Lundi 14 juin 2021
Singapour
Singapour

Geneviève Groslière – Entre Luxe Catering et la Chaîne des Rôtisseurs

Par Laurence Huret | Publié le 28/04/2021 à 17:30 | Mis à jour le 30/04/2021 à 05:46
Photo : Geneviève Groslière @ Xavier Keutch
Genevieve Grosliere Chaine des Rotisseurs Nouvelle Aquitaine

Geneviève Groslière a dirigé en France pendant 18 ans sa propre agence de communication. Parmi ses clients, elle conseillait les principaux ministères, des laboratoires pharmaceutiques et quelques collectivités locales. En 2001, son mari Georges a été muté dans la cité-Etat pour gérer la construction du plus important site mondial pétrochimique. Arrivés pour 3 ans, ils sont toujours à Singapour ! 20 années de partage, de générosité, de beaux projets aussi que ce soit à travers la photographie, leur société Luxe Catering, ou la Chaîne des Rôtisseurs.

 


Geneviève, pouvez-vous nous raconter votre parcours ? Qu’est ce qui vous a amené à Singapour ?

Je suis arrivée à Singapour début 2001, suite à la mutation professionnelle de mon mari. Nous étions arrivés pour 3 ans… 20 ans après nous sommes toujours à Singapour… Nous sommes venus avec notre plus jeune fille (14 ans) qui a souhaité étudier dans un établissement international, plutôt que le Lycée Français. C’est à Overseas Family School qu’elle a préparé le bac international pour ensuite aller à l’Université de Sydney (Australie). Marie Adèle est maintenant à Vientiane (Laos) en charge de projets de développement dans une dizaine de pays chez WWF (World Wildlife Fund).

J’ai passé les premiers mois à m’adapter, en particulier pour améliorer ma connaissance de l’anglais. Georges était en charge d’un gros projet pour l’entreprise dans laquelle il travaillait. De nombreux employés et leurs familles ont ainsi été mutés. Aussi avec quelques épouses de cette compagnie, nous avons monté une structure d’accueil  et d’animation dont j’étais la Chair Lady et qui était dédiée à 480 familles environ. J’ai, par la suite, adhéré à l’AFS pour laquelle je présentais des cours de cuisine et, après quelques années, j’en suis devenue la Présidente pour 4 ans.

Ensuite j’ai créé une société, Black Albatros, pour me donner la flexibilité d’entreprendre dans différents domaines. J’ai commencé par une collection de vêtements de golf pour femmes, trouvant qu’à l’époque, le choix était très limité. J’ai continué en créant et en publiant 6 livres dont le produit net a été reversé à des charités. C’est ainsi que j’ai publié 3 livres de photographies sur Singapour, en partenariat avec des photographes et artistes français et singapouriens, deux livres de recettes de cuisine et un livre sur « L’étiquette à la française ».

Il y a 7 ans, avec mon mari et 2 autres partenaires, nous avons créé une société de traiteur, Luxe Catering, constatant à l’époque que les sociétés de traiteur ne proposaient pas le niveau de prestation que nous attendions. Cette société a pris de l’ampleur année après année et emploie maintenant 25 personnes. Notre portfolio comprend les événements des boutiques de luxe, les diners privés à domicile, les événements corporate et un e-shopping. J’en suis devenue la directrice du goût, mon rôle étant de tester toutes les nouveautés chaque trimestre, de maintenir des standards qualité de haut niveau et de donner des conseils à nos chefs.

 

Geneviève Groslière
Geneviève Groslière @ Xavier Keutch

 

Quels souvenirs gardez-vous de Singapour dans les années 2000 ?

Quand nous sommes arrivés à Singapour, les choix d’occupations étaient très limités : théâtre chinois ou cinéma, jardin botanique ou zoo… Même chose pour les restaurants : il n’y avait, par exemple, que 7 restaurants français ! Nous avons vu les théâtres se construire, les arts se développer, les musées s’ouvrir. MBS a apporté une grande variété de restaurants, qui se sont développés très vite au travers de Singapour.

 

Quels ont été les challenges professionnels et personnels auxquels vous avez dû faire face ?

Tout d’abord et surtout, la pratique de l’anglais, sans laquelle on ne peut pas faire grand chose à Singapour. Mais le contexte y est très favorable et j’ai rencontré de belles personnes qui m’ont montré une patience tout à fait extraordinaire. Ensuite, le besoin d’entreprendre : je possédais déjà ma propre entreprise en France et très vite, j’ai voulu continuer l’expérience ici. L’avantage à Singapour est que tout est simple. On peut créer sa propre entreprise en 24 heures ! Je me suis lancée et cela a été une expérience très particulière et riche d’enseignements.

 

Quel appui vous ont apporté les différentes institutions françaises ?

Lors de ma présidence de l’AFS, nous avions entrepris avec toutes ces institutions un travail en commun, respectant les champs de chacun tout en s’appuyant les uns sur les autres, pour développer l’esprit français à Singapour et pour aider les nouveaux arrivants. Quelques exemples : soirées du 14 juillet avec l’Ambassade,  FCCS, les CCE’s et le LFS ; la célébration des 50 ans de Singapour par un projet commun d’une magnifique soirée montrant la culture française dans tous ses aspects ; la création d’un  réseau de soutien aux Français en difficulté. 

 

Geneviève Groslière
@ Luxe Catering

 

La FCCS m’a également bien aidée au travers du groupe « Women  Mastermind ». Je recommande d’ailleurs à toutes les femmes qui arrivent de se joindre à ce groupe WhatsApp qui est une mine de renseignements en tout genre. Aujourd’hui c’est un groupe fort de 70 membres avec des entreprises de tailles et de types différents. Nous nous apportons mutuellement des réponses à toutes sortes de questions, que ce soit sur les dernières règles d’embauches de personnel, les taxes ou même des échanges de ses meilleures adresses. FCCS Women Mastermind propose chaque mois des ateliers. 

 

Comment voyez-vous la situation actuelle à Singapour dans le contexte de la pandémie ?

D’une façon générale, je trouve que le gouvernement a très bien géré cette crise et je me sens en sécurité à Singapour. Ce qui me manque, c’est de ne pouvoir voyager, comme nous l’avons fait jusqu’à présent, pour découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures. Etant PR (Permanent Resident), nous n’avons pas de problème pour aller en France et revenir : nous l’avons fait 2 fois en 2020 pour visiter notre famille. Nous sommes chanceux. Ce n’est pas le cas de nombre de nos amis qui dans l’incertitude du retour et d’une quarantaine en hôtel avec des enfants ne sont pas retournés chez eux depuis le début de la pandémie. 

Du côté de notre société Luxe Catering, l’année 2020 a été particulièrement difficile, mais nous avons été capables de faire face aux challenges, en espérant qu’en 2021, la situation évolue positivement en ce qui concerne l’organisation d’évènements. Aujourd’hui nous faisons beaucoup de « petits événements » - ce qui demande plus d’efforts de logistique et une organisation précise, avec plus de personnel. 

Geneviève Groslière - Luxe catering
@ Luxe catering

 

Comment envisagez-vous votre avenir ? 

Depuis que mon mari a pris sa retraite en 2017, nous partageons notre vie entre Singapour (l’hiver) et Arcachon (l’été), avec des voyages entre les deux (hors période Covid...). Nous pensons continuer à faire cela jusqu’au jour où nous trouverons que le voyage en avion est trop pénible. Ce jour-là, nous rentrerons en France pour vivre à Arcachon.

Nous sommes membres de la Chaîne des Rôtisseurs, Georges est chevalier à  Singapour et moi en France, je viens de passer Chancelière en charge de la communication pour la région Nouvelle Aquitaine. La Chaîne des Rôtisseurs a un réseau de 80 bailliages dans le monde. Nous y rencontrons leurs membres lors de leurs chapitres (réunion annuelle organisée par chacun des bailliages). C’est une occasion privilégiée de visiter des régions et goûter leurs spécialités toujours dans des cadres exceptionnels.

J’avais créé un réseau informel de soutien aux Français en difficulté. Ce réseau continue à fonctionner par le bouche à oreille et quelque soit l’endroit où je me trouve, je continue à soutenir les personnes qui traversent des périodes difficiles comme le cancer par exemple.

 

20 ans lepetitjournal.com

Dans le cadre de l’anniversaire des 20 ans de lepetitjournal.com, l’édition de Singapour a souhaité donner la parole et mettre en lumière des Français et francophones résidant à Singapour depuis une vingtaine d’années.

 

Laurence Huret

Laurence Huret

Co-Directrice de l'édition. Avocate de formation, Laurence multiplie les engagements auprès de la communauté française à Singapour : Elue Conseillère consulaire, elle est membre du CA de l’Alliance française et du Conseil d’établissement du Lycée français
0 Commentaire (s)Réagir