Jeudi 19 septembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Routes de la soie : En Malaisie, le train chinois redémarre

Par Eric Meyer | Publié le 24/04/2019 à 14:15 | Mis à jour le 28/04/2019 à 04:55
Photo : @New Straits Times
train chinois routes de la soie

Durant l’été 2018, Mahathir Mohamad, le Premier ministre malaisien de 93 ans tout juste élu, annulait le projet chinois de ligne ferrée à travers le pays, de la frontière thaïe au détroit de Malacca (East Coast Rail Link – ECRL), section de l’axe Pékin-Singapour. Le 12 avril dernier, les deux pays annoncèrent s’être finalement mis d’accord.

 

Pour la Chine, c’était un coup dur, s’agissant d’un projet phare de son initiative Belt & Road (BRI), approuvé par son prédécesseur Najib Razak – à présent devant les tribunaux pour détournement de fonds. Mahathir Mohamad dénonçait un contrat « colonialiste », peu clair, au prix exorbitant (15,8 milliards de US dollars), et peut-être « inutile ». Le Premier ministre restait lié par les 5,3 milliards de US dollars à payer en cas d’annulation du projet. Devinant les dégâts que l’affaire ferait à la Chine et à l’image du BRI à travers l’Asie, Mahatir Mohamad voulait forcer Pékin à renégocier. Finalement, le 12 avril, les deux pays annoncèrent s’être mis d’accord, Kuala Lumpur dévoilant de rares détails. Au départ, la Malaisie devait assumer seule les frais de fonctionnement et de maintenance, le consortium China Communications Construction Corporation (CCCC) se limitant à bâtir.

Mahathir a donc obtenu une ristourne de 30%, pour un coût total ramené à 10,7 milliards de dollars, les parties assumeront ensemble les coûts opérationnels en une joint-venture détenue à 50/50. Le Premier ministre a du sacrifier 40 km de ligne sur les 688 km prévus, mais il a gagné aussi pour ses firmes de génie civil 10% de plus (soit 40%) des ouvrages d’art.
Autre manière de rétablir l’équilibre, alors que l’Union Européenne qualifiait l’huile de palme de biocarburant « non durable » en raison de la déforestation qu’elle génère, la Malaisie obtenait en mars de Pékin 30% de commandes en plus, pour 1,62 million de tonnes, et 890 millions de dollars.

La fin de brouille a été officialisée à Pékin lors du second Forum BRI  (25-27 avril), en présence de Mahathir Mohamad. La Malaisie en ressort grand vainqueur, avec un endettement allégé, des risques partagés et un carnet de commandes d’huile de palme rempli. Pour la Chine, la note est salée, mais elle remet sur ses rails une initiative BRI à la peine, avec des projets critiqués ou en panne dans une demi-douzaine de pays clients. Cet accord risque néanmoins d’inspirer d’autres renégociations. La Chine comprend donc la nécessité de ne pas être l’unique gagnante dans les projets BRI, et ce contrat est le premier témoignage de ce nouvel état d’esprit. 

 

Par Eric Meyer et Jeanne Gloannec

Extrait du "Vent de la Chine", Numéro 16 du 22 au 28 avril 2019,  www.leventdelachine.com

Nous vous recommandons

Eric GM'

Eric Meyer

A Pékin depuis 1987, Eric Meyer est journaliste, écrivain, rédacteur en chef du Vent de la Chine, newsletter de référence dans le monde francophone des affaires en Chine. Lauréat du Prix du Public des Trophées des Français d’Asie 2018.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

JEUNESSE

ECRIRE EN EXPATRIATION – L’affaire du « petit tracteur rouge »

Bertrand Fouquoire a été longtemps en charge de l’éditorial du petitjournal.com à Singapour. Il travaille à la publication d'un livre jeunesse "Le petit tracteur rouge", illustré par Aude Gooly.

Vivre à Singapour

SANTE - Augmentation des cas de dengue en 2019

​​​​​​​Le virus de la dengue fait son retour en force à Singapour. La National Environment Agency (NEA - Agence nationale pour l’environnement) a déjà constaté une forte augmentation du nombre de cas

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l