Mardi 28 septembre 2021
TEST: 3629

Que deviennent les guides touristiques en Inde depuis mars 2020 ?

Par Anaïs Pourtau | Publié le 02/06/2021 à 17:15 | Mis à jour le 03/06/2021 à 14:24
Photo : Abhimanyu, guide touristique en Inde
Abhimanyu guide touristique en Inde

Les visas touristiques n’étant plus délivrés depuis plus d’un an, le secteur souffre affreusement. Lepetitjournal de Chennai s’est mis en contact avec Abhimanyu Singh, guide indien francophone, pour nous raconter son métier et ce qu’il devient depuis un an.  

 

Le tourisme, le plus grand secteur de services en Inde

Abhimanyu exerce le métier de guide francophone, depuis sept ans. Depuis le mois de mars 2020, date à laquelle l’industrie du tourisme a été stoppée par le premier lockdown, il est sans travail. En effet, depuis quatorze mois, l’Inde ne délivre plus de visas touristiques et ferme ses frontières.

 

guide india inde

 

En Inde, le tourisme est la troisième industrie et le plus grand secteur de services. Selon le World Travel and tourism council (WTTC), le tourisme rapporte à l’Etat indien 240 milliards de dollars en devises en 2018, c’est à dire 9,2% du PIB (produit intérieur brut) et soutient 42,67 millions d’emplois, soit 8,1 % des emplois total en Inde. Rien qu’à Agra, ville où se situe l’incontournable Taj Mahal, 400 000 personnes vivent uniquement du tourisme !

Durant l’année 2019 l’Inde a accueilli 10,6 millions de touristes, avec une majorité de touristes américains. L’augmentation du secteur était telle, que le ministère du tourisme attendait 11 millions de touristes en 2020 et un taux de croissance à venir de plus 7,9 % par an. La douche a été glacée. Et ce ne sont pas les quelques touristes locaux en 2021 qui la réchaufferont…

 

 

Être guide touristique en Inde

A l’obtention de son master en sciences sociales, Abhimanyu suit une formation approfondie dans le tourisme, afin d’obtenir un diplôme d’Etat. En 2010, il intègre l’Alliance française de Pondichéry pour y apprendre le français et approfondir sa connaissance de la culture française. [ndlr : La réputation de l’Alliance française dans cet ancien comptoir français, attirent la plupart des personnes souhaitant pratiquer aisément le français ou devenir guides.] Finalement, il obtient le Diplôme Etude de Langue Française, délivré par le Ministère français de l’Education Nationale.

 

alliance française india inde

 

Abhimanyu fait ce métier par amour de son pays. Il aime voyager et rencontrer de nouvelles personnes, faire découvrir les richesses artistiques et architecturales des différentes régions indiennes. Et il y en a des choses à découvrir, quand on sait que l’Inde fait 3,287 millions de km2, soit cinq fois la France ! Le territoire fait 3214 km du Nord au Sud et compte presque 1,4 milliards d’habitants. Les guides sont soit rattachés au Nord de l’Inde, soit au sud selon leur région d’origine. Néanmoins ils peuvent exercer dans tous les Etats de l’Inde, avec la condition pour un guide du nord d’être secondé d’un guide local lorsqu’il fait visiter un site du sud et inversement.

Un guide travaille du mois de septembre au mois de mars, en fonction du climat. La particularité de ce métier qui déplace, de ville en ville, des travailleurs durant la moitié de l’année, attire plus les hommes que les femmes. Celles-ci sont plus nombreuses à être guides touristiques en Inde du sud, que dans le nord. Théoriquement les tour-opérateurs et les agences de voyages doivent octroyer une rémunération minimum, négociée avec le syndicat des guides indiens et agréée par les autorités. Cependant, les agences ont parfois recours à des guides ni diplômés, ni licenciés, payés moins cher. Une « légende urbaine » laisse entendre que les guides touristiques touchent durant six mois de travail, des salaires mirobolants. En réalité, ce sont souvent les pourboires qui complètent des salaires, parfois aléatoires, selon les agences et la concurrence. De plus, les guides ont à leur charge leur hébergement et leur nourriture.

 

guide tourisme india inde
 Abhimanyu Singh, guide indien francophone

 

Enfin, il faut savoir qu’il existe vingt-deux langues constitutionnelles en Inde, dont les deux officielles sont l’hindi et l’anglais. Il peut être étonnant de réaliser qu’entre deux Etats indiens, les habitants ne pratiquent pas la même langue et peuvent ne pas se comprendre ! Alors imaginez ce qu’un Guide touristique devrait savoir pour travailler sur tout le territoire…Voilà pourquoi il se doit de parler au moins anglais, la langue du commerce et du tourisme. Abhimanyu parle et écrit couramment l’hindi, l’anglais et le français. Etre nomade durant six mois de l’année ne lui déplait pas. Des clients sont devenus des amis, certains qu’il retrouve d’une année sur l’autre. Il travaille en Freelance, c’est à dire qu’il travaille pour plusieurs agences de voyage (Asia, Club Méditerranée, Voyageurs du monde, Terres lointaines.). Certains clients sollicitent expressément sa présence, comme ce professeur de yoga français qui emmène ses élèves chaque année en voyage. Au fil des années, une forme de collaboration confiante s’est établie entre eux.

 

Les guides indiens se reconvertissent tant bien que mal

L’Inde ne délivrant plus de visas touristiques et fermant ses frontières, Abhimanyu n’a plus de travail depuis le 23 mars 2020. A ce jour, il n’a d’ailleurs toujours pas été payé puisque les bureaux de l’agence touristique à Delhi, sont toujours fermés. Nous discutons avec lui du désarroi de la plupart des guides face à cette mise au chômage à durée indéterminée ; le gouvernement n’octroie aucune aide financière au secteur touristique. Plusieurs guides ont cherché des travaux alimentaires, certains ont compté sur le soutien de la famille, d’autres se sont reconvertis dans l’agriculture ou travaillent dans des usines. D’autres encore ont décidé d’investir leurs économies dans les affaires.

 

rickshaw india inde vide

 

Abhimanyu a pu rentrer dans une importante entreprise d’informatique en février 2021 à 600 km de chez lui, il a la chance d’avoir fait des études supérieures qui lui offrent quelques opportunités. Pour beaucoup, ces reconversions tiennent tant bien que mal, avec l’économie du pays qui se paralyse par les lockdowns successifs. Aujourd’hui, rebelote et les hôtels, les restaurants ont fermés, les chauffeurs de bus, de voitures de tourisme, les conducteurs de rickshaws, les artisans, fabricants de souvenirs, n’ont plus rien. Tout le tissu économique est atteint.

 

A l’avenir, il est fort possible que l’Inde, comme d’autres pays, ne délivre de visa touristes qu’aux personnes vaccinés. La question se pose donc à tous, Indiens comme touristes :  Vais-je, ou pas, me faire vacciner ?

 

Nous vous recommandons
anais Pourtau 2

Anaïs Pourtau

Anaïs est éducatrice spécialisée auprès d'adolescents. Pendant ses voyages, elle tombe en amour pour l'Inde et ses paradoxes. Elle décide de s'installer à Pondichéry en 2020 et participer à l'aventure lepetitjournal.com.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Chennai ?

ENVIRONNEMENT

Deux nouvelles plages indiennes obtiennent le label pavillon bleu !

Une bonne nouvelle pour le Tamil Nadu : le ministre de l'Environnement a annoncé deux nouvelles certifications pavillon bleu : la plage de Kovalam, à Chennai et la plage Eden à Pondichéry.