Dimanche 24 janvier 2021

Le service militaire sud-coréen

Par Firdaws Moustafy | Publié le 27/06/2018 à 00:00 | Mis à jour le 05/06/2019 à 14:58
service militaire corée

Si le service militaire est un sujet de débat en France, il l'est aussi en Corée du Sud où il occupe une grande place dans la vie des recrues. Zoom sur l'un des 4 devoirs constitutionnels coréens.

On en parle souvent, mais on en sait peu. Le service militaire en Corée du Sud est obligatoire pour tous les citoyens coréens de sexe masculin. Héritage de la Guerre de Corée entre 1950 et 1953, il consiste à préparer les hommes au combat en cas de conflit futur entre les deux zones. Il fait partie de l’un des 4 devoirs constitutionnels (avec le travail, l’éducation et les impôts), et doit être effectué entre 18 et 36 ans. En quoi consiste-t-il ?


Par la logique des choses, le service militaire a évolué au fil des années, pour se diversifier. Parmi les quatre corps d’armée existants, on compte l’armée de l’air (24 mois de service), la marine (23 mois de service), un corps équivalent au Marines des Etats-Unis (21 mois), et enfin l’armée de terre (21 mois). C’est là le service militaire dit actif. Le service non actif est lui un service plus long, entre 24 et 36 mois.


 Le service militaire coréen est connu pour être assez strict, dans la mesure où les premiers mois d’entraînement se font avec peu de contact extérieur, et à un rythme très soutenu. Il fait partie des services les plus longs. Interdiction pour les recrues d’avoir un téléphone portable ou un ordinateur personnel, les correspondances avec la famille se font grâce au système existant sur place, ou alors par courrier.


Il n’est pas anodin que ce sujet soit assez épineux en Corée du Sud, puisqu’il existe un véritable paradoxe autour de ce dernier. D’une part, les difficiles conditions des recrues lors du service, si bien que les rares exemptés sont surnommés « les fils de Dieu ». De l’autre, le symbole que représente ce devoir civique, puisque toute personne tentant d’y échapper de manière frauduleuse est extrêmement mal vue, car cela représente aux yeux de tous une faute extrêmement grave. Pourtant, beaucoup veulent tendre vers un service plus accommodant. En effet, l’intensité des entraînements est bien connue. De nombreux incidents entre recrues ont été rapportés aujourd’hui, comme durant la polémique de 2014, où un Coréen succombait aux attaques physiques de ses compagnons. On recense ainsi une centaine de victimes par an durant ce service, dont les deux tiers seraient des suicides. La difficulté psychologique des entrainements est donc également à prendre en compte.


Les personnes exemptées du service militaire sont peu nombreuses : il s’agit essentiellement de citoyens atteints d’une pathologie physique ou mentale, ainsi que des personnes ayant un casier judiciaire. Si le fait d’être gay ou tatoué permettait également d’être exempté, ce n’est plus le cas aujourd’hui.


Des personnes concernées interrogées définissent tout de même le service militaire comme une occasion de pouvoir rencontrer des camarades, lier une amitié, même si elles le qualifient d’assez injuste. Plus récemment, le joueur de football Son Heung Min actuellement en Russie pour la Coupe du Monde se voit face à un terrible enjeu : l’accès aux 8èmes de finale, qui permettrait au joueur d’être exempté du service (ce qui sera bientôt le cas pour tout sportif se voyant attribuer un titre olympique), ou devoir mettre sa carrière entre parenthèses lors de deux saisons en cas de défaite de la Corée du Sud pour aller faire son service militaire.


 Ce devoir civique en Corée du Sud amène donc un véritable questionnement au sein de la société coréenne, débat qui restera surement d’actualité tant que la situation entre Corée du Sud et Corée du Nord sera mouvementée.

0 Commentaire (s)Réagir