Jeudi 24 juin 2021
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro

L’Alliance française de Rio de Janeiro lance sa chaîne de podcasts

Par Anne Pouzargues | Publié le 13/05/2021 à 22:44 | Mis à jour le 14/05/2021 à 00:41
Quentin Richard et le podcast Afluencia

A l’occasion des lancements successifs de la revue Vox et du podcast afluência, lepetitjournal.com a rencontré Quentin Richard, directeur culturel de l’Alliance Française de Rio de Janeiro, pour évoquer les nouvelles manières de créer et de partager la culture dans le contexte de la pandémie.

Il y a des moments plus difficiles que d’autres pour faire ses débuts dans un nouveau poste – et Quentin Richard n’a sûrement pas choisi la période la plus facile quand il a endossé, en septembre 2020, le costume de directeur culturel de l’Alliance française de Rio. Et pourtant, la pandémie de Covid-19 n’a pas empêché l’équipe de réfléchir à des projets pour le futur et même de lancer deux nouveaux projets au cours des dernières semaines.

Depuis le 27 avril, l’Alliance française de Rio a en effet mis en ligne sa plateforme de podcasts, afluência; celle-ci est composée de trois chaînes, chacune avec des objectifs différents. Tout d’abord, Entrelinhas, qui permet d’écouter des livres audios de différents formats, qu’ils soient longs – 422 minutes pour la lecture du roman L’Insurgé de Jules Vallès – ou plus courts – une trentaine de minute pour une sélection de textes de poètes francophones mis en musique dans le joli épisode “Chaise longue, musique et poésie.“ Viennent ensuite les chaînes Tête-à-tête, où l’on retrouve des interviews de personnalités francophones et francophiles ; et En français, s’il vous plaît, un canal pédagogique pour apprendre le français.

Alors, pourquoi le podcast ? “On a tous des vies numériques bien chargées", explique Quentin Richard. “On peut arriver à une saturation. Passer par l’audio nous semble intéressant, car c’est un moyen de se détacher des écrans.“ L’objectif est à la fois culturel et pédagogique, et vise à rendre accessible en ligne les productions de l’Alliance française.

La coopération inter-Alliances

L’Alliance française de Rio de Janeiro fait partie d’un vaste réseau d’Alliances françaises, puisque, rien qu’au Brésil, on en trouve 37 – et il y en a plus de 830 à travers le monde. Cette diversité donne lieu à de nombreuses possibilités de collaboration culturelles régionales. Ainsi, le 15 avril dernier, un groupe d’Alliances françaises de la zone Amérique latine et Caraïbes a lancé la revue digitale Vox.

La première édition de cette revue trimestrielle, accessible ici, a pour but de "valoriser les initiatives des acteurs culturels de la région", raconte Quentin Richard. Chaque texte est publié à la fois en français et dans sa langue d’origine (l’espagnol, le portugais ou l’anglais), ce qui donne un magazine quadrilingue où l’aspect linguistique est également intéressant.

Pour ce premier numéro, 14 Alliances françaises de 11 pays différents ont collaboré ; côté Rio, on retrouve un interview de Pedro Meyer, cofondateur de la branche latino-américaine de l’école de code le Wagon.

L’Alliance française face à la pandémie

Le Covid-19 a forcé l’Alliance française de Rio de Janeiro, comme beaucoup d’autres institutions, à repenser sa programmation et le développement de ses activités culturelles. Si les événements se déroulent pour le moment en ligne, avec une alternance de lives et d’enregistrements, Quentin Richard dresse les grandes lignes des projets de l’Alliance pour les mois à venir :

À moyen-terme, nous voulons nous développer sur trois axes : d’abord, utiliser au maximum les espaces publics extérieurs, puisque ce sont des endroits où le risque de transmission du virus est plus faible ; ensuite, développer au maximum nos liens avec les artistes locaux ; enfin, proposer des événements avec une jauge de public plus réduite.

Tout un programme, pour continuer de renforcer les liens déjà forts qui ont été tissés depuis plusieurs siècles entre la France et la cidade maravilhosa. “Dans le passé, les échanges ont été nombreux“, explique Quentin Richard, “et Rio est, encore aujourd’hui, une ville très francophile. Notre but est de créer des liens entre les cultures, de permettre un dialogue, un métissage.“ Nul doute que les projets culturels, qui continuent malgré la pandémie, y contribueront.

 

Revue Vox des Alliances françaises

 

Anne Pouzargues

Anne Pouzargues

Journaliste indépendante et souvent en vadrouille. Passion voyages en train, musiques traditionnelles, forêt amazonienne, açaï et tambaqui
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Bero sam 15/05/2021 - 20:26

Bravo à ces articles sentant bon l'odeur des cariocas , de la samba , bref du Bresil On attend la suite BR

Répondre

Vivre à Rio

São Paulo Appercu
J'AI TESTÉ POUR VOUS

Au Brésil, on a de la cachaça, mais aussi du pastis

Rui Mendes a fait le tour du monde des anisettes pour produire à son retour le premier pastis 100% brésilien. Une réussite, déjà reconnue et primée, tè vé ! Et à consommer avec modération.

Actualités

Fêtons la musique avec l’orchestre des Lycées Français du monde

Le Choeur de Sylphes de Camille Saint-Saëns ne résonnera pas dans l’auditorium de Radio France mais sur toute la planète. Covid oblige, l’Orchestre des lycées français du monde a dû jouer à distance

Communauté

São Paulo Appercu
POLITIQUE

Hubert Maguin : « il y a un parti En Marche en dehors de Paula Forteza »

Retour sur les élections consulaires avec le référent Amérique Latine Caraïbes de la République en Marche. Dans cette région du monde, son parti a fait “chou blanc“, mais il reste confiant pour 2022.

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu
J'AI TESTÉ POUR VOUS

Au Brésil, on a de la cachaça, mais aussi du pastis

Rui Mendes a fait le tour du monde des anisettes pour produire à son retour le premier pastis 100% brésilien. Une réussite, déjà reconnue et primée, tè vé ! Et à consommer avec modération.