Mercredi 21 août 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Entretien avec Vincenzo Esposito Vinzi, Directeur général par intérim

Par Cécile Brosolo | Publié le 24/09/2017 à 14:00 | Mis à jour le 02/10/2017 à 10:45
Photo : Prof. Vincenzo Esposito Vinzi sur le campus ESSEC Asie-Pacifique
Prof Vincenzo Addressing Staff & students ESSEC Singapore

Le professeur Vincenzo Esposito Vinzi, Doyen des professeurs et Directeur général par intérim de l’ESSEC Business School a réaffirmé cette semaine à Singapour qu’il s’inscrit dans la continuité de la stratégie actuelle de l’école, et a annoncé la participation de l’ESSEC à l’année 2018 de l’innovation entre la France et Singapour.

Le professeur Vincenzo Esposito Vinzi, Doyen des professeurs de l’ESSEC, assure depuis mai dernier la fonction de Directeur général par intérim, suite au départ de Jean-Michel Blanquer, nommé ministre de l'Éducation nationale.

Il était à Singapour la semaine dernière, pour une visite académique, à la rencontre du corps professoral et de l’importante communauté des alumni, et institutionnelle avec, en point d’orgue, la rencontre avec notre ambassadeur, M. Marc Abensour, en préparation de l’année 2018 de l’innovation entre la France et Singapour.

www.lepetitjournal.com/singapour - Vous êtes Directeur général par intérim de l’ESSEC. Pouvez-vous nous en dire plus sur le processus de nomination du futur Directeur général ?

Vincenzo Esposito Vinzi – Suite au départ de Jean-Michel Blanquer, nommé Ministre de l’Education Nationale le 17 mai 2017, et conformément aux statuts de l’école, un comité de sélection des candidats au poste de Directeur général a été formé. Il est constitué de sept membres qui représentent les parties prenantes de l’ESSEC : il s’agit de la chambre de commerce Paris - Île-de-France, des professeurs, des anciens élèves et de l’institut catholique de Paris. Un chasseur de tête a été recruté et un appel international à candidatures a été lancé en juin dernier.

Le conseil de surveillance de l’ESSEC, présidé par M. Thierry Peugeot, désignera le Directeur général du groupe. La liste des candidats est arrêtée mais reste confidentielle, et aucune date n’est fixée pour cette nomination.
 

Quelle est votre vision et votre stratégie pour l’ESSEC dans cette période de transition ?

Vincenzo Esposito Vinzi – Je m’inscris dans la continuité du plan stratégique mis en place par Jean-Michel Blanquer, et la consolidation des projets en cours. Le plan stratégique « ESSEC 3i » ancre les trois piliers de l’Innovation, de l’Internationalisation et de l’Implication, qui structurent notre ambition et notre esprit pionnier. Il est important aujourd’hui de rassurer la communauté interne et externe de l’ESSEC en garantissant cette continuité.

L’ESSEC est une école de stature mondiale et veut, dans sa mission, avoir un impact global. Cela se traduit, d’une part, par notre présence à l’international, avec ce campus Asie-Pacifique ici à Singapour et le nouveau campus Afrique-Atlantique implanté depuis le printemps 2017 à Rabat, au Maroc et, d’autre part, par une internationalisation au sein même de l’ESSEC. Nous avons en effet aujourd’hui une majorité de professeurs internationaux, environ 31% d’étudiants mondiaux qui viennent de 96 pays différents, 182 partenaires dans 45 pays et 29 doubles diplômes dont 24 internationaux.

Comment définissez vous l’« Esprit pionnier » de l’ESSEC ?

- L’esprit pionnier, que j’aime aussi appeler l’esprit de conquête, est un état d’esprit d’anticipation ; une capacité à préparer les nouvelles tendances pour l’avenir. Trois éléments sont essentiels : il s’agit du risque, savoir prendre des risques raisonnés pour préparer le futur, du respect, pour que les risques et les décisions prises soient soutenables et s’inscrivent dans la durée, et de la responsabilité, pour assumer ses actes et les décisions prises en tant que pionnier.

L’ESSEC a une mission de transmission de savoir aux étudiants mais aussi de création de nouveaux savoirs, par la recherche au niveau du corps professoral. C’est ça aussi l’esprit pionnier.
 

Comment l’ESSEC va-t-elle contribuer à l’année 2018 de l’innovation France-Singapour ?

- La participation de l’ESSEC à cette année de l’innovation entre la France et Singapour a été l’objet de notre rencontre avec l’ambassadeur, M. Abensour. Nous allons jouer un rôle important dans cette initiative, car elle correspond aux valeurs et au plan stratégique de notre école. Nous avons de fortes compétences en innovation que nous souhaitons partager.

Nous allons mettre en place une série d’évènements qui permettront d’impliquer les étudiants et les professeurs, mais aussi les partenaires économiques locaux et internationaux et le grand public.

Je pense que ce qui différencie aujourd’hui une business school, c’est justement cette aptitude à créer des « business solutions » par la voix de l’intégration et des échanges continus avec les différents partenaires. Amener sur le campus des acteurs politiques et économiques permet d’interagir et de créer des nouvelles solutions pour répondre aux besoins de la société.

De plus, afin d’inscrire dans la durée tous les échanges qui auront lieu autour de l’innovation en 2018 et avoir un impact, nous envisageons l’écriture d’une charte ou d’un livre blanc de l’innovation avec l’ensemble des partenaires.
 

A Singapour, le gouvernement rassemble les efforts en termes d’innovation, de digital et nouvelles technologies dans l’initiative « Smart Nation ». L’ESSEC s’inscrit-elle dans cette démarche ?

- Parmi les piliers qui caractérisent notre présence à Singapour, il y a indéniablement l’innovation dont nous venons de parler, mais également le Digital Business et la Smart Life et Smart Economy. Nos deux centres d’excellence sur ces deux thématiques spécifiques sont en forte résonance avec les pôles d’excellence de Singapour et Smart Nation.

En accord avec cette stratégie de transformation numérique Smart Nation, l’ESSEC Asie-Pacifique veut donner aux leaders de demain des connaissances de pointe dans le numérique, l'innovation, les technologies nouvelles et l'économie intelligente dans un environnement mondial.

 

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile s'intéresse en particulier à la science et à la technique, à la photographie et à l'environnement.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Singapour ?

A gentleman’s tale, un tailleur en 3 dimensions

​​​​​​​Kenneth Chia et Lyn Chan sont en train de révolutionner la taille de costumes sur mesure, en apportant une touche technologique et en venant directement à la rencontre des clients sur leur lieu

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

APPEL À TÉMOINS - L’expatriation : un virus ?

Vous faites partie de ces « récidivistes » ? Tellement à l’aise en dehors des frontières que les perspectives de retour vous sont insupportables ? Vous avez attrapé le virus en héritage...

Sur le même sujet