Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

À New York, un winter et summer camp exclusivement en français

Par Rachel Brunet | Publié le 29/01/2020 à 15:07 | Mis à jour le 29/01/2020 à 15:15
Summer camp New York

Bleu Blanc Rouge est un summer et winter camp en français lancé il y a 9 ans par Brigitte Saint Ouen. Entre amusement, art et apprentissage du français, le camp accueille chaque année, des artistes français qui viennent parler, en français, de leur art et de leur savoir-faire aux petits écoliers en vacances.

Pour en savoir plus sur Bleu Blanc Rouge, nous sommes partis à la rencontre de Brigitte Saint Ouen, fondatrice du camp.

 

Le Petit Journal New York : Comment avez-vous eu l’idée de créer le summer camp Bleu Blanc Rouge ?

Brigitte Saint Ouen : Il a été lancé il y a 9 ans, mes jumelles avaient alors 3 ans. Tout a commencé grâce à mes filles, pour qu’elles puissent parler français. Avec mon mari, qui est anglophone, nous avions décidé qu’elles iraient dans des écoles américaines. À l’arrivée de l’été, je me suis rendue compte que tout le monde inscrivait ses enfants dans des camps. Une maman m’a suggérée de faire un camp bilingue, ce qui n’était pas courant à l’époque. Je suis allée voir Mr Rivaud, le directeur de l’École internationale, aujourd’hui rebaptisée The École. Il m’a aussi encouragée. J’ai pu, au début, profiter de l’école et y installer mon summer camp. Au début, c’était seulement 3 heures, le matin. On a commencé avec des activités physiques, mais aussi liées à l’art, mon domaine d’activité. Donc, j’ai loué pendant les premières années, l’Ecole internationale, puis ensuite une école au pied de chez moi, puis l’an dernier, j’ai sauté le pas, et j’ai loué une école sur la 15ème rue. 

 

À qui s’adresse ce camp ?

Ce camp s’adresse aux enfants à partir de 3 ans jusqu’à 11 ans, qu’ils parlent français ou pas, peu importe le niveau. C’est très international, nous recevons principalement des enfants de New York, mais nous avons aussi reçu des enfants de Hong-kong ou d’Egypte, qui venaient passer l’été chez leurs grands-parents, ici à New York. L’idée est de les initier ou les faire progresser en français, grâce à l’art principalement, mais aussi grâce à d’autres activités comme la science ou des activités plus ludiques comme le découpage...

 

Comment se passe une journée chez Bleu Blanc Rouge ? 

La journée commence à 9 heures. Dès le matin, on leur explique le programme de la journée, ce qui va se passer. Chaque semaine a un thème et une couleur. On commence généralement par une activité d’art. Il faut savoir que chaque session dure environ 40 minutes. Ensuite, on va au parc, et chaque jour, on fait une aventure, en changeant de parc. Au programme, jeux en extérieur et activités sportives. Puis c’est l’heure d’un petit snack, suivi d’une autre activité. S’en suit le lunch, porté par les parents, et la sieste pour les plus petits. L’après-midi, nous commençons par les devoirs d’été, français ou anglais, supervisés par des tuteurs. Puis on repasse à une autre activité d’art, de chant suivie par une petite séance physique comme de la danse, du foot, des jeux de ballon... On finit la journée par une activité calme comme de la lecture. Avant que les enfants s’en aillent, je demande toujours ce qu’ils ont le plus aimé de la journée de façon à consacrer la fin de semaine à ce qu’ils ont le plus aimé faire. Chaque semaine, nous faisons une sortie, musée, Governor Island... On s’amuse beaucoup ! J’essaye d’être créative et de proposer des choses nouvelles et différentes, sans jamais perdre de vue le fait de parler français.

 

Est-ce que l’apprentissage du français est central dans votre programme ?

Oui, l’art et le chant sont des moyens que j’utilise pour l’apprentissage du français... Ça s’adresse à tous les enfants, quel que soit leur niveau en français. L’idée est de les faire parler en français, pendant une ou plusieurs semaines. On utilise tous les moyens possibles comme le plus marrant, aller au « Farmer Market » et apprendre le nom des fruits et des légumes en français. On apprend en s’amusant et en créant.

 

Concrètement, quelles sont les dates du camp, les prix et les horaires ?

Le camp commence le 1er juillet et finit le 18 août, il y a donc 7 semaines. Je prends maximum 12 enfants par semaine, de 3 à 11 ans. Côté tarif, c’est $595 la semaine. Je fais un prix pour les familles qui ont plusieurs enfants. La journée commence à 9 heures et finit à 15h30. Il y a aussi le « before camp » et « after camp », et là, c’est $10 de l’heure. L’after camp dure jusqu’à 17h30. Le matin, nous accueillons les enfants dès 8 heures.

 

Quel message souhaitez-vous adresser aux parents ?

Ce que j’aime, c’est renforcer la curiosité des enfants, et amener le côté créatif avec le recyclage. Faire de l’art avec du recyclage. Ça montre aussi aux enfants qui apprennent le français, qu’apprendre une langue, peut aussi être agréable, ludique et créatif avec le chant ou la danse. Les enfants réalisent aussi qu’ils ne sont pas seuls à étudier le français toute l’année, et que cet apprentissage n’est pas si rébarbatif que ça. Bleu Blanc Rouge est un camp très chaleureux, et pour la petite touche marrante, comme mes filles participent au camp, les enfants finissent toujours par m’appeler « maman Brigitte ». Ce n’est pas un camp où les profs sont là pour gagner de l’argent, c’est un camp où l’on s’amuse et ou l’on apprend.

 

Bleu Blanc Rouge propose aussi un Winter Camp et accueille des enfants durant les vacances d’hiver du 17 au 21 février 2020, de 9h à 15h30. Au programme, visites de musées, cuisine, jeux, activités en extérieur, le tout, dans la langue de Molière, bien sûr...

 

Pour en découvrir davantage sur Bleu Blanc Rouge

Pour inscrire votre enfant au summer ou winter camp

 

Summer camp new york

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après des années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et le rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.