Samedi 20 juillet 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Pâques, les œufs coque et les coquetiers

Par Catherine Soulas Baron | Publié le 17/04/2019 à 14:30 | Mis à jour le 18/04/2019 à 09:02
Photo : @shutterstock
oeuf a la coque, paques

À Pâques, l’œuf est roi.

 

En Europe, la tradition d’offrir des œufs à Pâques est un rite chrétien. L’église, en effet, interdisait de consommer des œufs durant les 40 jours de carême avant Pâques. Pour écouler les œufs que les poules pondaient, on les ramassait, on les décorait et on les offrait. Puis le jour de Pâques, après 40 jours de privation, tous ces œufs étaient dégustés en omelette. À partir du XIXe siècle, la tradition a évolué. On confectionne depuis des œufs en chocolat que l’on cache, à la grande joie des petits et des grands.

 

Mais qu’en est-il des œufs à la coque ?

 

L’œuf coque était à l’origine considéré comme un remède pour les femmes enceintes et les personnes affaiblies.

Cuisiner un œuf à la coque est simple, le principe étant de plonger un œuf fraîchement pondu dans une eau bouillante. Le blanc de l’œuf doit être juste saisi et le jaune liquide et chaud. Pour les Français, le temps de cuisson idéal est 3 minutes. Les Anglo-saxons auront tendance à les cuire jusqu'à 5 à 6 minutes. On utilisait dans le temps un « œufrier » ou « chauffe- œufs ». De nos jours, la coquetière désigne un ustensile en fer-blanc, servant à immerger les œufs dans l’eau bouillante.

 

Pas d’œuf à la coque sans coquetier !

 

Au XIVe siècle, le mot coquetier désigne un marchand d’œufs et de volaille en gros. Au XVIe siècle, il prend le sens d’un ustensile servant à la cuisson et au XVIIe siècle, il prend la forme « d’un petit vase servant à table, en forme de salière, pour porter un œuf à la coque ». Il s’impose alors sur les tables raffinées.

 

Louis XV, qui adore les œufs à la coque (il fait élever des poules dans son palais), les déguste dans un coquetier en or pendant qu’un gentilhomme proclame « Le roi va manger son œuf ». La marquise de Pompadour en a un en argent et la dauphine, en porcelaine de Sèvres bleue.

 

En or et argent à l’origine, on les façonne ensuite en faïence ou en porcelaine tendre. Les pauvres les façonnent en bois, les marins en os et ivoire. Il se démocratise au XIXe siècle pour devenir un objet courant. On le fabrique en vermeil, en opaline, en cristal, en pate de verre, en métal argenté. Dans les foires de cette époque, on offre aux gagnants des stands de tir des coquetiers en verre pressé-moulé d’ou vient l’expression « gagner le coquetier », expression déformée de nos jours en « gagner le cocotier ! ».

 

Les modèles se multiplient et les coquetiers français adoptent toutes les formes possibles : à pied plus ou moins haut que l’on appelait, au XIXe siècle, « ordinaires », avec soucoupe ou coupelle attenante destinée à poser la cuillère et à recevoir les morceaux de coquille dénommés « sur plat » ou « ramasse coques », les coquetiers  doubles appelés « anglais » ou diabolo, et enfin ceux dit « de forme », représentant des animaux, personnages ou autres.

 

coquetiers, oeuf a la coque, paques

 

Quelques conseils pour manger un œuf à la coque :

 

  • L’œuf est placé dans le coquetier par son bout le plus large.
  • L’œuf, dans son coquetier, se présente dans une assiette avec sa petite cuillère.
  • On ne sort jamais l’œuf de son coquetier.
  • On n’utilise jamais son couteau.
  • La manière la plus élégante consiste à donner des petits coups de cuillère (côté bombé) sur le haut de l’œuf pour briser la calotte, puis d’ôter les petits   morceaux avec les doigts. Il existe aussi  des ciseaux à œufs qui permettent de le décapiter.
  • En France, on mange l’œuf à la coque  soit à la cuillère soit avec des mouillettes qui sont des fines tranches de pain grillé beurrées (les enfants adorent !). On trempe les mouillettes dans l’œuf sans faire déborder le liquide jaune. On utilise la cuillère pour décoller le blanc et le manger délicatement.
  • On évite de présenter un œuf à la coque à un repas formel.
  • Les convenances veulent qu’en principe on brise la coquille de l’œuf dans le coquetier après l’avoir consommé (superstition du Moyen Âge qui croyait que l’esprit malin s’y cachait).

 

Les coquetiers sont de jolis objets que l’on collectionne et les collectionneurs s’appellent des « coquetiphiles ». Enfin, pour la petite histoire, sachez que le mot cocktail viendrait dune déformation anglo-saxone de la prononciation du mot coquetier.

 

Nous vous recommandons

Catherine Soulas Baron

Catherine Soulas Baron

Ancien directeur juridique, Catherine est passionnée par le patrimoine, l'histoire et les questions interculturelles. Fondatrice de Savoir Vivre Ltd à Hong Kong, elle est lauréate du Prix Art de Vivre des Trophées des Français de l'étranger 2014
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Theolaoshi ven 19/04/2019 - 02:48

Merci Catherine, je prendrai mes petits déjeuners un peu moins bête! Et comme le poussin tout mignon vivant sort de cette coquille qui paraît inerte et morte, l’oeuf était aussi une image de la résurrection....

Répondre
Commentaire avatar

Cath58 mer 24/04/2019 - 15:47

merci infiniment pour votre message.Les traditions ont un sens et sont souvent le terreau de notre culture

Répondre
Commentaire avatar

Sissy jeu 18/04/2019 - 04:24

Bravo pour cet article bien d’actualité, au sujet léger - ce qui fait du bien en ce moment - mais passionnant ! On y apprend tout plein de choses ...

Répondre
Commentaire avatar

Cath58 mer 24/04/2019 - 15:55

Merci Sissy. Il est agréable de savoir que les connaisseurs apprécient !

Répondre

Vivre à Singapour

Visas : Ouverture du centre VFS à Singapour

M. Vinay Malhotra, Regional Group Chief Operating Officer (Middle East, South Asia & China) àVFS Global, M. Marc Abensour, Ambassadeur de France à Singapour et Mme Sandrine Lelong-Motta, sous-directri

Expat Mag

Les plus belles plages de France

L’Hexagone regorge de véritables trésors, parfois ignorés ou inconnus de ses habitants. Nous vous proposons une compilation des plus belles plages de France.