Mia Van Lil : "L’Espagne et la Belgique partagent les mêmes valeurs"

Par Coralie Lambret | Publié le 07/05/2022 à 16:43 | Mis à jour le 07/05/2022 à 18:26
Mia van lil consule de belgique a alicante avec une veste verte

La Communauté valencienne et l’Espagne, de manière plus générale, entretiennent de très bons rapports avec la Belgique tant au niveau diplomatique, économique que touristique. À Alicante, se trouve le consulat de Belgique qui couvre une grande partie de l’Espagne. Nous avons rencontré Mia Van Lil, la consule de Belgique à Alicante, pour comprendre davantage son rôle vis-à-vis des Belges. 

 

Pouvez-vous nous rappeler votre parcours ? Comment êtes-vous devenue consule de Belgique en Espagne ? 

Mon tout premier contact avec une représentation diplomatique belge était dans les années 1980 en Afrique. Le consul nous avait aidés lors de la préparation d’un voyage en Somalie et cela avait éveillé en moi un intérêt particulier pour la diplomatie.

Ce qui m’a attirée dès le début, c’est le désir d’explorer d’autres lieux mais aussi la diversité des emplois car chaque poste est différent. L’aspect humain, le fait de pouvoir aider des personnes en difficulté m’attire dans le travail consulaire. Après avoir vécu quelques années au Kenya, je me suis inscrite pour le concours de la carrière extérieure.

J’ai été envoyée dans différents postes, pour la plupart dans des capitales européennes, et je suis restée également quelques années à Bruxelles avant d’être envoyée à Alicante.

 

Quelles régions d’Espagne couvrez-vous dans le cadre de vos fonctions ?

La juridiction du consulat de Belgique à Alicante couvre les provinces de Castellón de la Plana, Valencia, Alicante, Murcia, Almería, Granada et Málaga.

Ma mission est de diriger le consulat et de coordonner ses activités, d’assurer son bon fonctionnement, de défendre les intérêts des Belges et de représenter la Belgique au niveau du consulat.

 

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre mission ? Quels sont vos principaux axes de travail ?

Alicante est un poste consulaire pur-sang. Sa raison d’être s’explique par la présence d’une grande communauté belge avec plus de 16.000 inscriptions au consulat, d’ailleurs 55% de la population belge en Espagne réside dans notre juridiction.

Les tâches consulaires sont similaires à celles de la commune en Belgique ou la mairie en France, mais sont orientées vers les Belges résidant à l’étranger.

Le consulat aide aussi les Belges en détresse et/ou bloqués en Espagne. Il s’agit souvent d’incidents mineurs comme des vols de documents, par exemple, ou des victimes de pickpockets. Nous sommes tout de même régulièrement confrontés à des situations plus graves. Et les cas les plus difficiles peuvent être résolus souvent grâce aux bons contacts avec notre réseau espagnol.

Ma mission est de diriger le consulat et de coordonner ses activités, d’assurer son bon fonctionnement, de défendre les intérêts des Belges et de représenter la Belgique au niveau du consulat.

des personnes sur un banc avec la consule de belgique a alicante
L’équipe du consulat de Belgique à Alicante

 

Quelle impulsion souhaitez-vous donner à votre action en 2022 et pour les années à venir ?

Je souhaiterais intensifier les contacts avec les organisations belges et locales. Je suis arrivée en automne 2019 à Alicante, quelques mois avant la pandémie. C’était une période difficile pour tisser des liens. Maintenant que c’est à nouveau possible, je souhaite renouer les liens avec les organisations locales et  belges de la région et créer plus de moments d’échanges entre elles.

 

Vous représentez toutes les régions de Belgique en Espagne. Comment sont réparties les communautés flamandes, germanophones et francophones dans le pays ?

Notre ambassade à Madrid est la représentation diplomatique de la Belgique dans la capitale espagnole dans le cadre des relations internationales ; il y a un consulat général à Madrid et trois consulats en Espagne, à savoir ceux d’Alicante, Barcelone et Tenerife. Ce sont des structures fédérales.

Il y a aussi des représentants régionaux présents en Espagne. Par exemple, FIT Flanders Investment&Trade a une représentation à Madrid et à Barcelone, cette dernière est compétente pour Valencia. Citons aussi l’Office du Tourisme de la Flandre et de Bruxelles, Visit Flanders, à Barcelone. On retrouve également AWEX (Agence Wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers), qui a une représentation à Madrid et à Barcelone, compétente pour la Communauté Valencienne. 

La communauté francophone a également une représentation à Madrid grâce à WBI (Wallonie-Bruxelles international), qui travaille sur la culture francophone. Et finalement, en Espagne, on retrouve Visit Brussels, l’Office de tourisme de Bruxelles qui se situe à Barcelone. 

N’oublions pas non plus les nombreuses associations ou clubs créés par les expatriés néerlandophones et francophones de la région comme Amistades belgas de Levante, Les amitiés francophones de la Marina Alta, le VIW (Vlamingen in het Wereld) et tant d’autres !

En revanche, je n’ai pas connaissance d’associations belges qui promeuvent la culture germanophone ici, en Espagne.

L’Espagne et la Belgique partagent les mêmes valeurs notamment concernant les droits de l’homme, la communauté LGTB+, leur politique efficace en matière de genre, de changement climatique, de lutte contre le terrorisme,…

 

Quelles sont les principales composantes des relations entre la Belgique et l’Espagne en générale, et plus particulièrement avec la Communauté valencienne ?

La Belgique entretient des liens intenses avec l’Espagne. L’année passée, l’anniversaire des 100 ans de relations diplomatiques a été célébré (en 1921, les délégations diplomatiques espagnoles et belges furent élevés au rang d’ambassades). Sur le plan économique et commerciale, les Belges et les Espagnols se soutiennent mutuellement, ce qui se reflète dans leurs échanges commerciaux.

mia van lil avec un gillet jaune en train de couper un masque a alicante
Mia Van Lil participant à une action de protection de l’océan

 

L’Espagne et la Belgique partagent les mêmes valeurs notamment concernant les droits de l’homme, la communauté LGTB+, leur politique efficace en matière de genre, de changement climatique, de lutte contre le terrorisme,… Les deux pays sont des alliés au sein de l’UE et des organisations internationales. L’Espagne est aussi une des destinations les plus populaires pour les Belges.

L’ambassade possède ses interlocuteurs nationaux et internationaux dans la capitale et chaque consulat a ses relations à son propre niveau. Nous sommes en contact avec nos interlocuteurs de la Communauté valencienne, et avec les autorités locales.

Cela me fait plaisir de voir une si belle union entre La Base Culture et le Centre del Carme, dans la superbe ville de Valencia !

La culture est un pan essentiel de votre mission. Dans ce cadre, vous êtes venue à l’événement organisé par la Base Culture au Centre del Carme Cultura Contemporània (CCCC) à Valencia le 20 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale de la francophonie. Pourquoi était-ce important pour vous ?

En effet, la culture est très importante pour moi. La culture et l’art ont leur propre langage, leur propre moyen de communication, une manière de transmettre des sentiments, des idées, des messages au-delà de la diversité et de notre langage habituel.

Le 20 mars était la journée de la francophonie qui est célébrée dans le monde entier. Les ambassades et consulats de Belgique participent dans la plupart des cas, d’une manière ou d’une autre, à ces célébrations.

Je suis arrivée en Espagne fin 2019, j’ai donc pu participer cette année pour la première fois à la fête de la francophonie en Espagne, depuis la levée des restrictions de la pandémie. Cela me fait plaisir de voir une si belle union entre La Base Culture et le Centre del Carme, dans la superbe ville de Valencia !

un jeune homme maquille aux couleurs de la belgique
David Rodriguez lors de la journée de la francophonie organisée par La Base Culture au CCCC

 

Suivez nous sur

 

une femme avec un veste turquoise

Coralie Lambret

Étudiante passionnée et journaliste en devenir. J’ai la tête dure autant qu'en l'air. Je suis scorpion, c'est comme ça que je justifie mon caractère. J’ai quitté mon petit confort belge pour venir découvrir Valence et la vie, le temps d’un stage.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Valence !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale