Destitution : Donald Trump acquitté par le Sénat

Par Rachel Brunet | Publié le 05/02/2020 à 22:39 | Mis à jour le 05/02/2020 à 22:52
Donald Trump acquitté

Le suspense était quasiment nul : le Sénat a acquitté ce 5 février le président des Etats-Unis qui avait été mis en accusation le 18 décembre dernier pour abus de pouvoir et obstruction au Congès. Avec un Sénat tenu par les républicains, sa destitution semblait improbable.

 

Guère de doutes

Il n’y avait guère de doutes sur l’issue du procès de Donald Trump, mis en accusation pour abus de pouvoir et obstruction au Congrès : la Constitution des Etats-Unis impose une majorité des deux tiers (67 sièges sur 100) pour le déclarer coupable et le président savait pouvoir compter sur le soutien sans faille d’au moins 52 des 53 sénateurs républicains. Seul Mitt Romney, candidat malheureux à la présidentielle de 2012 qui l’opposait à Barack Obama s’était plus tôt dans la journée prononcé à l’encontre de Donald Trump.

L’opposition démocrate réclamait la destitution du président américain pour avoir essayé de forcer l’Ukraine à donner à la Maison Blanche des informations sur son possible adversaire démocrate à la présidentielle 2020, Joe Biden. Pour mener à bien sa manœuvre, Donald Trump avait mis en garde l’Ukraine d’un possible gel d’une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre. Depuis que le scandale a éclaté, à la fin de l’été dernier, le locataire de la Maison Blanche n’a cessé de se présenter, à coup de tweets notamment, comme la victime d’une chasse aux sorcières orchestrée par ses adversaires démocrates.

 

Un pays divisé

Au-delà de Washington, le procès divise autant les Américains que leurs élus : 85 % des électeurs démocrates soutennaient la destitution de Donald trump, moins de 10 % des républicains étaient pour, et la moyenne s’établit légèrement en dessous de 50 %.

À 9 mois de l’élection présidentielle, l’Amérique est plus divisée que jamais avec d’un côté les fervents supporters de Donald Trump, lequel n’a jamais été aussi haut dans les sondages d’opinion, et de l’autre, la moitié du pays qui ne supporte plus, ou n’a jamais supporté le président.

Difficile de prédire l’avenir politique d’un pays officiellement divisé. Et ce ne sont pas les sondages américains qui donnaient Hillary Clinton, gagnante de la présidentielle 2016 ou Joe Biden victorieux de la primaire démocrate 2020 qui pourraient être d’une visibilité fiable.

Sur le même sujet
Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est l'ancienne directrice des éditions New York et Miami
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale