Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

REGARD JEUNESSE – Les dix interdits, la bourse ou la vie !

Écrit par Lepetitjournal Singapour
Publié le 28 mai 2013, mis à jour le 28 mai 2013

Nouveaux dans le monde des expatriés à Singapour ou habitués de longue date, vous avez sûrement entendu parler de la notion de liberté relative dans la cité-Etat.  Il peut parfois être difficile de perdre ses habitudes ou d'en adopter de nouvelles.... Voici, selon nous, le top dix des interdits officiels.

Le chewing gum : l'objet de désir
« Comment ça on ne vend pas de chewing gum Hollywood à Singapour ? C'est une blague ? » : la plainte classique d'un adolescent. Eh bien oui, les bonbons à mâcher ont été interdits à l'importation et à la vente depuis 1992, suite à des problèmes techniques concernant le MRT. En effet, des étudiants avaient l'habitude de jeter leur chewing gum dans les rames du métro et ainsi causer de nombreux retards. Le premier ministre a décidé par la suite d'en interdire la consommation. Pour les inconditionnels, il reste le chewing gum « médicinal » en vente en libre service incluant les substituts aux cigarettes permettant de se désaccoutumer de la nicotine.... mais quel plaisir d'avoir des sols propres et rien qui colle sous les chaussures !

Le durian: on s'estime heureux !
Réputé pour son odeur pour le moins particulière, le fruit national des singapouriens est sujet à des mesures très strictes. Hors de question d'en transporter dans le bus ou dans le métro, sous peine d'une amende 500 $ SGD.

Passage piéton obligatoire
Piétons indisciplinés, sachez que vous êtes passibles d'une amende de 20 $ SGD si vous vous essayez à traverser une rue hors des passages réservés ou en l'absence de signal lumineux vous autorisant à le faire. On recommande notamment de faire attention aux policiers cachés derrière des buissons, et à ceux qui s'habillent en civil. Vous connaissez la rumeur, pour un policier en uniforme à Singapour, on dit qu'il y a sept policiers en civil !

Incognito dans la banque
A Singapour, casquettes, chapeaux, lunettes de soleil ou autres accessoires masquant tout ou partie du visage sont interdits dans l'enceinte d'une banque. On ne compte pourtant qu'une seule attaque à main armée, et elle date de 1996.
Du coup, on ne sait pas bien comment font les femmes qui portent la burka à Singapour....

Pas de chaines internationales à la télé (ou alors très peu)
Impossible de regarder des émissions en ligne sur des sites comme FranceTelevisions.fr. Ainsi, la possession d'antennes paraboliques est défendue, seule la télévision par câble est autorisée et le choix en langue française est plus que restreint!

Tags : un jour viendra, sûrement...
Artistes en plein élan de créativité, abstenez-vous ! Singapour est réputée pour sa légère obsession de la propreté et son autoritarisme. En 2010, un suisse de 32 ans a écopé de 5 coups de bâton et de 5 mois de prison pour avoir réalisé des graffitis sur une rame de métro. Quelle image donnerait-on de la métropole avec des murs barbouillés de toutes les couleurs ? Pourtant, un tunnel situé près de l'Esplanade a vu son intérieur renaître sous un nouveau jour : il s'est transformé en galerie d'arts avec de multiples créations sur murs incluant des peintures, sculptures?  Rajoutons à cela deux murs en plein, construits en centre ville après autorisation du Conseil National des Jeunes, sur lesquels il est permis de taguer.... sous réserve bien entendu d'avoir obtenu une autorisation préalable. De quoi laisser entrevoir une lueur d'espoir pour les artistes du street art..

La nudité?de toutes les manières possibles et inimaginables
Si Singapour souhaite devenir un grand centre culturel et se positionner en concurrente de Londres ou de New York, il y a encore quelques barrières qu'elle n'a pas franchies. Afficher la nudité en est une. Qu'il s'agisse d'exposer un nu féminin dans une galerie d'art, d'afficher un corps dans une publicité, de dévoiler le bout de sein de Kate Winslet dans Titanic ou même de visualiser le buste dénudé de la sorcière africaine dans le film d'animation pour enfants Kirikou, l'interdiction est la même. Rien n'échappe à la vigilance des autorités singapouriennes qui raisonnent tel Tartuffe : « par de pareils objets, les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées ».  

Les jouets « trop » réels    
Parents, soyez prudents à ne pas laisser sortir vos enfants avec des pistolets à billes à la main, sous peine de représailles avec la police. Idem pour les sabres de pirate et autres accessoires de « méchants ».

Ni crachats, ni déchets jetés sur la voie publique : on ne va pas s'en plaindre !
Interdiction de cracher, de laisser tomber malencontreusement mégots de cigarette, mouchoirs ou papiers sur le sol singapourien. Acte de civisme ou respect de l'environnement, on ne peut qu'approuver cette culture de la propreté. Une réglementation stricte qui permet de dire qu'il fait bon vivre à Singapour !

Et le classique?
Enfin l'interdit le plus commun : la drogue, sous peine de 20.000 $ SGD d'amende, de coups de canne et/ou d'emprisonnement à vie. La peine de mort par pendaison n'étant plus systématique pour les petits trafiquants qui coopèrent avec la police.

Il est dit que tout ce qui est amusant est interdit à Singapour. Toutefois, la ville modèle reste connue pour sa propreté et son ordre, ce qui nous arrange aussi parfois?

Alexia Petit (www.lepetitjournal.com-Singapour) mercredi 29 mai 2013

logofbsingapour
Publié le 28 mai 2013, mis à jour le 28 mai 2013

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024