celle-ci ?

L'immobilier est par nature un actif très local et j'avoue qu'en voyageant aux quatre coins du monde, j'étais frustré de rencontrer des difficultés à investir dans la pierre sans en perdre l'aspect concret. J'avais envie de flexibilité et cela n'est pas évident d'investir en même temps.
Du coup j'investissais dans des produits plus digitaux comme la bourse et les crypto-monnaies. Mais ces derniers sont plus volatiles, ainsi est venue l'idée de l'associer à l'immobilier pour « protéger » son patrimoine sur du concret.
Par ailleurs, après avoir publié mon livre et être intervenu lors de conférences, plusieurs personnes sont venues me voir en me disant qu'elles souhaitaient investir mais n'avaient pas forcément le temps de le faire par elles-mêmes ou que le ticket d'entrée était trop élevé. Ces différentes raisons associées au fait qu'il peut être difficile pour certains profils d'obtenir un crédit bancaire ou que l'immobilier est peu liquide, j'ai souhaité apporter une solution innovante.


Qu'est ce qu'elle apporte de différent qui puisse intéresser les investisseurs dans l'immobilier ?

C'est la première application mobile basée sur la blockchain. L'idée est de démocratiser l'investissement immobilier et de s'adresser à tout le monde avec une expérience utilisateur ultra-simple.

C'est également la première plateforme européenne qui permet d'investir à l'international avec déjà dès le début une double présence en France et au Portugal. Par exemple, le premier bien à financer actuellement est la transformation d'un ancien garage délaissé en un espace coworking de 400m2 à Lisbonne. Ce qui m'anime, c'est de transformer des biens obsolètes a priori sans valeur en leur proposant un usage nouveau. Nous souhaitons avoir un impact positif sur l'environnement et proposer une véritable aventure humaine comme je le raconte dans mon livre finalement.
De plus, ce lieu de vie aura également sa présence dans le metaverse (un espace collectif et virtuel partagé), il s'agit véritablement d'une opération unique en Europe !

 

Comment voyez-vous l'évolution de ce projet ?

Nous avons de grandes ambitions pour ce projet et une roadmap bien établie. Personnellement mon but n'est pas nécessairement de chercher à gagner de l'argent à tout prix mais plutôt de créer un produit et une solution qui apporte réellement quelque chose d'innovant pour les utilisateurs ainsi que sur la société et l'environnement.

C'est pour cela qu'il y a une dimension importante liée au développement personnel et la psychologie dans le développement de l'application qui correspond très bien à l'univers de mon livre, à savoir réaliser ses rêves et voir la vie comme une aventure.

 

Propos recueillis par Maria Sobral

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale