Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’incroyable histoire que cache la collection de céramiques du musée

Par Corinne Gaminde | Publié le 02/04/2019 à 23:30 | Mis à jour le 03/04/2019 à 13:13
musée national Jakarta céramiques collection E.v.O de Flines

 

Nous vous proposons une série Pusaka inspirée par les objets exposés au Musée National de Jakarta. Pusaka est un terme sanskrit qui signifie trésor et héritage.

 

Le musée national de Jakarta réunit une impressionnante collection de céramiques qui a été offerte par un généreux donateur, Egbert van Orsoy de Flines en 1932. C’est une des collections de céramiques chinoises les plus importantes et complètes au monde hors de Chine.

E,V.O de lines ceramiques Jakarta musée national

 

Van Orsoy de Flines descend d’une famille d’armateurs hollandais qui comptait sur sa collaboration dans l’affaire familiale. Mais à 21 ans, le jeune homme préfère la vie dans les colonies, et après avoir passé cinq ans au Surinam comme employé de banque, il s’embarque  pour l’archipel indonésien, autre colonie hollandaise. Il s’installe à Ungaran au sud de Semarang en 1913 pour devenir planteur. Et c’est là qu’il commence à collectionner les céramiques chinoises venues des quatre coins de l’Indonésie. En vingt ans, il rassemble plus de mille pièces couvrant toutes les dynasties chinoises du 2èmesiècle avant notre ère au XVIIIème siècle.  

 

Dans la capitale Batavia, la Société Royale des Sciences et des Arts dirige un musée qui abrite des milliers d’objets acquis au cours de trois siècles de colonisation hollandaise. Mais la salle des céramiques ne compte que quelques pièces.

 

Van Orsoy de Flines décide de changer de vie et offre la totalité de sa collection de céramiques et porcelaines au musée. Il la suit à la capitale, n’ayant ni femme ni enfant à charge.  Il tient à sa collection, c’est ce qu’il a de plus cher au monde. 

La Société Royale lui offre le poste de gardien des céramiques et lui propose une petite maison dans l’enceinte du musée. Dès lors, il se consacre entièrement à l’étude des céramiques, continue à agrandir la collection, acquiert d’intéressantes céramiques thaïes et vietnamiennes, avec une petite contribution de la Société Royale et une grande participation financière personnelle. Toutes ses économies y passent.  

Il écrit un guide sur l’histoire des céramiques chinoises, qui est une référence aujourd’hui encore. Nommé conservateur du département des céramiques, il travaille avec ardeur et sans relâche, se consacrant entièrement à sa passion jusqu’en 1959, date à laquelle le premier Président de la jeune République Sukarno décide de renvoyer tous les fonctionnaires hollandais aux Pays-Bas.

Van Orsoy de Flines est obligé d’abandonner sa collection qui lui tient tant à cœur pour rentrer dans son pays d’origine. Seul et pauvre, il décède cinq ans plus tard en 1964.

musée jakarta céramiques collection

 

À son départ, la collection du Musée National compte  4500 céramiques et 500 tassons. Témoin du patrimoine national,  la collection de céramiques est aussi une importante source d’informations sur l’histoire du pays et témoigne des échanges commerciaux intensifs qui ont eu lieu depuis des millénaires. 

 

Les céramiques sont exposées au 4ème étage de la nouvelle aile du musée ainsi que dans l’ancienne aile (actuellement fermée pour rénovation).

 

 

Pusaka est un mot magique en indonésien dont les nombreuses significations « héritage, patrimoine, propriété, ancestral, reliques, don sacré » englobent tous les biens précieux, de grande valeur, transmis de génération en génération dans le clan familial.

Ces objets de prestige démontrant le statut familial sont conservés dans les maisons adat (maisons des ancêtres) et utilisés avec grand soin durant des rites religieux traditionnels et échangés lors de mariages.

Adresse Musée National Jakarta : Jalan Merdeka Barat N12- Jakarta centre

fermé le lundi et jour férié - Horaire : 8.30 - 16h

Des visites gratuites du musée sont proposées tous les jours en anglais à 9h30 par les guides bénévoles de Indonesian Heritage Society .

 

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

VBM jeu 04/04/2019 - 13:01

Merci Corinne, quel plaisir de te lire et découvrir l'origine de cette collection !

Répondre
Commentaire avatar

jakarta@lepetitjournal.com jeu 04/04/2019 - 13:32

Merci Valerie de nous lire régulièrement, nous transmettons à Corinne.

Répondre

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.