Dimanche 23 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TOURISME – Un bol d’air frais à Chiloé

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 13/01/2016 à 23:00 | Mis à jour le 13/01/2016 à 23:47

 

Alors que la saison s'y prête, l'île de Chiloé à 1000 km au sud de Santiago est souvent boudée des touristes étrangers. Pourtant, cette grande île se distingue du reste du pays par sa culture insulaire et sa gastronomie gourmande

Appartenant à la région des lacs, la grande île côtière de Chiloé se distingue de bien des manières des paysages du sud du Chili. Traditionnellement fréquentée par les touristes chiliens, il serait bête de ne pas profiter de la richesse culturelle et naturelle de Chiloé. L'île est notamment connue pour ses nombreuses églises coloniales dont la plupart son inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le climat reste constant tout au long de l'année, rappelant d'une certaine manière le temps de Bretagne avec des pluies fréquentes, et parfois de très belles éclaircies. Trois jours suffisent pour s'imprégner de l'atmosphère chilote, bien que son calme vous donne envie d'y rester un peu plus. Pour y aller, aucun pont ne relie l'île au continent. Après 1h en bus ou en voiture depuis Puerto Montt ? à seulement 1h30 en avion de Santiago ? vous embarquez à Pargua avec les véhicules sur un bateau qui effectue la traversée en 30 min. Pas de panique pour les départs, il y en a toutes les 15 minutes.

Logement

La solution de facilité consiste à prendre une chambre ou un dortoir à Castro ou Ancud, les deux plus grandes villes  de l'île. Nous vous conseillons Castro pour sa position centrale, mais les plus aventuriers pourront se satisfaire d'un des nombreux campings ou du logement chez l'habitant, que les chilotes affectionnent particulièrement. Les distances sont courtes et les bus y sont réguliers : 1h30 d'Ancud, situé à la pointe nord de l'île, jusqu'à Castro au centre, et même distance jusqu'au sud bien que la visite y soit moins intéressante.

Ancud

Au nord, la première ville sur votre chemin est Ancud, la deuxième plus grande de l'île. Bien moins jolie que Castro, elle n'est pourtant pas dénuée de charme. Pour les gourmets, on y trouve de très bons restaurants qui vous permettront d'apprécier la gastronomie chilote. L'activité touristique principale se trouve à une vingtaine de minutes de la ville, il s'agit de la Pinguinera Puñihuil. Pour seulement 6000 pesos, vous y verrez des pingouins de Humboldt en voie d'extinction, des oiseaux marins et des loutres sans cependant descendre du bateau.

Castro

C'est la capitale de l'île, elle se situe en plein centre et domine une jolie baie qui se découvre à marée basse. Ses maisons colorées sur pilotis (?palafitos?) font le charme de cette petite ville calme, sans oublier sa belle église jaune qui surplombe la place centrale. Outre les restaurants traditionnels, vous pourrez vous arrêter à la feria qui présente tous les produits qui font la spécificité de l'île: saumon fumé, miel, fromage, papas de Chiloé et empanadas à la pomme. A 5 minutes du centre, une petite promenade sur le port vous permettra de profiter des paysages qui entourent la ville.

Quinchao : une île dans l'île

A 20 km au Nord-est de Castro se trouve le petit port de Dalcahue qui donne accès à l'île de Quinchao. Avant de vous précipiter sur l'île, un petit détour dans le port vous permettra de déguster les meilleures huîtres du Chili. Si vous passez un dimanche, les dames des halles de Dalcahue cuisinent des spécialités à prix réduits face aux clients.
Pour rejoindre Quinchao, les bacs sont ouverts toute la journée. L'aller retour dure 5 minutes, coûte 3000 pesos pour les voitures, et reste gratuite pour les piétons. Se balader sur l'île est un plaisir, surtout par beau temps où se dévoilent à l'horizon les cimes de la Cordillère. Prenez le temps de visiter l'église d'Achao, la plus ancienne de l'île du haut des ses 250 ans. Ne vous fiez pas à sa façade austère, l'intérieur est tout simplement magnifique.

Le Parc National

Situé sur la côte pacifique de l'île, à une heure de Castro, il s'étend sur 43 000 hectares. L'entrée coûte 2500 pesos et vous permet de découvrir un espace où la nature se révèle éblouissante. Une riche végétation domine de petits lacs aux différentes teintes de bleu. Vous pouvez visiter la longue plage de sable fin et les quelques miradors qui surplombe la large forêt du parc en une demi-journée. Mais si vous voulez profiter pleinement du calme et de ses forêts reculées, il vous faudra plusieurs jours de trek avec un guide expérimenté.

Au détour de votre périple, n'oubliez pas de goûter les plats typiques de Chiloé : le Curanto, sorte de ragoût où se mêlent fruits de mer, viande et pommes de terres, et la Cazuela, soupe de citrouille, maïs et pomme de terre, agrémentée de bouts de b?ufs ou de poulet. Chiloé n'est pas aussi impressionnante que Torres del Paine ou le désert d'Atacama, mais vous balader sur ses jolies routes et sa campagne à perte de vue vous reposera du tumulte de la ville, en profitant d'un endroit d'exception.

Claire Gossart et Benjamin Delille (lepetitjournal.com/santiago) - Reprise du vendredi 17 avril 2015

 

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet