Lundi 20 septembre 2021

Singapour lance un nouvel essai de bus sans chauffeur

Par Catherine Zaccaria | Publié le 07/02/2021 à 18:30 | Mis à jour le 07/02/2021 à 18:30
Photo : Singapore Science Park
bus sans chauffeur singapour

Les usagers des transports publics peuvent désormais prendre des bus sans conducteur dans deux zones de Singapour pour une somme assez modique lors du premier essai de ce type depuis que la cité-Etat a commencé à expérimenter des véhicules autonomes sur les routes en 2015.

 

NTU et la société suédoise Volvo ont lancé un bus électrique autonome de 12 m de long, qui, selon eux, serait le premier au monde. Ces nouveaux services, dirigés par ST Engineering, sont exploités par SMRT et SBS Transit, les deux plus grands opérateurs de bus à Singapour.

Ils se dérouleront au Singapore Science Park 2 près de Haw Par Villa et sur Jurong Island, avec un aller-retour coûtant respectivement 40 cents et 2 $.

L'essai, qui se poursuivra jusqu'au 30 avril, fournira des données réelles sur ce qui est nécessaire pour que ces bus soient déployés commercialement que ce soit localement ou à l’étranger. Les entreprises de la région manifestent déjà leur intérêt pour la viabilité des bus dans leurs pays, a déclaré M. Vincent Chong, président-directeur général du groupe ST Engineering.

Le ministre des Transports Ong Ye Kung, qui était au lancement officiel des deux itinéraires lundi 25 janvier, a salué la nature pratique des projets.

Il a expliqué que les bus sans conducteur ont encore du chemin à parcourir pour être intégrés dans le système - au moins cinq ans, selon les observateurs de l'industrie - mais qu'il s'agit d'une technologie très excitante qui pourrait éventuellement être appliquée aux grandes zones de HDB (Housing and Development Board) à l'avenir.

bus autonome Singapour
Haw Par Villa

 

Plusieurs essais d'autobus sans conducteur ont été menés au cours des cinq dernières années. L'une des opérations les plus médiatisées a été une opération de trois mois sur Sentosa en 2019 qui a transporté plus de 6000 personnes - gratuitement - sans aucun incident.

Pour ce nouvel essai, la limitation de vitesse (plus lente) et le trafic moins encombré dans les zones où il se déroule correspondent aux règlements sur les véhicules autonomes de la Land Transport Authority (LTA). En tout temps, un chauffeur reste au volant en cas d'urgence, tandis qu'une deuxième personne est dans le véhicule pour répondre aux questions et préoccupations des utilisateurs.

Dans la partie de l'essai du Singapore Science Park 2, le conducteur passe du mode automatique au mode manuel sur West Coast Highway et Pasir Panjang Road entre le parc et la station de MRT Haw Par Villa, conformément aux restrictions géographiques de la LTA sur les endroits où ces véhicules autonomes peuvent fonctionner.

Pour l'instant, ce nouveau service fonctionne à la demande. Les utilisateurs effectuent une réservation sur une application, paient leurs tarifs à l'aide de cartes de crédit ou de débit et montent à bord du bus lorsqu'il effectue sa boucle pendant des périodes spécifiées. Ils peuvent également voir où se trouve le bus sur l'application pour mieux planifier leurs déplacements.

bus sans chauffeur singapour
Jurong Island

 

M. Ong, ministre des transports, a déclaré que les conducteurs resteront essentiels au fonctionnement des véhicules autonomes. Par exemple, un conducteur pourrait devoir réquisitionner le véhicule en cas d'accident sur la route ou intervenir si quelqu'un en fauteuil roulant a besoin d'aide pour monter dans l'autobus.

Il a ajouté : " Si cela réussit, cela réduira considérablement notre dépendance à l'égard de la main-d'œuvre étrangère et de la main-d'œuvre physique. C'est un domaine des transports publics où nous ne pouvons pas embaucher suffisamment de personnes."

Les essais sont organisés par Alliance for Action on Robotics - qui rassemble les acteurs du transport, des opérateurs aux fournisseurs de technologies - mise en place par le gouvernement pour promouvoir l'utilisation de la robotique dans le transport terrestre et le nettoyage. Il relève du groupe de travail Emerging Stronger créé l'année dernière pour suivre la reprise de Singapour et créer des emplois qui seront durables après la pandémie.

 

Source : The Straits Times

 

 

Nous vous recommandons
Catherine Zaccaria

Catherine Zaccaria

Éducatrice et enseignante, Catherine réoriente ses activités au fil des années. Elle est aujourd'hui Rédactrice en chef de l'édition singapourienne de Lepetitjournal.com.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Chiang Mai Appercu
TOURISME

La-iad Bungsrithong: “La sandbox de Chiang Mai va avoir du mal à démarrer”

Alors que Chiang Mai se préparer à rouvrir, La-iad Bungsrithong, présidente de l’association des Hôtels pour le Nord de la Thaïlande reste sceptique et n’envisage pas un retour rapide des touristes