Samedi 17 novembre 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les news Gastronomie de la rentrée à Singapour

Par Michèle Thorel | Publié le 13/09/2018 à 15:00 | Mis à jour le 19/09/2018 à 02:16
Photo : Pigeon (c) Odette Restaurant
Gastronomie Singapour Michelin

Guide Michelin 2019 sorti fin juillet 2018, Ouvertures prochaines au Raffles, Adieu à Monsieur Joël Robuchon, ...

 

 

Guide Michelin Singapour : 3ème édition singapourienne 

Pas d'auréole 3 macarons après la fermeture de Joël Robuchon, mais une montée générale de la qualité de l'offre : au total, 39 établissements étoilés dont 5 avec 2* et 34 avec 1* (dont 5 nouveaux 1*).

 

Les 5 restaurants 2* demeurent :

  • Odette, chef Julien Royer; francais créatif, moderne, notes asiatiques – National Gallery
  • Les Amis, chef Sébastien Lepinoy, français traditionnel, moderne – Scotts road
  • Shoukouwa, chef Mazakazu, japonais exclusif (8 couverts) – One Fullerton
  • Waku Ghin, chef Tetsuka Wakuda, japonais contemporain – Shoppes at MBS
  • Shinsen Hanten, chef Chen Kentaro, chinois de Sichouan – Mandarin Orchard
Michelin Singapour
Restaurant Odette Singapour

 

Les 5 nouveaux restaurants 1*:

  • Nouri, chef Ivan Brehm, ancien de Kitchen at Bacchanalia, créatif, international. Mérite largement son étoile moins d’un an après ouverture. Amoy St, Chinatown.
  • Ma Cuisine, chef Mathieu Escoffier (aucun lien avec l’illustre maître) et Anthony Charmetant, co-propriétaire, bar à vin gastronomique. On choisit le vin et les plats traditionnels français seront recommandés en conséquence. Choix fabuleux de Bourgogne et immense ouverture internationale. L’étoile correspond vraiment à la carte des vins hallucinante. Craig Road.
  • Burnt Ends, chef Dave Pynt, barbecue australien…. Même lui se demande pourquoi il a été choisi… Viande excellente et barbecue royalement maitrisé, aucune saillie créative de nature gastronomique. Nonobstant, un panthéon pour carnassiers pure souche. Chinatown/Tanjong Pagar
  • Sushi Kimura, chef Tomoo Kimura, japonais sushis, sashimis. Pure excellence traditionnelle japonaise. Palais Renaissance, Orchard.
  • Jiang-Nan Chun, chef Tim Lan, Cantonais traditionnel raffiné. Hotel Four Seasons, Orchard Boulevard.
Michelin Singapour
Chef Tim Lan - Jiang-Nan Chung - Credit photo : Four Seasons Hotel Singapore

 

La liste complète des restaurants étoilés Michelin sur Singapour ici

 

Sinon, les inspecteurs du Michelin maintiennent les étoiles octroyées aux deux “hawker stalls” ... Par conscience professionnelle, nous avons retenté le Hong Kong Chicken Rice and Noodle du Chinatown Complex, qui depuis, a trouvé moult financements et a ouvert un restaurant “assis” sur Smith street; c’est comme gagner au loto sans même jouer pour le propriétaire qui ignorait l’existence et la signification des étoiles et du guide Michelin! Notre avis sans ambages : évitez ! Le poulet est toujours coupé au hasard sans goût particulier et ses noodles ne doivent leur salut qu’au jus servi sans retenue fortement parfumé à l’ail caramélisé.

 

 

2019 s’annonce dynamique sur la scène gastronomique de notre vibrante Cité-Etat.

Haute gastronomie française au Raffles

Le Raffles a annoncé l’arrivée d’un restaurant haut de gamme La Dame de Pic par Anne-Sophie Pic,maitresse et chef aux commandes de son petit empire gastronomique de légende (3* et Relais Châteaux) à Valence ainsi que d’une brasserie gourmande signée Alain Ducasse pour sa réouverture tant attendue vraisemblablement au second semestre 2019… Plus d’informations dès que possible.

 

Monsieur Robuchon

Le groupe Joël Robuchon maintient son projet de réouverture d’un Atelier sur Orchard (possiblement Scotts Road) courant 2019, après l’arrêt brutal de toutes leurs activités fin juin à Singapour.

Frémissements positifs à venir ! Enfin du beau, du bon, du gastronomique pour de vrai,  pour la plus grande joie de tous les gourmets installés localement.

Il se destinait à entrer dans les ordres à 12 ans; en aidant les religieuses en cuisine au séminaire, il s’est découvert une passion pour la gastronomie. La genèse de son succès : la recette de pommes de terre de sa grand-mère…

Joel Robuchon

 

Plus tragiquement, une icône s’en est allée le 6 août dernier : l’annonce du décès du “chef le plus étoilé du monde”, Joël Robuchon, est tombée avec la sécheresse brutale d’un couperet, des suite d’un vilain cancer. Il avait 73 ans. Sans doute le ou l’un des chefs les plus célèbres du monde entier, Monsieur Robuchon restera dans l’Histoire de la Gastronomie française à laquelle il a donné une envergure internationale, voire universelle. 

Empire mondial de restaurants gastronomiques, 32 étoiles au total avec 25 restaurants sur tous les continents, Meilleur Ouvrier de France (MOF) en 1987, considéré comme meilleur chef du siècle par Gault et Millau en 1990, célébrité médiatique et mentor de nombreux jeunes talents, Monsieur Robuchon avait le talent brut des autodidactes inspirés et géniaux, l’intransigeance et l’impatience qui vont avec, un charisme naturel au charme fou, une capacité de travail sans limite, un sens audacieux des affaires et une énergie parfois éprouvante mais tonique et contagieuse. 

Ses plats mythiques resteront sa purée de pommes de terre, divine bombe calorique (autant de beurre que de pommes de terre… mais attention! Pas n’importe quelle pomme de terre : de la ratte du Touquet et rien d’autre!), sa gelée de caviar à la crème de chou-fleur, ses raviolis de langoustine à la truffe,sa tarte aux truffes…. Plus tard, sa fascination pour le Japon s’est inscrite peu à peu dans son style culinaire : esthétique et épuré.

On ne “collectionne” pas les étoiles par chance. On les obtient grâce à de multiples facteurs :

  • un savoir-faire sans compromission sur la qualité intégrale : ingrédients, personnel, matériel, décor, localisation;
  • une passion sans cesse renouvelée pour non pas la, mais les cuisines du monde (notamment japonaise) qui ont fait évoluer la perspective traditionnelle de notre cuisine vers un allègement et une recherche de la pureté en bouche, dans l’assiette.
  • Une personnalité extravertie, généreuse, fonceuse… qui a inspiré et su faire éclore moult jeunes pousses devenues célèbres (notamment Sébastien Lepinoy, chef à Les Amis)

L’émotion et les hommages témoignés par ses pairs lors de ses obsèques étaient à la mesure d’un grand, très grand monsieur qui aura marqué son époque d’un élan indélébile. Au revoir Monsieur Robuchon, et chapeau bas.

 

 

Michele

Michèle Thorel

Gourmande, gourmet, curieuse des gens, des odeurs, des couleurs, des saveurs. Fitness Pilates et Life coach. Traductrice et pianiste. Responsable marketing et communication dans une ancienne vie, dans l’agro-alimentaire, évidemment.
0 Commentaire (s)Réagir