Ce qu’il faut savoir sur la variole du singe en Australie

Par Capucine Canonne | Publié le 27/07/2022 à 16:51 | Mis à jour le 28/07/2022 à 12:23
Un masque australien pour protéger de la variole du singe

 

Combien de cas y a-t-il actuellement en Australie ? Le vaccin est-il disponible ? Quelles sont les mesures prises par les autorités sanitaires australiennes ? Qui contacter si vous avez des symptômes ? Nous répondons à vos questions. 

 

 

Y a-t-il des cas de variole du singe en Australie ? 

Le 20 mai 2022, le ministre de la santé annonce le premier cas de « monkeypox » (variole du singe) dans l’Etats de Nouvelle-Galles du Sud (Sud-Est du pays). Le patient est un homme de quarante ans, de retour d’un voyage en Europe. Les responsables de l’Etat annoncent dans la foulée « avoir pris les mesures nécessaires pour identifier et gérer tout cas de variole du singe » 

Au 24 juillet 2022, sont confirmés 44 cas de variole du singe dans le pays. Il y a 24 cas en Nouvelle Galles du Sud, 16 dans l’Etat de Victoria, 2 dans l'État de Canberra, 1 cas dans le Queensland et 1 en Australie Méridionale. Un site a été mis en place pour connaître la situation actuelle. 

 

Qu’est ce que la variole du singe ?

La variole du singe est une maladie zoonose virale (c’est-à-dire un virus transmis à l'homme par les animaux). Elle est ainsi nommée parce qu'elle a été détectée chez plusieurs singes dans un laboratoire en 1958. Les symptômes comprennent généralement de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires ou dorsales, une baisse d'énergie et des éruptions ou des lésions cutanées.

La maladie se propage par le contact avec des sécrétions infectées des voies respiratoires, des lésions cutanées d’un sujet infecté ou des objets récemment contaminés par des liquides biologiques, comme le sang ou la salive. La variole du singe se soigne généralement d’elle-même en deux ou trois semaines pour les patients n’étant pas dans le groupe des personnes à risques. La période d'incubation de la variole du singe est généralement de 6 à 13 jours mais peut aller de 5 à 21 jours.

 

le virus de la variole du singe au microscope

 

Pourquoi s’inquiète-t-on de la variole du singe dans le monde ? 

Le 25 juillet, l’OMS a déclaré la variole du singe comme une urgence sanitaire mondiale, la plus haute alerte qui peut être émise pour une maladie. Cette décision signifie que la maladie est un « événement extraordinaire » qui peut se répandre dans plus de pays, et nécessite une réponse mondiale coordonnée. 

Si la variole du singe se guérit d’elle-même au bout de quelques semaines et que l’on dénombre seulement entre 3 et 6% des cas identifiés qui en sont morts, l’Organisation sanitaire s’inquiète surtout de contagiosité du virus. 

 

Que font les autorités australiennes face à la variole du singe ? 

Suite à la déclaration de l’OMS le 25 juillet, le gouvernement australien "reconnaît l'inquiétude" suscitée par la variole du singe et rappelle que le pays « met en œuvre une réponse renforcée coordonnée au niveau national depuis mai 2022 ». 

Du côté des structures sanitaires, l’ordre est donné aux médecins, hôpitaux et laboratoires de notifier immédiatement tout cas suspect à l'unité de santé publique locale. Le personnel de l'unité de santé publique lancera une enquête de santé publique, la recherche des contacts et des mesures de contrôle.

Par ailleurs, les autorités sanitaires annoncent travailler « aussi rapidement que possible pour faciliter l’accès aux nouveaux vaccins qui sont actuellement utilisés à l’étranger ». A ce jour, un vaccin et un traitement sont disponibles dans le National Medical Stockpile. [NDLR : une réserve stratégique de médicaments, de vaccins, d'antidotes et d'équipements de protection individuelle destinés à être utilisés en cas d'urgence sanitaire nationale]

 

Existe-t-il un vaccin contre la variole du singe en Australie ? 

Le 24 juin 2022, le département de santé du gouvernement a publié en ligne le rapport de l’ATAGI (Australian Technical Advisory Group on Immunisation, un groupe d’experts sur la vaccination) sur l'utilisation du vaccin antivariolique pour la protection contre la variole du singe.  

Le rapport présente le ACAM2000™, vaccin antivariolique disponible en Australie et l’annonce efficace contre la variole du singe. Le produit peut être utilisé en pré-exposition ou post-exposition. En cas de post-exposition, la vaccination doit être envisagée le plus tôt possible - dans les 4 jours suivant la première exposition à un cas infectieux –.  Parce qu’il provoque des effets secondaires, le vaccin ne peut absolument pas être utilisé entre autres, chez les personnes immunodéprimées, enceintes ou encore atteintes d’eczéma actif. Il s’agit d’un vaccin de seconde génération, actuellement autorisé aux Etats Unis. En Europe, c’est un vaccin troisième génération qui a été autorisé, appelé Imvanex. 

 

le vaccin est disponible contre le monkeypox en Australie

 

Que faire pour prévenir de la maladie virale ? 

  • Au moindre doute, utilisez un préservatif lors des rapports sexuels 
  • Si vous vous occupez d'une personne atteinte du monkeypox, utilisez un équipement de protection individuelle, notamment des gants et un masque. 
  • Lavez-vous les mains à l'eau et au savon ou utilisez un désinfectant pour les mains à base d'alcool
  • Évitez tout contact avec des matériaux, tels que la literie ou les serviettes, qui ont été en contact avec une personne infectée

 

Que faire si je présente des symptômes de variole du singe ?

Si vous présentez des symptômes, isolez-vous et consultez immédiatement un médecin. Appelez votre médecin généraliste ou votre clinique de santé locale (local Public Health Unit - 1300 066 055.) ou le NSW Health Infolink au 1800 451 624. Il est préférable d'appeler et de ne pas se rendre immédiatement dans un service de santé. Et si vous devez vous rendre en personne, portez un masque.

Si vos symptômes sont graves, appelez immédiatement le Triple Zéro (000) prévenez que vous avez peut-être la variole du singe. 

 

CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Après 10 ans d’expérience en marketing média, Capucine se reconvertit en journalisme. Ancienne expatriée et fondatrice de l’édition lepetitjournal.com de Chennai en 2019, elle intègre la rédaction internationale à Paris.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Sydney.

À lire sur votre édition locale