Samedi 19 juin 2021
Shanghai
Shanghai

ARCHITECTURE - La Chine ne veut plus de bâtiments "laids" !

Par Elise Pouget | Publié le 27/04/2021 à 16:28 | Mis à jour le 28/04/2021 à 10:43
architecture-chine-building

Souvent moquées à l'international pour ses architectures originales, les nouvelles constructions chinoises devront être "fonctionnelles, vertes et agréables à regarder", selon la Commission nationale de développement.

La principale agence de planification économique de Chine en a assez des bâtiments laids et peu pratiques et a déclaré que les gouvernements locaux devraient se concentrer sur des conceptions de bâtiments fonctionnelles, rentables, respectueuses de l'environnement et esthétiques. «La construction d'immeubles de très grande hauteur, plus de 500 mètres, doit être strictement limitée et la construction de "bâtiments laids" interdite», pouvait-on lire dans l'avis daté du 8 avril.

Avec l'urbanisation rapide de la Chine, les gratte-ciels, les monuments et les attractions touristiques ont proliféré à travers le pays au cours des trois dernières décennies. L'envie d'attirer les touristes en leur vendant le selfie original et obligatoire devant un bâtiment emblématique a entraîné une compétition architecturale des plus débridées. La commission avait déjà tenté d'intervenir en limitant la multiplication des copies de bâtiments occidentaux, ainsi que l'utilisation de noms à consonnance étrangère pour les complexes résidentiels, avec plus ou moins de succès. 

Une architecture chinoise à l'esthétique jugée parfois douteuse

Cette nouvelle annonce a immédiatement déclenché une vague de discussions en ligne sur certaines des "horreurs urbaines" les plus célèbres de Chine. Bien que la notice ne donne pas une définition claire de ce qui constitue un bâtiment "laid", le hashtag "#pasdebâtimentslaids" est devenu viral sur la plate-forme de micro-blogging Weibo, recueillant plus de 170 millions de vues.

Sur les réseaux sociaux chinois, les utilisateurs ont partagé des milliers de photos d'architectures à l'esthétique jugée douteuse ou ridicule de leurs villes natales et depuis 2010, le site web chinois d'architecture Archcy.com organise un concours annuel des 10 bâtiments les plus laids, avec un sondage d'opinion publique et un second tour par des professionnels.

Cependant, des internautes se sont au contraire insurgé de la subjectivité du règlement, qui pourrait nuire à la créativité. « Qui est apte à juger la beauté d’un bâtiment ? Ce que je trouve hideux peut être considéré comme novateur par quelqu’un d’autre », écrit un utilisateur de Weibo, cité par le Vent de la Chine.

A vous de juger !

 

Florilège des architectures jugées "laides" :

Le baiser volant, Chongqing

 

 

"L'Ananas", Sanya, Hainan

architecture-chine

 

 

La Théiere, Zunyi, Guizhou

 

 

L'Hôtel Tianzi, Hebei

architcture-chine
 

 

Les "deux urinoirs", Shuangyuhui, Liuzhou, Guangxi

architecture-chine

 

 

Crab Culture Museum, Kunshan, Jiangsu

architcture-chine

 

 

Sunac Guangzhou Grand Theater, Guangdong

architecture-chine

 

 

Le "décapsuleur", World Financial Center, Shanghai

architecture-chine

 

 

Changbai Resort Hotel, Yanbian, Jilin

architcture-chine

 

 

Le "phallus", Centre des nouveaux médias, Guangxi

architecture-chine

 

 

Le "Pantalon", Suzhou, Jiangsu

architcture-chine

 

 

Le "Pantalon", CCTV Building, Beijing

architecture-chine

 

 

La "pièce de monnaie", Guangzhou Yuan Building, Guangdong

architecture-chine

 

 

Wuliangye Yibin Building, Sichuan

architecture-chine

 

 

Chanson du Yangtze, Wuhu, Anhui

architecture-chine

 

Sources : leventdelachine.com, sixthtone.com
Nous vous recommandons
ep

Elise Pouget

Secrétaire de rédaction. Après une formation artistique universitaire, Elise Pouget se spécialise en infographie et travaille en tant que Chargée de communication à Toulouse avant de s'installer en Chine en 2015.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Vinh mer 05/05/2021 - 12:11

La Chine fantaisiste comme cela est beaucoup plus séduisante que la Chine agressive et expansionniste en mer Indo-Pacifique (intitulée "Mer de Chine", ce que la dictature chinoise a compris comme "Mer à la Chine") ou en Himalaya tibétain....

Répondre