Dimanche 26 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sumba – C’est la saison de la Pasola

Par Lepetitjournal Jakarta | Publié le 12/02/2019 à 23:30 | Mis à jour le 19/02/2019 à 08:11
pasola joute indonesie sumba

De part son isolement, l’île de Sumba surnommée « l’île des cow-boys des mers du sud » est sans doute l’une des moins connues des petites îles de la Sonde. Il se déroule en février et en mars des courses de chevaux un peu particulières : la Pasola.

La Pasola : l’un des derniers tournois médiévaux au monde

En sumbanais, Pa signifie homme seul et Sola javelot de bois : tout est dit. Autrefois un simple désaccord entre voisins, sur un titre de propriété ou bien sur le montant d’une dot, était prétexte à des guerres tribales et ne pouvait se résoudre que par des combats mortels. Au XVIIe siècle, les missionnaires de la Société des missions étrangères créée à Paris en 1658, venus évangéliser la Chine et le Sud-Est asiatique, s’efforcent de canaliser la violence qui régit les rapports sociaux et organisent une joute unique : la Pasola.

La Pasola est aussi étroitement liée à la religion Merapu pratiquée à Sumba. Le Merapu est une religion animiste basée sur le culte des ancêtres. Cette cérémonie est aussi destinée à demander aux esprits d’apporter pluies et bonnes récoltes sur l’île.

Le rôle des Ratus ou "chaman" dans l’organisation des cérémonies

rate pasola summa

Une légende explique l’origine de la pasola : Il y a très longtemps, le roi de la lune avait une très belle fille appelée Nyala. Elle prit pitié de la souffrance humaine et se sacrifia pour assurer la fertilité sur terre. L’apparition des étranges vers marins multicolores appelés Nyale détermine le début des cérémonies. Ils dérivent chaque année sur les côtes de Sumba et représentent le corps de la princesse qui apporte fertilité et fécondité sur l’île.

Ce sont les ratu ou chaman de la religion Merapu qui ont pour charge de déterminer le calendrier des pasolas. L’arrivée de ces vers multicolores vers le 8ème et 9ème jour de la pleine lune, à marée basse permet de fixer les dates des joutes. Du nombre de vers trouvés dépendra bonnes ou mauvaises récoltes. S’ils sont nombreux, les récoltes seront abondantes, par contre peu de vers entrainera de médiocres moissons, la pasola tiendra ici un rôle primordial. 

summa pasola

Le déroulement du tournoi :

Sur la tempat pasola, plaine dédiée au tournoi, des groupes de cavaliers représentant chacun leur village vont se faire face. Armés de lances en bambou épointées, ils vont se livrer bataille. Toute la journée, les charges se succèdent, les cavaliers se détachent pour narguer l’équipe adverse faisant preuve de stratégies qui honorent leurs ancêtres guerriers. Au cours des combats, le sang des hommes doit couler car cela permet de fertiliser la terre. Les vainqueurs de ces joutes bénéficieront à leur retour au village d’une aura quasi-religieuse. 

Lors de ces courses, les cavaliers revêtent leurs plus beaux ikats, pièces de textiles colorées nouées autour des hanches, ils glissent à leur ceinture une petite machette appelée parang souvent transmise de père en fils. Si par malheur un des chevaux est blessé, le mauvais sort s’acharnera sur le village une année entière.

Le sandalwood, petit cheval de Sumba

sumba pasola

Les chevaux sont de petites tailles, pouvant atteindre 1,35 m, ils sont rapides et vifs, tout à fait adaptés au climat et aux plaines sèches de Sumba. Leur nom provient du bois de santal qui était produit en grande quantité sur l’île, aujourd’hui disparu. Ces chevaux auraient fait leur apparition sur l’île au début de l’ère chrétienne et auraient été croisés avec des purs sangs arabes. Pour ces cérémonies, les chevaux sont eux aussi richement parés.

La symbolique de la Pasola

On retrouve au sein de ces cérémonies plusieurs symboliques. Tout d’abord celle de la violence, ces joutes permettent aux clans rivaux de régler leurs querelles qui sont pour certaines ancestrales. La symbolique des airs et des astres est importante : lorsque le javelot s’élève dans les airs, il entre en contact avec les ancêtres et retombe selon leur volonté; et la ronde circulaire des chevaux évoque la course des astres. Et puis bien sûr une symbolique de fertilité : lors de ces tournois, les guerriers revêtent leurs plus beaux vêtements, car la pasola est aussi un moment de l’année où l’on peut rencontrer une jeune fille. Que dire du guerrier qui rentre vainqueur dans son village, il est assuré de trouver une fiancée.

 

Prochaines Pasola :

Pasola  Maliti Bondo ate : 7 mars 2019

Pasola Waiha : 8 mars 2019

Pasola Wainyapu : 9 mars 0219

Crédits photos : Corinne C

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com jakarta

Lepetitjournal Jakarta

L'édition de Jakarta de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir