Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HISTOIRE - La cathédrale Saint Vincent de Paul

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 05/06/2018 à 01:00 | Mis à jour le 05/06/2018 à 10:06
cathedrale

La Cathédrale Saint Vincent de Paul à Tunis, située sur l'avenue Bourguiba, est de style néo-roman, comme toutes les constructions de cette époque (roman, gothique ou byzantin). 

La communauté de la paroisse-Cathédrale de Tunis, placée sous le patronage de Saint Vincent de Paul et de Sainte Olive, se compose de laïcs, pour la plus part des jeunes subsahariens, de coopérateurs de la pastorale, des sœurs et des prêtres religieux de l'Institut du Verbe Incarné au service de la foi vécue en communauté. Pour déployer la vie de l’Eglise dans toutes ses dimensions, cette équipe est en lien avec un Conseil Pastoral qui participe lui aussi à l’élaboration des orientations et des impulsions de l’action pastorale. 

Un peu d'histoire
La Cathédrale est bâtie sur l'ancien cimetière  Saint Antoine,  qui fût donné au XVII° siècle par  les Beys de Tunis à la communauté catholique. 
Le Père Jean Le Vacher, disciple de Saint Vincent de Paul, devenu vicaire apostolique et Consul de France à Tunis dès 1648, le fait entourer d'un mur et y édifie une chapelle sous le vocable de Saint Antoine, abbé, en 1655 ou 1659. Cette première chapelle devient vite insuffisante  et elle est rebâtie en 1773-74.
En 1775, un règlement des sépultures précise que les adultes et les enfants esclaves seront enterrés dans la chapelle, dans deux caveaux distincts, seuls les négociants et les hommes libres seront ensevelis dans le terrain adjacent à la chapelle, chacun dans une tombe distincte.
En raison de la croissance de la population européenne à Tunis durant la première moitié du 19°siècle, le cimetière Saint Antoine devient vite insuffisant.  Sous l'épiscopat de Monseigneur Fidèle Sutter (1834-1881 ) des travaux d'agrandissement sont entrepris sur un terrain qui constituait le Jardin de la mission catholique.
Au mois de décembre 1850, le Bey Ahmed en fait donation au Prélat; cependant, quelques années plus tard, le Cadi Ben Achour, qui a des titres de propriété en règle, fait valoir ses droits sur ce terrain. Après des discussions qui se terminent par un procès, une transaction intervient le 16 octobre 1867, et Monseigneur Sutter achète le terrain, qu'il a déjà fait entourer de murs, pour la somme, importante à l' époque, de 10.000 piastres; moyennant quoi, le propriétaire abandonne tous ses droits au profit du Vicariat Apostolique.

La Cathédrale provisoire
Dès le 27 novembre 1881, Monseigneur Lavigerie entreprend la construction d'une Cathédrale provisoire sur une parcelle du terrain qui n'a pas été transformée en cimetière, située à l'angle de la promenade de la Marine et de la rue d'Alger. Elle est inaugurée le dimanche 2 avril 1882. Cependant la construction d'une église provisoire et l'établissement d'un clergé local ne règlent pas pour autant la question du cimetière Saint Antoine. Ayant rencontré des oppositions pour le transfert du cimetière dans un autre lieu, de la part des familles propriétaires de concessions, Monseigneur Lavigerie suggère à la fin de 1881, en février 1882 et en juin 1883, de décréter officiellement l'interdiction de toute nouvelle sépulture à Saint Antoine. Il finit par obtenir satisfaction, tout d'abord de façon partielle, par le décret du 30 juillet 1884, et de façon définitive, par l'arrêté municipal du 7 octobre 1885, qui prohibe toutes les inhumations dans les cimetières publics ou privés, à l'intérieur de la ville de Tunis. Mais il faut attendre le 28 avril 1891 pour que, par décision beylicale, le cimetière Saint Antoine soit définitivement désaffecté.
​La pose de la première pierre

En 1890,le cardinal Lavigerie, sentant les approches de la mort, veut bénir lui-même la première pierre de la future Cathédrale, qui sera  ensuite posée à sa place définitive. La bénédiction a lieu le 18 mai 1890. Elle se déroule en présence du Résident Général de France et d'une grande assemblée d'Evêques et de Prélats. C'est à cette occasion que le Cardinal donne comme titulaires à la Cathédrale, un saint français : Saint Vincent de Paul, et une sainte italienne : Sainte Olive, tous deux ayant vécu à Tunis. Dans l'esprit du Cardinal, ce double patronage symbolise l'union qui doit désormais exister entre les français et les italiens résidant à Tunis. A la fin de 1891, le plan de la Cathédrale est mis en concours. Plusieurs architectes de Tunis et de Paris y prennent part. Le plan qui est retenu est celui de Monsieur Bonnet-Labrance, mais cet architecte ne semble pas avoir suffisamment étudié son devis, car, alors qu'il prévoyait une dépense de 475.000 francs, auxquels s'ajoutaient 25.000 francs d'imprévus, en réalité, le prix de la construction va dépasser 1.700.000 francs, valeur or. C'est d'ailleurs le Cardinal Lavigerie qui a choisi le dessin architectural, en se référant aux ruines de la Basilique découverte dans l' Henchir Rhiria, près de Béja.

La construction de la Cathédrale
Le 28 septembre 1892, Monseigneur Gazaniol peut déjà écrire au Cardinal: "  En ce moment tous les corps des fosses libres ont été enlevés, tous les ossements soigneusement recueillis et transportés dans des caveaux existants sur l'emplacement de la future Cathédrale. Une grande partie des maçonneries des caveaux et de la chapelle Saint Antoine sont enlevés. Soixante ouvriers ont été occupés à ces différents travaux ". Le Cardinal Lavigerie n'a pu qu'assister au début de l'oeuvre, il s'éteint à Saint Eugène, près d'Alger, le 26 novembre 1892.
L'inauguration de la Cathédrale
En la fête de Noël, 25 décembre 1897,  Monseigneur Combes livre au culte une Cathédrale inachevée. C'est un édifice sans tours, ni cloches, ni orgues, ni sacristie.   Les niches réservées aux images des saints sont dépourvues de leurs icônes, l'autel majeur n'est pas encore paré de son baldaquin. Dans son allocution, l'Archevêque révèle que les travaux ont coûté jusqu'à ce jour plus de un million, et pourtant seuls les 2/3 de l'oeuvre sont accomplis.
​Mars 1910, la Cathédrale est enfin terminée. 

La Consécration

1953, la Cathédrale a 56 ans d'existence, et  pourtant elle n'est pas encore consacrée. Monseigneur Gounod décide de fixer cette cérémonie au 23 mai. Dès 7 heures du matin, une procession s'organise, et le coffret contenant les reliques de Saint Vincent de Paul, de Saint Cyprien et de Sainte Restitute  est apporté  dans  le sanctuaire,  afin d'être scellé dans l'autel  majeur. 

Célébration en l'honneur du Saint Sacrement le dimanche 3 juin 2018

CELEBRATION

Découvrir l'histoire détaillée de la cathédrale ICI

Archévêque de Tunis : Mgr Ilario Antoniazzi
Curé de la Cathédrale : P. Sergio Perez, IVE
Vicaire de la Cathédrale : P. Silvio Moreno, IVE

En savoir plus ICI
 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Tunis ?

IDÉE SORTIE

A VOIR A FAIRE - L'agenda de la semaine

Chaque lundi : l'agenda de la semaine - Chaque vendredi : l'agenda du week-end : cinéma, théâtre, musique, événements, festivals, gastronomie, sorties, centres culturels

Vivre à Tunis

ÉVÉNEMENT

TRADITIONS - La Tunisie fête le Mouled aujourd'hui

Le 20 novembre, la Tunisie fêtera le Mouled en l'honneur de la naissance du prophète (570 Ap JC). Cette fête est célébrée chaque année dans une ambiance spirituelle et conviviale

Sur le même sujet