SCIENCES - Le Chili siège de l’astronomie mondiale

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 20/04/2010 à 16:25 | Mis à jour le 13/11/2012 à 15:16

Le Chili est sur le point de rassembler plus de la moitié de l'observation astronomique mondiale. En effet, le pays, placé sous une bonne étoile, présente des conditions exceptionnelles d'observation et attire des scientifiques du monde entier. La venue prochaine de 3 nouveaux télescopes ultra performants, entrainera dans son sillon le développement de la Recherche scientifique nationale et des sciences liées à l'astronomie.

 

(photo Alma)

Le Chili détient déjà 40% des superficies d'observation de la planète et dans un avenir proche, avec  trois nouveaux mega projets tout juste signés, il concentrera la moitié de l'observation astronomique mondiale, de quoi stimuler la recherche scientifique : le Grand Télescope d'Etudes Synoptiques (LSST), appelé le plus grand« appareil photo » au monde, sera construit dans la région de Coquimbo d'ici à 2017, le Télescope Géant de Magellan (GMT), dont l'installation dans le désert d'Atacama est prévue pour 2018, et enfin, le plus grand projet de radioastronomie du monde, l'Alma, déjà en activité sur le plateau du Chajnantor (2e région) et dont le but est d'observer les traces du rayonnement du Big Bang. Il sera au total de sa capacité, en 2012.

A la recherche de l'?il de l'univers
L'expansion ne s'arrête pas là. Les îles Canaries et le Chili se disputent actuellement le plus grand télescope du monde, l'E-ELT. S'il s'installe sur le Cerro Armazones, (2eme région) il dotera le Chili de 60% de l'observation astronomique mondiale et en fera un chef de file de la recherche de pointe dans ce domaine, dont les deux objectifs principaux sont l'étude de l'origine de l'univers et la découverte de la vie dans d'autres galaxies. 

Pour Diego Mardones, astronome à l'Universidad de Chile, les conditions exceptionnelles du pays ont contribué à l'arrivée de cette nouvelle instrumentation. « Par exemple, Alma sera un projet unique au monde. Et il s'installe ici, parce que les conditions de Chajnantor sont uniques. En fait, si nous voulions trouver un autre endroit comme ça il faudrait aller en Antarctique ou dans l'espace. » 

Stimuler la science chilienne 

Le Chili fait partie des 12 premiers pays du monde en matière de Recherche astronomique, score qui compte tenu de ses conditions naturelles incroyables et de l'accès aux technologies de pointe peut être amélioré. Car bien sûr si le Chili accueille tous ces observatoires, les chercheurs locaux doivent partager les temps d'observation avec les astronomes du monde entier.

Pour Nelson Padilla, astronome et professeur à l'Universidad la Catolica, l'arrivée de plusieurs projets dans le pays donnera lieu à un développement considérable de l'astronomie au niveau national. Une thèse que soutient Mardones qui dit que si le niveau des professionnels nationaux est bon, « il faut stimuler les programmes des études supérieures, afin que les Chiliens puissent mener la recherche sur les nouveaux télescopes. »

Renforcer le capital humain

L'arrivée de ces grandes structures ne bénéficie pas seulement à l'astronomie,  c'est pourquoi les autorités cherchent à attirer des télescopes tels que l'E-ELT pour développer d'autres domaines liés aux sciences. «Cette initiative représenterait un élan sans précédent pour l'astronomie au Chili et les sciences connexes tels que l'ingénierie et la technologie de l'information», explique la présidente de la CONICYT (Comisión Nacional Científica y Tecnológica), María Elena Boisier, en précisant toutefois que le plus important est le développement du capital humain: les chercheurs de haut niveau, stimulés par  l'apport de cette technologie.

Elodie QUEFFELEC d'après la Tercera (www.lepetitjournal.com - Santiago) Mercredi 21 avril 2010


Le Télescope Géant de Magellan (GMT)

Résultat d'un consortium de neuf pays sur trois continents, ce télescope 7 miroirs combinés aura une superficie de 24,5 mètres au total, qui produira des images 10 fois plus nettes que le télescope spatial Hubble.


Le Grand Télescope d'étude synoptique (LSST)

Connu comme le plus grand appareil photo numérique du monde pour ses images de 3.200 mégapixels, le LSST va enregistrer les changements subis par l'univers grâce à ses photographies. Ce sera comme regarder "le premier film de l'univers."


Le Télescope Européen Extrêmement Grand (E-ELT)

Grâce à son grand miroir, l'E-ELT sera capable d'étudier les exo planètes très éloignées, et même de trouver la vie sur elles. En outre, avec ses images 15 fois plus nettes que le télescope Hubble, il pourra étudier l'origine de l'univers.

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Santiago !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale