Lundi 21 septembre 2020

Quelques différences culturelles entre la France et la Pologne

Par Zuzia Czekajewska | Publié le 13/08/2020 à 06:00 | Mis à jour le 13/08/2020 à 06:00
différences culturelles France Pologne Coronavirus

Aujourd’hui, nous allons vous montrer que des choses aussi simples que faire ses courses, prendre le bus ou se présenter revêtent en France et en Pologne des aspects bien différents…

 

Faire ses courses…

Si tu as déjà passé un peu de temps en Pologne et si tu y as fait tes courses, tu as sûrement entendu un vendeur (ou une vendeuse) te demander des pièces. Sans doute tu connais ce regard fortement agacé qui apparaît quand tu essaies de payer ton pain avec un billet de 50 zl… voire carrément assassin si tu sors un billet de 100 zl.

En fait, si tu veux éviter une telle situation et faire plaisir au vendeur, tu devrais préparer la somme exacte – plus tu donnes de pièces, meilleur client tu es. Il n’est pas rare que l’on te demande de payer par carte bancaire (même pour un coca). Le montant minimum pour pouvoir payer par carte bancaire n’existe plus et il est bien vu d’utiliser ta carte quoi que tu achètes. Ce n’est pas du tout pareil en France – n’y sors jamais ta carte si tu n’achètes qu’une pomme ! Beaucoup de magasins ont fixé un montant minimum et même s’ils ne l’ont pas fait, tu auras l’air bizarre en payant 50 centimes par carte bancaire. Tu auras l’air tout aussi bizarre si tu sors trop de pièces de ta poche. En revanche, en France, les billets ne sont pas aussi effrayants pour les caissiers et en général ils arrivent toujours à rendre la monnaie… comme par magie.

Comme on vient de le voir, en France ce n’est pas habituel de payer juste une pomme par carte bancaire. Mais d’une façon générale, en France ce n’est pas habituel d’acheter juste une pomme. En général, les Français adorent acheter par lots et par kilos. Bien sûr il y a beaucoup de Polonais qui font la même chose, mais il est sans doute plus populaire en Pologne de faire régulièrement de petites emplettes et d’acheter les choses à l’unité (UNE pile, UN yaourt, UNE canette de coca).

 

Dans le bus…

Si, malgré toutes ces difficultés, tu es parvenu à payer tes courses et tu veux rentrer à la maison en bus – il y a des choses que tu dois savoir. En Pologne il est plutôt mal vu de parler au conducteur. Dans beaucoup de villes ce n’est même pas possible parce que sa cabine est séparée par une vitre pare-balles. Peut-être suite à des mauvais souvenirs de luttes entre les mafias de Pruszków et de Wołomin dans les années 90… Avant, les conducteurs étaient censés vendre les tickets de bus mais c’était juste en théorie : ils n’en étaient pas obligés, ils ne rendaient pas la monnaie et très souvent ils te montraient clairement que ça les embêtait. Bon bien sûr, ce joyeux temps, c’était avant le corona, aujourd’hui tout contact de moins de 2 mètres avec le conducteur est interdit. Que tu sois masqué ne change rien à l’affaire. De toute façon, la première porte des bus est désormais condamnée.

En France, traditionnellement, il n’était pas mal vu de vouloir acheter un ticket dans le bus et souvent il est encore même obligatoire d’entrer par la première porte. Si on dit « bonjour » au conducteur il nous répondra alors qu’en Pologne dans le meilleur des cas il ne dira rien (bien sûr, il y a des exceptions). Ce qui peut être vraiment trompeur pour un Polonais en France, c’est que dans l’Hexagone il faut appuyer sur le bouton pour que le bus s’arrête : en Pologne ce n’est le cas que pour les arrêts optionnels (na żądanie), somme toute, assez peu nombreux…


Pour être juste il faut quand même remarquer que dans les petits villages en Pologne, le savoir-vivre dans le bus ressemble plutôt à celui de la France.

 

La bise

Une autre chose qui peut choquer un Polonais qui visite la France pour la première fois, c’est la façon de dire bonjour. En Pologne, les amis se prennent dans les bras, parfois ils s’embrassent sur la joue (ce qui est également courant dans la plupart des familles). Mais dans la majorité des cas, les gens qui se connaissent à peine, ne font que se serrer la main. Beaucoup d’hommes se comportent même avec beaucoup de vigilance à ce niveau pour ne pas sembler insuffisamment masculins. Alors les premiers contacts avec des Français qui jusqu’à peu embrassaient tout le monde pour dire bonjour (un oncle, une meilleure amie, un ami de l’ami de son ami etc.) pouvaient être un grand défi pour certains Polonais !

 

Vers une corona-évolution ?

Toutes les différences que vous venez de lire datent d’avant le corona mais dans le monde d’aujourd’hui les comportements dans l’espace public ne sont plus si différents dans le monde : maintenant il est préférable de ne payer que par carte bancaire, on doit se tenir à distance du conducteur du bus, on a peur de s’embrasser pour se dire bonjour, on achète des grandes quantités de tout pour éviter d’aller souvent au supermarché. Le coronavirus va-t-il rester longtemps et changer définitivement les coutumes de nos pays ? Et même s’il disparaît assez rapidement, les gens se seront-ils habitués aux nouveaux rituels de façon à ce que leurs habitudes soient profondément impactées ?

 

zuzia

Zuzia Czekajewska

Zuzia fait des études de pharmacie à Varsovie et elle adore visiter la France. Elle donne aussi des cours de français à des enfants.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu
INTERVIEW

Tilla Rudel, nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara

Cette semaine notre rédaction est allée du côté de Timișoara, une ville que nous affectionnons tout particulièrement, pour vous présenter la nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara, Ma