Lundi 1 juin 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Festival De Cannes : Photographies En Noir & Blanc Sur Tapis Rouge

Par Rachel Brunet | Publié le 11/05/2020 à 22:40 | Mis à jour le 13/05/2020 à 15:57
Photo : Vincent Lindon
Festivals de cannes

Grand, tout de noir vétu, sa casquette vissée sur la tête et son lourd Nikkon accroché à son épaule, Stéphane Kossmann est un des habitués du Festival de Cannes. Il y photographie chaque année stars et réalisateurs qui se pressent sur le tapis rouge. Pendant 15 ans, il fait parti des 400 photographes répartis de part et d’autre des célèbres marches. 400 à chercher le fameux cliché de stars qu’ils revendent par la suite à la presse. Mais voilà, Stéphane Kossmann n’est pas un photographe de presse, il est un artiste. « Attraper le regard d’une actrice ne m’intéresse pas » dit-il. Pourtant, c’est ce que la presse recherche...

Lui, il est dans le vrai, dans l’instant, dans la sincérité de la personne qu’il photographie. Un profil, des yeux levés au ciel, des mains qui se joignent sont autant de petites émotions, de joie, de colère, de doute que l’artiste recherche et fige en noir et blanc.

Il est arrivé à Cannes accrédité par un magazine de cinéma, un coup de pouce de son maître à penser - et à photographier - Peter Knapp. Son déclic, il l’a alors qu’il photographie Isabelle Adjani, venue présenter La Reine Margot. En développant sa pellicule, il sait qu’il a trouvé ce qui sera son empreinte : l’émotion.

Son premier livre, réalisé en collaboration avec Peter Knapp et Jean-François Couvreur, lui ouvre de nouvelles portes. Cet ouvrage, et donc la patte de l’artiste, séduisent tant Renault que Chopard pour qui Stéphane Kossmann devient le photographe officiel. C’était il y a 15 ans.

De derrière le cordon de sécurité, avec les 399 autres photographes, il passe sur le tapis rouge,  au plus près des stars, rare privilège accordé à un photographe.

Pandémie oblige, le Festival de Cannes est repoussé. Pour la première fois depuis 73 ans, il ne se passera pas en mai. Pour la première fois depuis trente ans, Stéphane Kossmann n’est pas au Palais des Festivals. Il est à Staten Island où il vit une partie de l’année.

Le Festival de Cannes devait se tenir du 12 au 23 mai 2020. Notre édition vous y amène avec des photographies de Stéphane Kossmann. Des photographies en noir & blanc sur tapis rouge...

 

Festival de cannes

Angelina Jolie ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Vincent Lindon ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Vincent Cassel ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Vanessa Paradis - Mads Mikkelsen ©️ Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Roschdy Zem - Jamel Debbouze - Sami Bouajila ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Mélanie Thierry - Gaspard Ulliel ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Mathieu Kassovitz ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Marion Cotillard ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Léa Seydoux ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Juliette Binoche ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Julia Roberts ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Jessica Chastain ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Jennifer Lawrence ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Jean-Paul Belmondo ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Hilary Swank ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Gérard Depardieu ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Emma Stone ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Alice Isaaz ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Béatrice Dalle ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Sharon Stone ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de cannes

Benicio Del Toro ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

Morgan Freeman ©️Stéphane Kossmann

 

Festival de Cannes

©️Stéphane Kossmann

 

 

Stéphane Kossmann

Le photographe Stéphane Kossmann

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après des années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et le rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
#MAVIEDEXPAT

Une "confinée" à Pondichéry se déconfine doucement (3)

Arrivée par hasard en Inde il y a 10 ans, Isabelle Pacaud n'est plus jamais repartie. Aujourd'hui résidente de Pondichéry, elle nous raconte, avec ses mots, son quotidien de "confinée".