Luc Cardyn – Un Belge, Conseiller du Commerce Extérieur de la France

Par Laurence Huret | Publié le 26/05/2021 à 16:15 | Mis à jour le 26/05/2021 à 20:21
Photo : A Jakarta, mai 2018
Luc Cardyn

Après 38 années passées dans un grand groupe bancaire français (Paribas, puis BNP Paribas) à Bruxelles, Paris, Londres, Tokyo, au Vietnam et en Indonésie, Luc Cardyn s’est installé à Singapour en février 2020, où il a créé sa société de conseil. Cela fait plus de 15 ans qu’il vit en Asie avec son épouse Catherine, à proximité de leurs deux fils installés aux Philippines et en Australie. De nationalité belge, Luc est membre des Conseillers du Commerce Extérieur de la France.

 

Luc, quel est votre parcours ?


La première partie de ma carrière bancaire (25 ans) s'est faite dans les métiers de marchés de capitaux, étant principalement basé à Londres mais avec des responsabilités globales. Cela m'a permis de rencontrer les clients de la banque dans le monde entier et de réaliser des transactions dans plus de 50 pays. 

Expérience paradoxale : notre terre est un espace géographique limité avec des différences sociétales et culturelles illimitées. Belle leçon de vie et d’humilité, apprendre à écouter et à s’adapter pour réussir à négocier et conclure des transactions.

Pendant la deuxième partie de ma carrière j'ai été  CEO de banques  au Vietnam et en Indonésie. Expérience enrichissante combinant stratégie, gouvernance, leadership et la création d’un esprit maison tout en respectant les différences culturelles. Je reste fasciné par la capacité de travail des Vietnamiens et leur volonté d'apprendre, fasciné par les valeurs humaines de la société indonésienne.

 

Luc Cardyn
Avec la Ministre des Finances Indonésien, Sri Muliany

 

Pouvez-vous partager avec nous quelques souvenirs de ces longues années d'expatriation?

Une après-midi studieuse à Faqra dans la montagne libanaise enneigée avec le premier ministre libanais Rafic Hariri, Michel François-Poncet chairman de Paribas et le gouverneur  de la Banque Centrale libanaise, à négocier un plan de soutien pour la livre libanaise... tout cela arrosé au château Latour 1982...

Un meeting à Washington peu après le 11 septembre 2001 dans les locaux de la Banque Mondiale entre le ministre des Finances brésilien et la délégation de la banque (Michel Pébereau et Jacques de Larosière), interrompu par les agents du FBI pour une alerte à l’anthrax... L’impression d’être à Hollywood.

En mai 2016, j'avais organisé à Jakarta un séminaire "Indonésie" pour le top management de la banque. De nombreux orateurs avaient accepté de partager leurs connaissances pour mieux faire comprendre ce pays  très attachant. J’avais contacté quelques ministres sans avoir de retour. Et soudainement le Ministre des Finances indonésien débarque sans prévenir... Il me dit simplement: « Vous banquiers, vous êtes ici pour nous aider. Mon métier est d'aider ceux qui nous aident ! » La gentillesse et la simplicité des Indonésiens...

 

Luc Cardyn
Matignon Septembre 2013 avec la licence


Vous êtes Conseiller du Commerce Extérieur. Quels sont selon vous les atouts des CCEs ?

Je suis CCE depuis 12 ans : Vietnam (6 ans), Indonésie (5 ans) et Singapour (un peu plus d’un an). Essentiellement des bons souvenirs. Surtout, un merveilleux lieu de rencontres qui permet d’échanger nos expériences en toute confiance. Quand on arrive dans un pays avec de grosses responsabilités, il est important de partager rapidement nos problèmes avec des CCEs qui ont déjà un vécu dans le pays.

C'est aussi un endroit de rencontres entre le secteur public et le secteur privé. Et cela peut créer une remarquable efficacité. Par exemple au Vietnam, j'essayais d’obtenir une licence bancaire pour BNP Paribas à Hanoi. C'était difficile. La banque Centrale avait beaucoup de candidats. Au sein des CCEs, nous avons travaillé sur la visite du Premier Ministre vietnamien en France et aidé à la signature d’un partenariat stratégique entre les deux pays. Nous avons réussi à introduire notre dossier « licence’ dans les projets validés par le partenariat. Du coup notre licence s’est trouvée acceptée immédiatement par autorisation exceptionnelle du Premier Ministre vietnamien et remise à Matignon lors de la visite ministérielle en septembre 2013 !

 

Luc Cardyn
Sequis Tower Jakarta... nouveaux bureaux de la Banque, avril 2019

 

Comment voyez-vous la situation actuelle à Singapour dans le contexte de la pandémie ?  

La vie n'a malheureusement pas le même prix dans chaque pays. Singapour a montré un niveau d'organisation et de discipline remarquables. Mais le risque zéro n'existe pas. Taïwan a montré les limites du bon élève. On ne peut pas continuer à sacrifier l'économie d'un pays et les jeunes générations pour préserver les personnes âgées. Donc il faut accélérer les vaccinations, atteindre le niveau d’immunité collective... et apprendre à vivre avec le virus en respectant la communauté.

 

Comment envisagez-vous votre avenir ? En Asie ? En Europe ?

Tout d´abord un changement de vie. Depuis que je suis indépendant, j'ai décidé de donner du temps au temps. De ralentir mon rythme de vie et de regarder ce monde avec un peu de distance. J’essaie d´aider (surtout les jeunes qui vivent des moments difficiles), de conseiller et de faire bénéficier de mon expérience tout en restant humble et en acceptant les limites de l'exercice. Je suis Conseiller de plusieurs sociétés. L’environnement est l’une de mes priorités. Je travaille en particulier avec une fondation suisse Earthworm qui fait un travail formidable. 

Géographiquement je suis entre l’Asie et l'Europe. J’ai 2 fils. L'un vit pour l’instant aux Philippines, l'autre vit en Australie. J'ai également des neveux qui vivent en Indonésie et à Singapour. Je suis tombé amoureux de l’Asie et je continuerai à partager mon temps entre l'Asie et la France.

Ce parcours n'a été possible que grâce au soutien inconditionnel de ma femme Catherine, fille d‘ingénieur qui travaillait dans l’exploration pétrolière pour Total. 36 ans à  parcourir le monde ensemble. Quel privilège !

 

Luc Cardyn
Raffles Hotel Singapour, décembre 2020 .... 33 ans après notre première visite 

 

 

20 ans lepetitjournal.com

Dans le cadre de l’anniversaire des 20 ans de lepetitjournal.com, l’édition de Singapour a souhaité donner la parole et mettre en lumière des Français et francophones résidant à Singapour depuis une vingtaine d’années.

 

 

Laurence Huret

Laurence Huret

Co-Directrice de l'édition. Avocate de formation, Laurence multiplie les engagements auprès de la communauté française à Singapour : Elue Conseillère consulaire, elle est membre du CA de l’Alliance française et du Conseil d’établissement du Lycée français
0 Commentaire (s) Réagir