Vendredi 30 octobre 2020

Kasicare : une plate-forme éthique pour le recrutement du personnel

Par Valérie Pivon | Publié le 30/08/2020 à 22:30 | Mis à jour le 02/09/2020 à 15:12
Kasicare recrutement personnel indonesie

Après avoir vécu 10 ans en Chine, Vi Ngyuen Hendrik suit son époux en Indonésie et s’installe en 2015 à Jakarta. Très active depuis son arrivée dans la capitale, ne serait-ce qu’à travers son blog Team Curiouselle cherche à s’impliquer davantage dans la vie économique du pays et crée Kasicare : plate-forme mettant en relation particulier et aide à la personne.

  

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est Kasicare ?

Kasicare est une plate-forme digitale qui simplifie la rencontre entre particuliers et prestataires de services à la personne (garde enfant, ménage, aide aux personnes âgées…).

Qu’est-ce qui a motivé votre volonté de créer Kasicare ?

L’idée est née des difficultés rencontrées lorsque je cherchais une solution pour la garde de mes enfants. Lorsque nous avons déménagé en Indonésie, je passais une grande partie de mon temps avec mes enfants à l’aire de jeu de notre appartement. C’est ainsi que j’ai rencontré des nounous et compris les défis auxquelles elles faisaient face, en particulier lors de la recherche d’un emploi.

L’éthique est au centre de votre projet, pourquoi ce choix ?

La plupart des travailleurs domestiques doivent faire appel à un agent pour trouver du travail. Ces agents échappent à toute réglementation et font trop souvent usage de pratiques abusives (commissions exorbitantes, retrait des papiers d'identité des travailleurs…). D’autre part, les travailleurs sont placés dans des familles dont ils/elles ne savent rien, ce qui donne souvent lieu à des recrutements ratés.

Avec Kasicare, j’ai voulu créer une alternative transparente, éthique et pratique. Notre service est gratuit pour les demandeurs d’emploi, qui postulent librement aux emplois qui les intéressent. Employeurs et travailleurs peuvent échanger et se rencontrer pour un entretien avant de se décider.

Par ailleurs, bien que le secteur des services à la personne emploie plus de 4 millions d'Indonésiens (et surtout d’Indonésiennes), il n’en reste pas moins informel. Ces travailleurs ne bénéficient pas des droits fondamentaux au travail, c’est pourquoi nous sensibilisons aussi nos utilisateurs sur les salaires, jours de congé, heures de travail, l'intérêt d’utiliser un contrat de travail...

Comment fonctionne votre plate-forme? Combien de personnes sont inscrites sur votre site ?

Notre réseau compte aujourd'hui plus de 3000 demandeurs d’emplois, avec environ une moitié ayant travaillé pour des familles expatriées à Jakarta ou à l'étranger (Hong-Kong, Singapour, Moyen-Orient...). Il y a grande variété de profils: des cuisinières habituées à travailler avec des familles de diplomates, des femmes de ménage anciennement employées à bord de croisières internationales, ou encore des institutrices reconverties dans la garde d’enfant...

Pour démarrer une recherche, il suffit de remplir le formulaire disponible sur notre site www.Kasicare.com. Avec ces informations, nous générons une offre d’emploi que nous partageons avec notre réseau, puis transmettons les profils des candidats à l’employeur qui pourra ainsi sélectionner ceux/celles à interviewer.

La concurrence ?

Notre service s’adresse autant aux familles expatriées qu’aux familles indonésiennes. Du côté indonésien, nous avons des milliers de petits concurrents : agences et agents peu professionnels jouant le rôle d'intermédiaire. Du côté des expatriés, nous n’avons pas de véritable concurrent, la plupart des familles s'appuyait jusqu’ici sur le bouche à oreille. Notre service leur permet désormais d’identifier facilement un plus grand nombre de profils qualifiés.

Avec la situation actuelle du marché du travail dans le domaine d’activité de l’aide à domicile, vous devez être confrontée à une forte demande de chercheurs d’emplois ?

Oui, la crise du Covid-19 exacerbe les inégalités et n’a pas épargné les travailleurs domestiques. Beaucoup ont été licenciés et on voit aussi plus de candidats issus d’autres secteurs (hôtellerie, restauration..).

Malheureusement, les recrutements sont en baisse et les annonces que nous publions reçoivent des centaines de candidatures.  

 

Comment voyez-vous l’évolution de Kasicare ?

La société est établie depuis quelques mois seulement donc tout reste à faire pour permettre au plus grand nombre de particuliers et travailleurs de se rencontrer. J’ai d’autres projets, dans le domaine de la formation cette fois, et j'espère pouvoir vous en dire un peu plus l'année prochaine!

 

Pour plus d'informations : cliquez sur Kasicare 

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Jakarta

ÉCHAPPÉE BELLE

Les îles Karimun Jawa ou 50 nuances de bleu

Du bleu, du bleu et rien que du bleu ! C’est ainsi que l’on pourrait décrire l’archipel des Karimun Jawa. Partons à la découverte de ce petit paradis encore peu fréquenté.

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.