Jeudi 20 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MA VIE DE TOURISTE – Annie et Patrice

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 30/08/2017 à 23:00 | Mis à jour le 31/08/2017 à 10:25
Photo : ©LPJValence_ML
Annie et Patrice

Pendant la période estivale, notre rendez-vous hebdomadaire, Ma Vie d'Expat, cède sa place à Ma Vie de Touriste. Chaque semaine, une personne ou une famille nous explique pourquoi ils passent leurs vacances dans la Région Valencienne et ce qui leur plaît. Cette semaine ce sont Annie, Patrice et leur fille Fanny qui nous parlent de leurs vacances surprises à Valence.

C'est en famille que Fanny, Annie et Patrice, originaires de Normandie, ont décidé de découvrir ou redécouvrir Valencia au mois d'août. Un voyage inopiné, programmé au grès de leurs envies et de leurs découvertes quotidiennes.

Lepetitjournal Valence : Qu'est-ce qui vous a décidé à venir passer vos vacances sur Valencia ?

Annie : Ce voyage a été inattendu : nous devions partir en club mais ma fille Fanny tenait à revenir à Valencia.

Alors dans ce cas, Fanny, qu'est-ce qui t'a donné envie de revenir sur Valencia pour ces vacances ?

Fanny : J'étais venue en séjour linguistique avec le lycée il y a quelques années, au mois d'avril et la ville m'avait beaucoup plu. Je ne connaissais pas l'Espagne avant ce voyage et j'ai beaucoup aimé le mode de vie donc je voulais absolument revenir. J'ai donc proposé ce voyage à ma mère et mon beau-père.

Au cours de vos 15 jours à Valencia, avez-vous été séduits tout particulièrement par un endroit ou un monument ?

Annie : L'alliance entre le centre historique et le futurisme de la Cité des Arts et des Sciences ! C'est une magnifique association qui ne choque pas du tout. On en prend plein les yeux ! La plage nous a également surprise par la finesse de son sable.

Patrice : nous ne nous sommes pas sentis oppressés pendant nos vacances. Nous avons senti l'affluence touristique mais cela reste modéré. Nous avions l'habitude d'aller en vacances dans le sud de la France et sur la plage c'était infernal.

Votre séjour à Valencia est-il le premier en terre hispanique ?

Annie : Non, nous nous étions rendus au nord de Barcelone et il n'y a vraiment pas de comparaison possible : ce n'était que des grands immeubles en bord de mer, une ambiance très béton, nous n'avions pas du tout aimé.

Patrice : Nous sommes allés une fois à Malaga également. Nous avions fait quelques balades. Le temps n'était pas terrible mais les quelques excursions que nous avions faites en montagne et en 4x4 nous avaient beaucoup plu. C'était calme mais le temps n'était pas idéal.

Votre séjour sur Valencia a duré deux semaines : diriez-vous que c'est trop long ou pas assez ?

Annie et Patrice : C'est bien, sufisant.

Fanny : Moi j'aurai dit pas assez.

Annie : Oui c'est vrai que quelques jours de plus ne serait pas de trop, nous n'avons pas eu le temps de tout faire.

Quel a été votre programme au cours de ces 15 jours ?

Annie : Dans Valencia même, nous avons visité l'Océanografic, la Cathédrale, le Palacio del Marques de Dos Aguas, la Lonja de la Seda, la place de la Reine et la place de la Vierge.

Fanny : Nous nous sommes également baladés dans les rues de Valencia, nous avons visité l'Ayuntamiento. Nous nous sommes beaucoup promenés dans le centre ville, mais nous avons surtout beaucoup profité de la plage.

Quel est votre ressenti quant au coût du prix des visites touristiques ?

Fanny : Nous n'avons pas eu à payer pour visiter la cathédrale car nous avions décidé d'assister à la messe.

Patrice : Nous avons d'ailleurs trouvé que la sécurité était très légère. Il n'y avait que deux policiers armés qui surveillaient l'entrée principale mais l'entrée secondaire sur le côté n'était pas gardée. Il est donc possible de rentrer sans aucun problème.

Annie : Surtout qu'il s'agissait d'une messe en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone. On ne s'attendait pas du coup à ce que la sécurité soit aussi légère.

Vous étiez donc à Valencia lorsque les attentats de Barcelone ont eu lieu. Ces événements tragiques vous ont-ils donné envie de rentrer en France ? Ont-ils eu un impact sur votre voyage ?

Patrice : Nous y pensions, quand nous nous promenions sur la plage, nous nous disions ?Tiens nous n'allons pas nous mettre au milieu mais plus sur les côtés?. Mais on se dit que de toute façon cela peut se produire n'importe où. Il faut continuer à vivre, sinon il faut rester chez soi, enfermés. Nous n'avons rien changé à notre manière de faire, de vivre.

Annie : Nous étions allés plusieurs fois sur Paris après les attentats du Bataclan, nous avons continué à vivre tout simplement.

Quelles excursions avez-vous faites en dehors de Valencia ?

Annie : Nous sommes allés au sud, à Alicante. C'est une belle ville mais nous n'y sommes restés que quelques heures. Il y a beaucoup de touristes. La plage est par contre beaucoup moins belle que celle de Valencia.

Patrice : L'affluence touristique se ressent plus qu'à Valencia. Mais j'ai été séduit par le port plaisancier plus important qu'ici.

Fanny : Là-bas ils parlent français et anglais. La ville est, tout comme ici, très propre.

Annie : Nous sommes également allés à la Palmeraie d'Elche. Nous sommes venus de France en voiture, cela nous laissait donc totalement libres de nos mouvements et nous a permis de sortir de la ville. Nous avons également découvert l'ouest de Valencia, la route des vins, notamment la petite ville de Requena.

Patrice : C'est typique, c'est à voir ! C'est une véritable immersion dans la vie espagnole, dans leur quotidien.

Quel type de logement avez-vous priviliégiez ?

Annie : 15 jours avant de venir, nous ne savions pas comment faire et mon mari a des collègues qui lui ont recommandé Airbnb. Nous avons donc décidé de réserver un appartement entier.

Patrice : Nous avons été très bien accueilli par les gens du quartier où nous résidions (avenida del puerto).

Fanny : Au niveau du prix, Airbnb est bien plus avantageux qu'un hôtel. Surtout pour trois personnes. En hôtellerie cela reviendrait à louer deux chambres et donc effectuer tous les repas à l'extérieur. En louant un appartement entier nous réalisons de véritables économies.

A quelles spécialités gastronomiques avez-vous goûtées ?

Patrice : Nous n'avons toujours pas mangé de paëlla ! Peut-être demain soir avant de repartir. Nous avons par contre testé la tortilla que nous connaissions déjà par un précédent voyage en Andalousie.

Fanny : Durant mon séjour linguistique, j'avais goûté l'Agua de Valencia et également la tortilla valencienne que je n'avais pas beaucoup apprécié.

Annie : Nous avons dégusté de la sangria également et du tinto de verano que l'on ne retrouve pas en France.

Vous êtes-vous déplacés au grès de vos envies ou avez-vous fait appel à un guide touristique ?

Patrice : Nous avons choisi nos excursions par nous-mêmes grâce au guide Michelin et des recherches sur internet.

Annie : Nous n'avons pas organisé nos visites par avance, nous avons décidé sur place de ce que nous voulions faire

Fanny : J'ai également, en amont, regardé sur Instagram les photos référencées #Valencia ce qui nous a permis de découvrir pas mal de petits coins qui ne sont pas forcément cités par les guides car ils sortent des sentiers battus.

Constatez-vous des différences entre la vie à l'espagnole et à la française ?

Fanny: Les espagnols parlent plutôt forts, notamment les enfants. Ils sont plus accueillants. A chaque fois que nous avons eu à demander des renseignements, de l'aide pour nous guider, les Valenciens nous ont toujours répondu de manière très souriante. En France la réponse serait ?on n'a pas le temps?.

Annie : Ils sont beaucoup moins speed que nous, ils vivent plus tranquillement et plus tard le soir également.

Patrice : Je pense que nous ne sommes pas ici assez longtemps pour nous rendre compte des réelles différences car beaucoup d'Espagnols actuellement présents à Valencia sont également en vacances, ce n'est donc pas leur vie au quotidien à laquelle nous assistons. Les Espagnols par contre travaillent beaucoup, ils sont très courageux. Nous les voyons travailler en plein soleil, notamment dans le BTP, alors qu'en France on ne voit pas ça.

Annie : Je reviens sur une anecdote qui s'est déroulée le samedi de notre arrivée. Nous sommes allés faire nos courses dans un supermarché proche de notre appartement et nous avions certaines difficultés car nous n'avions aucun repère. Est alors arrivée une petite dame qui nous a littéralement pris en charge ! Elle ne nous a pas lâchés jusqu'à ce que notre poisson soit servi. C'était vraiment très sympa de sa part, cela nous a fait très plaisir.

Avez-vous eu un coup de coeur en particulier sur Valencia ?

Annie : Il est dur de choisir, j'ai aimé tout ce que nous avons fait.

Patrice : Pour moi ce serait le quartier de la Cité des Arts et des Sciences

Avez-vous découvert Valencia de nuit ?

Annie : Oui nous sommes allés de temps en temps boire un verre, notamment au port. Demain nous irons faire un tour vers la plage.

Ce voyage vous a-t-il donné envie de revenir ?

Annie : Que du positif ! Ce fut un bon séjour, je suis très agréablement surprise. Je remercie ma fille pour ce voyage.

Patrice : Ce voyage nous a permis de découvrir une très belle ville. Nous reviendrons sans aucune hésitation !

Fanny : Sans aucun doute, notamment pour les Fallas.

Vous êtes en vacances dans la Région Valencienne ? Vous la découvrez pour la première fois ou au contraire, cela fait des années que vous revenez et elle n'a plus de secrets pour vous ? Vous souhaitez témoigner de votre expérience en tant que touriste dans cette région ? Contactez-nous à l'adresse suivante : valence@lepetitjournal.com

Marie LACHERIE (lepetitjournal.com/valence) Jeudi 31 Août 2017 

Nous vous recommandons

logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Valence

IDÉE SORTIE

Une nuit blanche à Valencia

Pendant de très nombreuses années, Valencia fut l’épicentre de la fête avec la célèbre Ruta del Bakalao. Il n’était pas rare de partir prendre un verre le jeudi soir et de rentrer quatre jours plus...

Expat Mag

Istanbul Appercu
LITTERATURE

Simla Ongan : traductrice, une vie à crédit

Lancée sur le chemin de la traduction par son ancien professeur de français, Simla Ongan a traduit de grands noms de la littérature française, comme Louis-Ferdinand Céline ou Michel Tournier. Mais la