Vendredi 30 octobre 2020
Singapour
Singapour

Balade à travers les lieux insolites de Singapour

Par Emma Dailey | Publié le 22/09/2020 à 21:30 | Mis à jour le 23/09/2020 à 18:04
Photo : @ Marie Dailey Photography
lieux insolites de Singapour

Lorsque l’on pense à Singapour, on imagine la silhouette élégante du Marina Bay Sands, du “Arts and Sciences Museum”, du “Helix Bridge”, ou encore des “Supertrees”. La Cité-Etat est en effet une cité moderne, en perpétuel renouvellement avec des constructions modernes qui émergent à la vitesse de l’éclair. Certains lieux semblent pourtant encore échapper à ces changements rapides, paraissant presque suspendus dans le temps. Ces lieux insolites sont à visiter au plus vite, puisqu’ils peuvent à tout moment succomber à cette inévitable modernisation et disparaître… Voici quatre lieux uniques, qui méritent l'un de vos après-midis.

 

Les “Bird corners”

bird corners

 

L'élevage de certains oiseaux était très répandu dans les Kampongs ou villages de l’ancien Singapour. Ces oiseaux étaient notamment dressés pour chanter des mélodies spécifiques sur commande. Aujourd'hui, cette pratique devient de plus en plus rare, avec seulement quelques clubs de chant d'oiseaux restant ici et là, le plus souvent installés au milieu des HDB. Ces clubs organisent des concours de chant qui se déroulent souvent tôt le matin. Ces compétitions, organisées assez régulièrement, sont également une activité sociale importante pour une partie de la population, car les compétitions durent plusieurs heures et les propriétaires d'oiseaux passent ce temps à socialiser en buvant du thé et en mangeant quelques plats le plus souvent achetés dans le “food court” du coin. Ils se réunissent également régulièrement, certains même quotidiennement, pour “dresser” ensemble leurs oiseaux.

Les oiseaux les plus prisés sont le Merbok, la Grive de verreaux, le Bulbul orphée et le Shama à croupion blanc. Il faut aussi noter que certains de ces oiseaux valent des sommes astronomiques, jusqu'à des centaines de milliers de dollars singapouriens. Leurs cages aussi peuvent être précieuses lorsqu’elles sont fabriquées à la main avec des matériaux plus ou moins sophistiqués. Un des lieux à visiter est par exemple le “Kebun Baru Bird Singing Club”, à Ang Mo Kio Town Garden West, qui est l’un des derniers clubs à Singapour, mais aussi le plus grand de toute l’Asie du Sud Est. Qui sait combien de temps encore cet élément obscur de la culture kampong survivra?

 

Haw Par Villa

haw par villa

 

“Haw Par Villa “est un lieu difficile à classifier. Il se rapproche d’un parc d’attraction puisqu’on l’a surnommé le “Disneyland Confucéen”. Ce parc contient vingt-cinq groupements de statues et dioramas représentant des scènes de mythologie chinoise, de figures issues de la religion bouddhiste, et enfin, de divinités taoïstes. Il se situe au 262 Pasir Panjang Road, et est facilement accessible via la Circle Line, et plusieurs bus. 

Ce lieu fascinant et profondément étrange (une partie est d’ailleurs à éviter avec des enfants)  a été construit il y plus de quatre-vingts ans, en 1937, par deux frères, Aw Boon Haw et Aw Boon Par. Ils se sont enrichis grâce à la vente du baume du Tigre, ce baume médicinal à base d’huiles essentielles, notamment de camphre, de clou girofle et de menthol, efficace contre les douleurs musculaires, articulaires, les piqûres d’insecte, les maux de tête, et les congestions nasales. Ce baume fût inventé en 1870 à Rangoon, au Myanmar, mais c’est la compagnie fondée par ces deux frères, Haw Par Healthcare, qui détient le monopole du produit à ce jour. 

Les sources d’eau chaudes de Sembawang

sembawang

 

Les sources chaudes de Sembawang, situées au nord de Singapour sur Gambas Road, sont uniques sur  l'île. Découvertes en 1909, ces sources chaudes recevaient à l'époque jusqu'à 300 visiteurs par jour en raison de la nature relaxante de l'eau chaude et de sa réputation thérapeutique. Elle était censée guérir certaines affections cutanées, l'arthrite légère et les douleurs musculaires par exemple. L'eau reste à une température constante de soixante-dix degrés Celsius; elle possède également des propriétés minérales uniques. Malgré la popularité des sources chaudes au 19ème siècle, le nombre de visiteurs a diminué régulièrement depuis le début des années 2000. Néanmoins, les nombreux habitués des sources thermales en ont fait un lieu très social. 

Les sources chaudes ont finalement fermé pour réaménagement à la fin de 2018, mais ont rouvert en janvier 2020. Il y a maintenant un petit musée expliquant l’histoire du lieux, un restaurant, la Sembawang Eating House, et une balade aménagée, la Floral Walk. Si vous voulez profiter de l’eau, soyez certain de suivre les règles d’hygiène, et de politesse, à lire sur le site web officiel du lieux.

 

Le  “Projector” 

the projector
@Emma Dailey

Dissimulé dans les hauteurs du Golden Mile Tower, au 6001 Beach Road, Le “Projector” est un cinéma indépendant aux allures nostalgiques. Avec seulement trois salles, et un total de 550 sièges, il a la particularité de projeter des films hors du courant dominant.  Il y a par exemple, en ce moment un festival du cinéma mexicain.

Il est aussi à noter que  le “Golden Mile Complex” est à la communauté thaï de Singapour, ce qu’est “Peninsula Plaza” à la communauté birmane ou encore “Lucky Plaza” à la population philippine de l'île. Ceci s’explique car c’est le point de départ des bus qui partent en direction de la Thaïlande. Ainsi, avant ou après un bon film, il est vivement recommandé de profiter d’un des multiples restaurants authentiques et bon marché que l’on peut trouver dans le bâtiment voisin.

 

 

Emma Dailey

Emma Dailey

Franco-Américaine, Emma a passé plus de dix ans à Singapour. Après une licence en Sciences Sociales, focalisée sur les relations entre l'Europe et l'Asie, elle est actuellement étudiante en Master de Sécurité Internationale à SciencesPo Paris.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ALAIN mer 23/09/2020 - 03:18

Bonjour, Accro au petit journal depuis de nombreuses années, je suis parfois agacé par les fautes/erreurs que j'y trouve. 1. L'un des deux frères se nomme Aw Boon HAW, non pas Haw Boon HAR, ce qui est d'ailleurs évident dans le nom du parc d'attarctions "HAW PAR VILLA". 2. L'auteur a des "MOTS" de tête ? Dans un sens il faut espérer qu'il/elle a effectivement des mots dans sa tête, à condition de choisir les bons.. Ici, il s'agit de MAUX de tête, pluriel du nom MAL. Est-ce mon grand âge ou le fait que depuis bientôt 17 ans j'ai assez bien réussi dans la profession de traducteur indépendant, ce genre d'erreurs ma saute littéralement ai visage. En toute amitié Alain

Répondre

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.