Rentrée : Cinq expositions à ne pas manquer en septembre à Rome

Par Lepetitjournal Rome | Publié le 31/08/2022 à 19:19 | Mis à jour le 31/08/2022 à 19:36
trois personnes assises dans un musée face à un murt jaune

Sélection de cinq expositions à voir au mois de septembre à Rome, de Pasolini aux mosaïques antiques, en passant par la biodiversité et l’art « italien fantastique ».

 

« Pier Paolo Pasolini raccontata nel Fumetto » au Palazzo Merulana

À quelques pas de la Basilique Sainte-Marie-Majeure, le Palazzo Merulana propose une anthologie qui retrace la vie et l’oeuvre du poète, scénariste, acteur, réalisateur, écrivain, peintre, romancier et dramaturge italien, Pier Paolo Pasolini. En usant des codes de la bande dessinée, l’exposition offre à voir des planches originales, des illustrations de couverture, des croquis, des dessins et des estampes exclusives issues des bandes dessinées Pasolini de Davide Toffolo, Pasolini 1964 de Giuseppe Palumbo, Le journal secret de Pasolini d’Elettra Stamboulis et Il delitto Pasolini de Gianluca Maconi.

Avec le soutien de la région du Latium, Stefano Piccoli a organisé cette exposition à l’occasion du centenaire de la naissance de Pasolini. Cet hommage à une figure emblématique de la culture italienne sera accompagné, chaque jeudi, de rendez-vous hebdomadaires avec les auteurs des bandes dessinées. Elle succède à l’exposition « Women In Comics », consacrée aux grands noms féminins dans la bande dessinée.
Jusqu’au 2 octobre 2022 - Via Merulana, 121

 

inscription latine en mosaïque
Crédits Photos : Zeno Colantoni - Musei Capitolini


« Colori dei Romani. I mosaici dalle Collezioni Capitoline » à la Centrale Montemartini

Au coeur du centre historique de la capitale italienne, à proximité du Colisée, la Centrale Montemartini expose un large éventail de mosaïques romaines. Issues des fouilles du musées du Capitole dès la première moitié du XXème siècle, ces oeuvres italiennes retracent l’histoire de la Rome antique. Au programme, les différents matériaux utilisés pour fabriquer les mosaïques, que ce soit le calcaire, le sol tissé ou encore les coquillages, ainsi que statues et objets utilisés pour décorer tant les bâtiments que les maisons à l’époque des anciens.

Promue par Roma Culture et la Surintendance du Capitole, l’exposition se divise en quatre sections : l’art de la mosaïque chez les Romains, vivre à Rome à la fin de l’ère républicaine, la basilique hilarienne et les mosaïques de la nécropole de Rome. L’objectif est d’offrir aux visiteurs un aperçu artistique et visuel de la société romaine au fil des siècles.

Jusqu’au 15 janvier 2023 - Via Ostiense, 106

 

des oiseaux perroquets vert
Crédits Photos : Bruno Cignini - Musei della Villa Torlonia


« Biodiversità a Roma » aux musées de la Villa Torlonia

Dans les murs de la Casina delle Civette, ancien lieu de vie du prince Giovanni Torlonia Le Jeune, dans une des célèbres villas romaines, les musées de la Villa Torlonia présentent une exposition dédiée au trésor naturaliste et à la biodiversité romaine. Les photographies de Bruno Cignini, zoologiste, écrivain et vulgarisateur scientifique et les aquarelles de l’illustratrice Eva Villa mettent en scène perruches, étourneaux, renards et sangliers vivant au coeur de la capitale italienne. Ils offrent à voir également la faune du Tibre, avec notamment les crabes des Halles de Trajan.

L’exposition revient sur les habitudes et les rôles de ces animaux au coeur de l’écosystème urbain. Elle a également une vocation écologique en prônant la protection de la biodiversité mais également celle de l’environnement. Les clichés ont été pris au sein même des parcs, villas, voies navigables et zones archéologiques de Rome.

Jusqu’au 25 septembre 2022 - Via Nomentana, 70

 

tableau d'art moderne
Galleria Nazionale d’Arte moderna e contemporanea


« Fabrizio Clerici. L’atlante del meraviglioso » à la Galleria Nazionale d’Arte moderna e contemporanea

La Galerie nationale d’art moderne et contemporain consacre une exposition au peintre, scénographe et illustrateur italien, Fabrizio Clerici. Située au coeur de la célèbre Villa Borghèse, cet hommage présente plus d’une centaine d’oeuvres de l’artiste. Peintures, gravures et oeuvres sur papier composent le parcours, qui représentent la rencontre entre le surréalisme et la métaphysique. Fabrizio Clerici a puisé son inspiration tant au sein de l’Antiquité classique, que dans la mythologie, la religion, l’anthropologie et l’architecture.  Le Minotaure accuse publiquement sa mère (1952), le Sommeil romain (1955), Les Confessions de Palerme (1954) et la Minerve phlégrée (1956-1957) sont notamment au programme.

Le musée a fait l’acquisition de ces chefs-d’oeuvre l’année dernière. Il propose donc aux visiteurs un témoignage artistique de l’artiste italien en son temps mais également de restituer l’histoire de l’art « italien fantastique », souvent confondu avec le surréalisme.

Jusqu’au 2 octobre 2022 - Via delle Belle Arti, 113

 

thermes de caracalla à rome
Fabio Carrichia per le terme di Caracalla

« Idee di Pietra - Giuseppe Penone » aux Terme di Caracalla

Au Sud de Rome, les thermes de Caracalla offrent une exposition sur le représentant du mouvement « Arte Povera », Giuseppe Penone. Si le MAXXI et le Largo Goldoni présentent certaines de ses oeuvres dans leurs collections permanentes, l’exposition au sein de l’ancienne natatio des thermes propose quatre grands arbres issus de la production de Penone. L’artiste a eu recours à différents matériaux pour ces oeuvres : l’aluminium, le bronze et les pierres de rivière. Identity, Tripler, Idea di Pietra - Elm et Idea di Pietra - Ciliegio sont au programme.

Au sein de l’un des plus grands édifices impériaux les mieux conservés de l’Antiquité, cette exposition correspond à des sculptures vivantes qui invitent le visiteur à une réflexion sur la relation entre l’homme, la nature, le temps et l’espace.

Jusqu’au 20 octobre 2022 - Viale delle Terme di Caracalla

 

Suzanne Zeller

 

lepetitjournal.com rome

Lepetitjournal Rome

LePetitJournal.com de Rome, c'est le média de référence en français sur Rome et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale