Jeudi 3 décembre 2020

Une île, une maison : l’habitat perché des Korowai

Par Valérie Pivon | Publié le 13/08/2020 à 22:30 | Mis à jour le 13/08/2020 à 22:30
Korowai habitat

La tribu des Korowai vit dans la province de Merauke à l’extrême Est de la Papouasie.  Leurs maisons sont à hauteur de canopée, elles peuvent atteindre entre 8 et 30 mètres de haut. En langue Korowai, ces maisons sont appelées «Chem».

 

Ces tribus ont vécu dans l’isolement le plus total jusque dans les années 1970 ; ce sont les missionnaires hollandais qui les premiers sont allés à leur rencontre. Leur population est estimée aujourd’hui à 2800. 

korowai habitat

Un habitat adapté à un mode de vie

Les maisons Korowai sont impressionnantes, elles peuvent culminer à plus de 35 mètres de haut, mais la majorité sont autour de 8 à 10 mètres. Cette architecture protège des moustiques, des voisins (rappelons que les Korowai pratiquaient le cannibalisme) et des mauvais esprits.

Afin de voir plus facilement les ennemis arriver, mais aussi les animaux comme les sangliers ou les serpents, les Korowai établissent leurs maisons dans une clairière dans laquelle ils trouveront les matériaux nécessaires à la construction. Chaque clan construit entre une et cinq maisons. Des arbres comme les grands banians ou d’autres appelés Wanbon sont sélectionnés pour servir de poteaux principaux. Par la suite, des petits poteaux sont ajoutés aux quatre coins de la maison pour servir de soutien supplémentaire. Le plancher est construit en premier, il se doit d’être solide car une dizaine de personnes et les animaux peuvent vivre dans la maison. Une attention particulière est portée sur l'installation du foyer : afin de pas risquer l’incendie, il repose sur une structure faite de branches recouvertes d’argile et il est suspendu au-dessus du vide avec des liens faits d’osier qui peuvent être sectionnés facilement en cas de problème.

Les murs sont faits à partir d’écorces ou de feuillages tressés, le toit est lui recouvert de feuilles de palmier. On accède dans les maisons par des escaliers faits dans un tronc entaillé d’encoches pour permettre de grimper. Le soir, cet escalier est rétractable et rentré dans la maison. Lorsque la famille s’agrandit, on construit une nouvelle maison. Tant que la clairière permet de subvenir aux besoins, le clan reste ; lorsque la nourriture tel le sagoutier, base principale de l’alimentation, diminue, les Korowai partent à la recherche d’un autre emplacement pour installer le clan.

La construction des maisons prend entre un et deux jours, leur durée de vie est environ de cinq ans. La durée de vie d’une maison est également la base calendaire des Korowai. 

Le sagoutier, base de l’alimentation

sagoutier Korowai habitat

Les Korowai sont des chasseurs cueilleurs, ils cultivent un peu dans les clairières, mais la base de leur alimentation provient :

 - du palmier sagoutier : le tronc du sagoutier râpé donne une fécule, le sagou, mais celle-ci possède très peu de valeur nutritive,

- des protéines sous forme de « larves capricornes » que l’on trouve dans les troncs de sagoutier,

- des sangliers sauvages.

 

Les Korowai aujourd’hui

Depuis les années 1980, le gouvernement indonésien a construit des villages pour ces populations qui petit à petit se sont rapprochées de la civilisation moderne au détriment de leur culture. La grande majorité des Korowai habitent dans ces villages désormais.

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.