Mercredi 11 décembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Succession internationale, les modalités à connaitre en Europe

Par Notaires de France | Publié le 23/05/2018 à 18:00 | Mis à jour le 24/05/2018 à 09:33
Succession internationale, expatriation

Lorsqu’une personne décède ou laisse des biens dans un pays autre que celui de sa nationalité ou résidence, on parle de succession internationale. Bien que le règlement européen encadre cette succession, les modalités ne sont pas toujours connues des expatriés. Tour d’horizon avec le notaire Jacques Desvages. 

 

Lepetitjournal.com : qu’entend-on par succession internationale ? 

Jacques Desvages: Une succession internationale est une succession qui comporte un élément d'extranéité :

- loi nationale dépendant d'un pays, résidence habituelle d'un autre pays.

- biens immobiliers situés dans un autre pays…

 

Quels sont les Etats concernés par le règlement européen (ou les règlements européens si applicable) ?

Tous les Etats sont directement ou indirectement concernés par le règlement européen.

S'il ne s'applique pas sur leur territoire (pays hors Union Européenne et, dans l'Union, notamment le Danemark et l'Angleterre - mais il y a désormais le Brexit) le règlement européen à une vocation universelle à s'appliquer. Tout ressortissant de tous les pays de la planète est, sur le territoire de l'Union Européenne (sauf les exceptions ci-dessus), soumis à l'application du règlement européen.

 

Que dit le règlement européen en matière de succession internationale ? Détermine-t-il avec précision quelles lois nationales s’appliquent et quels juges sont compétents en cas de contentieux ? 

Le règlement a opté pour la règle de l'unicité. Avant, la succession immobilière dépendait du lieu de la situation du bien et la succession mobilière (placements, parts de société, fonds de commerce…) était régie par la loi du dernier domicile du défunt.

Désormais, depuis le 17 août 2015, quelle que soit la nature du bien, la succession est soumise à la loi de la résidence habituelle du défunt. Mais celui-ci peut opter pour sa loi nationale, si elle est différente.

Seule difficulté : le juge qui serait appelé statuera en fonction des règles en vigueur dans son pays. Par exemple, un ressortissant britannique possédant des biens en France et en Angleterre et ayant sa résidence habituelle en France, sera, pour le juge français, soumis au règlement européen, et, donc, à défaut d'option, soumis à la loi successorale française, alors que le juge britannique ne reconnaitra pas ce règlement pour les biens situés en Angleterre.

 

Tous les aspects (fiscaux, douaniers, etc…) d’une succession internationale sont-ils prévus par le règlement européen? 

Le règlement européen n'empiète pas sur la règle fiscale, qui reste le privilège des Etats. Le choix de la loi applicable n'aura pas d'influence  sur le règlement fiscal, dont les modalités peuvent cependant relever de conventions internationales, notamment pour éviter les doubles impositions.

 

Quid des successions hors Union Européenne ? Existe-t-il des spécificités ? Sont-ils encadrés par cette même réglementation européenne ? 

A l'intérieur de l'Union Européenne, il existe des spécificités, notamment au regard de la réserve héréditaire qui n'existe pas de la même façon dans tous les pays. De même à l'intérieur d'un même pays fédéral, chaque Etat peut appliquer des règles différentes.

Hors de l'Europe, nous penserons aux pays musulmans, dont la dévolution successorale est très différente de ce que nous connaissons, notamment au regard des droits spécifiques à hériter, pour les femmes et les hommes, mais qui s'expliquent par l'imbrication d'autres règles de solidarité. 

 

A qui les particuliers ayant à gérer une succession internationale doivent-ils s’adresser ? 

En France, ils s'adresseront au notaire qui est le professionnel reconnu dans ce domaine, même s'il n'a pas une compétence exclusive. En revanche, si la succession comporte des biens immobiliers, elle devra obligatoirement être réglée par un notaire.

 

Les Français expatriés impliqués dans une succession internationale peuvent-ils réaliser toutes les démarches depuis l’étranger? 

Nous rappellerons que sur le territoire européen (sauf exception), c'est la loi de la résidence habituelle qui s'applique, avec la règle de l'unicité. En dehors, chaque Etat détermine sa propre règle (avec souvent une distinction de loi applicable en fonction de la nature mobilière ou immobilière des biens concernés par une succession).

Un Français expatrié sera donc, malgré lui, obligatoirement impliqué dans une succession internationale, puisqu'il réunit des éléments d'extranéité. Il convient donc qu'il examine avec soin les conséquences des règles applicables dans le pays dans lequel il réside, et qu'il opte pour un choix de loi applicable en fonction de ce qu'il souhaite.

 

Le Conseil supérieur du notariat organise de nombreuses rencontres avec des Français vivant à l'étranger, lors de déplacements et auprès d'ambassades, afin de diffuser l'information sur les questions juridiques les concernant. 

Nous vous recommandons

4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

veronik mar 06/08/2019 - 14:24

La convention fiscale avec la Grèce, qui ne régit que les revenus, date de 1963.... 56 ans .... Convention successorale inexistante combien de dizaines d'impôts différents depuis 1963....?? et donc de taxes où on reste imposés deux fois ... Ne serait ce pas plus utile de se pencher sur cette question plutôt que de trouver un accord européen sur la capacité du réservoir des toilettes ?? Ou de poursuivre un client qui fait un virement de 1000 euros entre deux comptes personnels pour vérifier qu'il ne s'agit pas d'argent sale ....

Répondre
Commentaire avatar

Veronik lun 05/08/2019 - 09:56

Une fois de plus, un article qui ne résout pas grand chose. On connaît la loi de 2015 qui permet ou non de faire hériter son chien. Mais quid des droits de succession? Quid de la loi inique qui dit que si le défunt est résident français et l'heritier expatrié OU le contraire.... la France taxe sur le patrimoine mondial faisant fi des taxes dans l'autre pays... Quid de la majorité des pays qui même en Europe n'ont signé aucune convention de non double imposition successorale. Je suis désespérée de n'avoir jamais rencontré personne qui sache...

Répondre
Commentaire avatar

Pierrea mar 05/03/2019 - 03:28

Vous ne mentionnez pas loi européenne de 2015 concernant le pays qui règle la succession en présence ou non de testament Une information à ce sujet serait utile

Répondre
Commentaire avatar

Zobul77 ven 01/03/2019 - 07:52

cet article n'est déjà pas très clair sur le plan civil de la succession, mais pas clair du tout sur le plan fiscal. Aucune réponse sur le sujet important des droits de succession qui sont si différent entre pays européens. Par exemple : quel droit de succession les héritiers domiciliés en France vont payer pour un appartement situé à Varsovie ? Est-ce que les seuils français d'exonération (si bas) vont être impactés par l'appartement à Varsovie ? Quel droit de succession vont payer des British domiciliés en UK ayant une maison située en France ?

Répondre

Les Trophées des Français de l'étranger

Singapour Appercu

Trophées des Français d’Asie/Océanie, mise en lumière des 6 lauréats

Nous pouvons être fiers de nos communautés françaises d’Asie-Océanie qui bâtissent brique à brique l’édifice de la France à l’étranger ! Le 5 décembre, s’est déroulée la cérémonie de remise des Trophé

Expat & Emploi

Christophe Altaie : "J'ai été bluffé par l'Asie !"

Ambassadeur et membre fondateur du club SKEMA Alumni Singapour, Christophe Altaie évoque sa passionnante carrière dans le marketing et souligne l'importance de développer un réseau solide.

Le Mag

TÉLÉTHON

Le compteur du Téléthon 2019 est de 74 569 212 €

Le compteur du Téléthon 2019 affiche cette nuit 74 569 212 euros. Un résultat qui va permettre de multiplier les victoires. Mais le combat continue ! Les lignes du 3637 restent ouvertes