TEST: 2289

Le Sveriges Radios Symfoniorkester en tournée avec Hector Berlioz !

Par Sarah Ziaï | Publié le 22/11/2018 à 06:30 | Mis à jour le 22/11/2018 à 23:40
Photo : Sveriges Radios Symfoniorkester au Concertgebouw Crédits : Karl Thorson/Sveriges Radio
amsterdam-concert-orchestre

Depuis le 12 novembre et jusqu’au 25, le prestigieux Sveriges Radios Symfoniorkester (Orchestre de la radio suédoise) est en tournée en Europe. Comme chaque année, la centaine de musiciens de l’orchestre va sillonner les routes d’Allemagne, d’Hollande, de Suisse et bien d’autres pays ! Cette année, la France est à l’honneur, avec une œuvre majeure d’Hector Berlioz au programme.

 

Un orchestre à rayonnement international

 

Depuis sa création, la radio de Suède a toujours eu pour ambition de mettre en avant la musique d’orchestre. Un premier orchestre attaché à la radio a ainsi vu le jour dès 1925. Mais l’orchestre de la radio tel que nous le connaissons aujourd’hui est véritablement apparu en 1948, sous la direction de Sten Frykberg. Ainsi, au cours de toutes ces années et jusqu’à aujourd’hui, l’orchestre a ainsi pris de l’ampleur, grâce à des programmes variés, des invités talentueux et bien sûr des chefs d’orchestre de renom.

Depuis 2007, Daniel Harding occupe la fonction de chef d’orchestre principal. Révélé au Festival d’Aix-en-Provence, cet artiste britannique mondialement reconnu a nourri de son talent certains des ensembles les plus illustres du monde : l’orchestre de Paris,  l’orchestre philarmonique de Vienne ou encore l’orchestre symphonique de Londres lui ont fait confiance. Ainsi, après avoir célébré en 2017 ses dix ans à la tête du Sveriges Radios Symfoniorkester, il a annoncé avoir renouvelé son contrat jusqu’en 2023.

De quoi ravir tous les amoureux de grande musique classique !

 

Des salles mythiques

 

Munich, Dortmund, Amsterdam, Zurich, Cologne, Vienne ou encore Hambourg : l’orchestre se produira dans plusieurs haut-lieux de la musique classique.

Bien que la nouvelle salle parisienne de la Philharmonie soit encore la grande absente des tournées de l’orchestre suédois, de nombreuses grandes salles accueilleront tout de même l’orchestre.

 

Amsterdam

 

Le Concertgebouw d’Amsterdam est un incontournable européen pour tous les férus de musique classique. Le Sveriges Radios Symfoniorkester s’y rend ponctuellement lors de certaines tournées. Cette salle a été construite avec l’aide de l’architecte Pierre Cuypers, qui travaillait à l’époque sur le Rijksmuseum, un des musées les plus célèbres du pays. Inaugurée en 1888, cette salle fête ses 130 ans cette année ! Malgré ce bel âge, elle est encore considérée aujourd’hui comme une des meilleures salles au monde pour accueillir de la musique symphonique. Avec près de 800 concerts par an, elle est ainsi l’une des salles les plus fréquentées au monde.

concertgebow amsterdam
 Concertgebouw d’Amsterdam - Photo : FlickrConcertgebouw Amsterdam

 

Hambourg

 

De son côté, la Elbphilarmonie de Hambourg est toute jeune ! En effet, ce bâtiment exceptionnel fut inauguré en 2017. Ce 16 novembre dernier, le Sveriges Radios Symfoniorkester y a donc naturellement donné son tout premier concert ; sûrement le début d’une longue série à venir !

Cette salle a été construite à partir d’un ancien entrepôt du port de Hambourg. Elle semble ainsi flotter sur l’eau, ce qui offre une dimension encore plus magique à la virée musicale de chaque spectateur. À l’intérieur, la salle semble d’une immensité et d’une hauteur déroutante. La lumière est extrêmement bien calibrée, chaque siège paraît avoir été conçu pour que tous les spectateurs puissent profiter pleinement du spectacle. Les murs intérieurs sont ornés de nombreuses petites alcôves, qui offrent une qualité de son incroyable. En effet, malgré son jeune âge, la Elbphilarmonie est déjà considérée comme une des salles offrant la meilleure acoustique au monde.

 

Elbphilarmonie
Elbphilharmonie
Crédits : Sarah ZIAI 

 

Un programme français à l’honneur

 

Robert Schumann, Ludwig van Beethoven, ou encore Jean Sibelius : tant de noms prestigieux présents dans le programme de cette année.

Mais, l’une des œuvres les plus importantes présentée lors de la tournée est française ! En effet, pas moins de deux pièces du compositeur Hector Berlioz étaient présentées. Ce compositeur français du XIXe siècle est un des plus importants dans l’histoire de la musique. Il a composé de nombreuses œuvres, dont la célèbre Symphonie Fantastique, et a créé la forme de la "symphonie dramatique" avec Roméo et Juliette. C’est cette œuvre qui va être interprétée par l’orchestre suédois. Roméo et Juliette, inspirée de la pièce éponyme de William Shakespeare, est encore aujourd’hui considérée comme l’œuvre la plus novatrice d’Hector Berlioz. Le compositeur avait avoué avoir été happé par l’effet électrisant du drame de la pièce en la découvrant sur scène au Théâtre de l’Odéon. Il a alors décidé d’écrire sa symphonie, qui fut achevée en 1838.

L’originalité principale de cette pièce, est simplement le fait qu’elle soit symphonique. En effet, il semble compliqué d’adapter une pièce de théâtre avec des personnages et des décors précis sans faire intervenir de chanteurs ni de chœur, comme pour un opéra. C’est là le vrai défi qu’a relevé à la perfection le compositeur français, qui affirmait que l’amour de Roméo et Juliette était trop "sublime" pour se limiter à des acteurs.

Ainsi, sans véritable présence scénique, la symphonie permet tout de même aux spectateurs de vivre et surtout de ressentir profondément l’histoire tragique des deux amants.

Grâce à ce choix d’une originalité certaine, Hector Berlioz a su montrer à nouveau l’universalisation impressionnante qu’offre la musique en adaptant du texte scénique de théâtre sans mise en scène aucune, sans même rendre les personnages visibles.

 

La seconde œuvre française présentée au programme est aussi de Hector Berlioz. Ce n’est, cette fois-ci, pas une œuvre complète qui est proposée mais un extrait de l’Acte IV de l’opéra Les Troyens. Achevée en 1858, cet opéra en cinq actes raconte l’épopée d’Énée, un des héros de la guerre de Troie. Berlioz s’est, en effet, inspiré largement de l’Énéide de Virgile pour écrire son opéra.

Le Sveriges Radios Symfoniorkester a interprété l’intermède le plus compliqué et magnifique de l’opéra : Chasse royale et orage. Le niveau d’exigence musical de ce morceau était très élevé pour l’époque.

Voici un extrait de la partition de cet intermède :

Opéra Les Troyens
Extrait de l’opéra Les Troyens, Hector Berlioz
Crédits : Creative Commons Attribution-Share

 

Nous invitons tous les amateurs et les curieux à la déchiffrer !

 

Plus d’information sur le site de l’orchestre

 

Sarah ZIAI, le 22 novembre 2018

 

Sur le même sujet
sarah ziaï

Sarah Ziaï

Avide de découvertes, j’ai eu un véritable coup de cœur pour la Suède ! Grande passionnée de cinéma, fervente croyante que l’on peut trouver la lumière dans les salles obscures, je suis toujours en veille sur les actualités culturelles diverses et variées
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Stockholm !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale