PATRIMOINE - Joseph Gire, un architecte français méconnu qui a modelé Rio de Janeiro

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 14/10/2010 à 05:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 12:52

On lui doit le Copacabana Palace, édifié en 1920, l'hôtel Gloria inauguré en 1922 et l'immeuble « A Noite », place Maua. Personne pourtant ne se rappelait le nom de Joseph Gire, jusqu'à ce que son petit fils, l'artiste Roberto Cabot ne découvre, il y a deux ans, que son grand-père était l'auteur de ces bâtiments qui ont modelé le Rio de Janeiro de la première moitié du XX° siècle

Un auvergnat oublié
Joseph Gire est né en 1872 au Puy en Velay et mort en 1933. Il a séjourné en France, en Allemagne, au Brésil et en Argentine.
"Ici, Gire a été complètement oublié. Pourtant, quand il est arrivé au Brésil, il était déjà connu internationalement. Il avait travaillé au sein d'un des plus prestigieux bureaux d'architectes parisien, le bureau Lucien et Henri Grandpierre, à partir de 1900 " explique Roberto Cabot qui a entrepris de longues recherches sur son aïeul. Il en tirera un livre, enrichi de plus de 400 photos d'époque, qui paraîtra à la fin de l'année.
Cette omission historique est difficilement compréhensible, Joseph Gire ayant travaillé sur plus d'une vingtaine de constructions prestigieuses à Rio, mais aussi à São Paulo où il a construit l'hôtel Esplanade. Parmi ses réalisations, un palais commandé par la famille Guinle, sur l'île de Brocoio, tout à côté de Paqueta dans la baie de Guanabara. Une maison de style normand, avec des sols en marbre portugais et des arabesques, aujourd'hui résidence d'été du Gouverneur de l'Etat de Rio.

Un précurseur de la "verticalisation"
"Gire était un artiste, quand ils passent devant, les gens n'associent pas son nom aux bâtiments qu'il a construit ", justifie Antônio Agenor Barbosa, professeur d'histoire à la Faculté d'architecture de l'Université fédérale de Rio de Janeiro : "c'est la conséquence d'un manque de culture architecturale. Nous cultivons la littérature et la musique, mais pas l'architecture". "Pourtant, les réalisations de Joseph Gire ont largement stimulé le processus de verticalisation de la ville à Copacabana, à Flamengo et à Gloria", poursuit Roberto Cabot.
Symbole de cette "poussée vers le ciel " de Rio de Janeiro, l'immeuble "A Noite", place Maua, qui fut en 1928, avec ses 23 étages, le premier gratte-ciel en béton armé d'Amérique latine. Mais aussi le premier bâtiment de style art déco de l'alors capitale du Brésil. Durant de longues années, "A Noite" fut une des principales attractions de Rio de Janeiro.

Jean-Jacques FONTAINE (www.lepetitjournal.com – Rio de Janeiro) jeudi 14 octobre 2010

Tous les reportages de Jean-Jacques Fontaine sur www.visionbresil.com

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale