Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2297

Rétrospective Buñuel à la Filmoteca : quatre films projetés au mois de septembre

Par Paul Pierroux-Taranto | Publié le 17/09/2021 à 20:40 | Mis à jour le 17/09/2021 à 20:40
Photo : Viridiana (1961)
Rétrospective Buñuel à la Filmoteca : quatre films projetés au mois de septembre

C’est une rentrée cinématographique qui se place sous le signe du surréalisme. La Filmoteca de València propose une rétrospective entière sur Buñuel jusqu’à la fin de l’année. Quatre films du cinéaste aragonais seront projetés ce mois de septembre.

Les quatre films ont tous la particularité d’avoir été tournés au début des années soixante : Viridiana (1961), L'Ange exterminateur (1962), La Jeune Fille (1960) et Le Journal d'une femme de chambre (1964). Ces deux derniers seront projetés en version originale (en anglais et en français), accompagnés de sous-titres en valencien.

 

Viridiana : une Palme d’or et la censure

Le cycle Buñuel commence samedi 18 septembre à 18h00, dans la salle Berlanga de la Filmoteca, avec la projection de Viridiana.  Il s’agit du premier film espagnol de Buñuel après son exil au Mexique et en France. Il remporte la Palme d'or au Festival de Cannes en 1961, ex-aequo avec Une aussi longue absence d'Henri Colpi. Sa projection a lieu le dernier jour du festival alors que la Palme a déjà été remise à Henri Colpi. Après visionnage, le jury, conquis, décide de lui attribuer la distinction suprême.

Viridiana fait scandale. Le Vatican dénonce "l'impiété, le sacrilège et le blasphème de l'œuvre". Le film est immédiatement interdit par le régime franquiste et “dénaturalisé”, devenant mexicain grâce à l’intervention de Gustavo Alatriste. Il faudra attendre 1977, soit deux ans après la mort de Franco, pour qu’il sorte sur les écrans espagnols. 

Viridiana - élu meilleur film espagnol de tous les temps selon une enquête réalisée en 2016 par la revue Caimán Cuadernos de Cine - , raconte l'histoire de Don Jaime, un vieux noble espagnol, qui vit seul dans une hacienda abandonnée depuis la mort de son épouse. Il y reçoit la visite de sa nièce Viridiana, novice dans un couvent, qui ressemble étonnamment à sa femme.

Viridiana est projeté samedi 18 septembre à 18h00 et dimanche 19 septembre à 20h à la Filmoteca. 

 

La Jeune Fille 

Un an avant son départ pour l’Espagne, Buñuel réalise La Jeune Fille (‘La jove’) aux États-Unis. Le film est tourné en anglais avec des acteurs américains. 

Sur une île du sud des États-Unis vivent le vieux Pee Wee, sa petite-fille de quatorze ans Evvie, et Miller, le garde forestier. L'arrivée de Traver, un musicien de jazz noir fuyant une fausse accusation de viol, met en péril le plan violent et pervers de Miller pour séduire l'adolescente.

La Jeune Fille ('La jove') est projeté dans sa version originale en anglais avec des sous-titres en valencien mercredi 22 septembre à 18h00 et samedi 25 septembre à 20h30.

 

L'Ange exterminateur 

Face à la censure de Franco et l'interdiction de Viridiana en Espagne, Buñuel décide de rentrer au Mexique pour tourner L'Ange exterminateur, sans doute l'un de ses films les plus personnels. 

L'Ange exterminateur est un drame oppressant, noir, ouvert à de nombreuses lectures, mais aussi une critique féroce des valeurs de la bourgeoisie. Après s’être rendu à l'opéra, le couple Nobile offre à ses amis un dîner dans leur luxueuse demeure. L'agape terminée, les convives découvrent que, pour des raisons inexplicables, ils ne peuvent quitter les lieux, ce qui mettra leurs manières bourgeoises à rude épreuve… et fera disparaître, du même coup, tout le vernis des conventions sociales. 

L'ange exterminateur sera projeté vendredi 24 septembre à 18h00 et dimanche 26 septembre à 20h00 à la Filmoteca.

 

Le Journal d'une femme de chambre

À son retour en France, Buñuel réalise Le journal d'une femme de chambre, une adaptation du roman homonyme de Gustave Mirbeau à laquelle participe le jeune scénariste Jean-Claude Carrière, figure incontournable de la dernière étape de la filmographie buñuelienne.

Le film se déroule dans les années 30 : Célestine, une jeune parisienne, part travailler comme femme de chambre dans la maison d'une famille aristocratique de province. Sa présence va changer la vie des résidents excentriques du manoir.

Le Journal d'une femme de chambre est projeté dans sa version originale en français avec des sous-titres en valencien mercredi 29 septembre à 18h00 et samedi 2 octobre à 20h00 à la Filmoteca.

Paul Pierroux-Taranto

Paul Pierroux-Taranto

C'est enthousiaste et motivé que ce jeune Français, Valencien de coeur et d'origine, qui a travaillé dans le domaine de l'écriture et de la communication à Paris, rejoint lepetitjournal.com/valence en tant que rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir