Mardi 21 août 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La guerre des drones

Par Cécile Brosolo | Publié le 13/12/2017 à 14:00 | Mis à jour le 15/12/2017 à 10:17
Photo : (c) Volocopter
Volocopter UAV drones voiture volante ville futur transport

Alors que le taxi volant autonome Volocopter a effectué son premier vol dans le ciel de Dubaï en septembre dernier, Singapour est également entrée en 2017 dans la guerre des drones, pour gagner la course à l’innovation et révolutionner la mobilité urbaine.

 

Les Unmanned Aerial Vehicles (UAV), improprement appelés « Drones », font leur apparition dans le monde entier et leur utilisation commerciale civile devrait exploser dans les dix prochaines années.

Les applications envisagées sont multiples, de la surveillance industrielle à la sécurité publique, en passant par la collecte de données, ou la recherche et le sauvetage mais, surtout, le transport urbain sur courte ou moyenne distance.

Différents groupes de services postaux ou de livraison dans le monde se lancent dans la livraison commerciale par drones. Ainsi, La Poste en France a fait fin 2016 des tests dans le département du Var, et Amazon a dévoilé début 2017 son futur système de livraisons de colis par drones « Prime Air ». Pour Jeff Bezos, le PDG de Amazon, ce système devrait être opérationnel d’ici 5 ans.

Mais les grandes cités modernes misent de plus en plus sur l’utilisation des UAV en solutions alternatives pour le transport autonome aérien de passagers.

Ainsi, Dubaï se place à l’avant-garde du transport urbain et parie sur le drone taxi à l’horizon 2020. En février 2017, des essais avec le drone Ehang 184 du chinois Ehang étaient effectués dans le désert de Dubaï, et le premier vol d'essai de taxi autonome aérien a eu lieu en septembre avec le 2X de la start-up allemande Volocopter.

 

Pop.Up Airbus
Le concept-Car "Pop.Up" d'Airbus

 

Singapour dans la course

Singapour est bien évidemment lancée dans cette course à l'innovation pour les solutions de mobilité des villes du futur. Ainsi, lors du Business Times Leaders' Forum de mars 2017, le secrétaire permanent du Ministère des transports, M. Pang Kin Keong, a évoqué ce que serait l’industrie du transport à Singapour en 2030 : « D'ici 2030, il y aura une gamme riche et croissante de moyens de mobilité urbaine. Ainsi, plutôt que de posséder un mode de transport, il sera plus judicieux de payer pour différents services de mobilité adaptés à différents types de trajets. La convergence de la mobilité terrestre et aérienne peut être une option de mobilité ».

Le géant de l’aéronautique Airbus, qui travaille sur sa vision des transports urbains de demain avec CityAirbus, a signé fin 2016 un protocole d’entente (Memorandum of Understanding) avec la Civil Aviation Authority of Singapore (CAAS). Cet accord, Skyways Project, a pour objectif de développer et tester différentes solutions de mobilité urbaine, y compris le transport aérien autonome de passagers.

Dans ce cadre, et en attendant le lancement du véhicule-concept terrestre et aérien modulaire d'avant-garde pour le transport de personnes « Pop.Up » d’Airbus à l’horizon 2030, une campagne de livraison de colis par drones est attendue début 2018 sur le campus de la National University of Singapore (NUS), en partenariat avec SingPost. Si les essais sont concluants, les livraisons pourraient s’étendre sur le territoire de Singapour.

 

La gestion et le contrôle du trafic aérien des UAS

Outre les questions réglementaires que pose l’utilisation des UAV, la sécurité reste une préoccupation légitime. Le déploiement des UAV à une large échelle requiert une coordination et une gestion de trafic aérien, et ainsi des fonctions de communication, de navigation et de contrôles très fiables et plus précis qu’à l’heure actuelle.

 

Les UAS présentent en effet de nouveaux défis en raison notamment des profils de vol différents des aéronefs, tels que vols à basse altitude ou manœuvres plus dynamiques, et des contraintes particulières d’un vol en environnement hyper urbain.

De nombreux efforts de recherche, de développement, d'essai et de normalisation des UAS sont en cours par les gouvernements, les industries et les universités.

(From left) M1 COO Patrick Scodeller, CTO Denis Seek and NTU ATMRI D...
M1 COO Patrick Scodeller, M1 CTO Denis Seek, NTU ATMRI Director Prof. Duong & NTU Prof Low Kin Huat.

A Singapour, la compagnie télécom M1 Limited (M1) et la Nanyang Technological University (NTU) ont mené avec succès cette semaine des essais utilisant le réseau hétérogène 4.5G (HetNet) de M1 pour fournir les capacités de commande, de contrôle et de communication nécessaires à des opérations de drones sûres et efficaces.

M1 et ATMRI (Air Traffic Management Research Institute, centre de recherche conjoint entre NTU et le CAAS) ont signé le 07 décembre un protocole d'accord pour la recherche et le développement de ce réseau hétérogène 4.5M HetNet de M1 pour la gestion du trafic aérien des UAS dans l'environnement urbain de Singapour.

 

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Co-directrice éditoriale. Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile a naturellement pris en main les aspects de l'actualité qui touchent à la science et à la technique (la série Merlion, c'est elle), à l'économie et à l'éducation.
0 CommentairesRéagir