Vendredi 4 décembre 2020

Anxiété et stress face au Covid-19, les explications d’un spécialiste

Par Rachel Brunet | Publié le 17/03/2020 à 16:54 | Mis à jour le 17/03/2020 à 17:15
Stress covid-19

Pour mieux comprendre les différents sentiments et comportements parfois démesurés face à la pandémie de coronavirus, notre édition est partie à la rencontre de Sylvain Coulon, hypnothérapeute qui pratique des deux côtés de l’océan. Nous essayons de comprendre pourquoi le nouveau virus favorise autant de stress et d’anxieté, et comment passer outre ces sentiments négatifs.

 

lepetitjournal.com New York : D’où vient l’anxiété liée au coronavirus ?

Sylvain Coulon : Il semblerait que la source de cette angoisse soit marquée dans nos inconscients et soulève une peur primitive reliée à un besoin de survivre, d’éviter la mort et de se nourrir. Ce sont des peurs tout à fait nobles et nous poussent à prendre des précautions pour rester en vie.

Une autre peur qui semble être plus irrationnelle et tout aussi forte quant à l’appel comportemental, est la réponse aux visionnages de gens qui se laissent aller à des comportements irrationnels comme acheter tout le stock du magasin de papier toilette ou autres denrées. Non seulement en agissant comme ça, on renforce notre propre peur qui s’en découlera par un comportement irrationnel, mais nous affectons les autres personnes qui vont, face à la vue de ce comportement, être poussées à faire la même chose.

La transmission du Covid-19 se fait par la proximité géographique de deux individus alors que le comportement irrationnel se transmet par la simple vision d’un autre comportement irrationnel, même localisé sur un autre continent. Nous avons vu deux pandémies : le Covid-19 et les comportements irrationnels. Deux angoisses distinctes mais tout aussi puissantes.


Comment peux-t-on identifier sa peur, son angoisse et passer outre ?

C’est très souvent difficile de prendre du recul sur une angoisse, spécialement quand on est en train de la vivre, car prendre du recul demande de faire appel à notre conscience, notre capacité à analyser, et l’angoisse est une émotion subconsciente qui dicte les actions.

Si on entre dans un magasin, et que tout le monde se jette sur un produit en particulier, nous allons nous sentir attirés par ce produit sans trop savoir pourquoi, et si nous décidons de ne pas y aller, nous allons avoir beaucoup de doutes sur notre décision même si celle-ci semble la plus raisonnable. La FOMO (Fear Of Missing Out) est une explication possible, le conformisme est bien connu en psychologique sociale.

Il est donc difficile de savoir si notre réaction est raisonnable. Un outil que l’on peut utiliser est de se poser la question de manière systématique : « est-ce que, acheter les vingt derniers paquets de pâtes est quelque chose de bon pour moi et pour les autres ? ». La réponse sera : « non» pour ne pas créer ce mouvement d’ « escalade » qui engendre de la panique et des situations de pénuries auto-crées et « non » par civisme car les autres aussi vont peut-être avoir besoin de ces denrées.

Les traits sociétaux de plus en plus tournés vers l’individualisme sont mis en exergue dans ce genre de situation. « Notre comportement a une influence sur nous et sur les autres ». Il faut s’efforcer d‘aussi penser aux autres, qui ont les mêmes besoins que nous et doivent aussi se nourrir, se protéger. On se protège autant des autres qu’on les protège de nous.

 

Comment faire face à une telle angoisse, en votre qualité d’hypnothérapeute, vous pouvez accompagner vos clients ?

Oui, l’angoisse, nous le savons est saine et protectrice, notre corps nous protège de quelque chose de dangereux, l’intention est donc bonne. Les résultats de l’ hypnothérapie sur le stress sont extrêmement satisfaisants et les pistes de travail tournent souvent autour des points suivants :

Le Détachement personnel : le bien-être vient de l’intérieur. Le bien-être prend sa source en nous et non des évènements extérieurs, bien qu’ils puissent nous affecter mais que jusqu’à une certaine limite. Si je laisse les évènements extérieurs m’affecter, je suis victime de l’actualité, du temps qu’il fait, des commentaires et/ou « likes » que je reçois et cela n’est pas viable, mes humeurs sont trop à la merci de mon environnement inconsistant. Travaillons sur nos forces, ressources intérieures et construisons du bien-être avec cela.

Le changement de perception : laisser parler notre émotion et se ruer dans les magasins pour plus tard : « être tranquille » n’est pas la manière dont fonctionne notre esprit. Le stress laisse des traces dans notre esprit et s’infliger du stress pour être tranquille a autant de sens que de se dépêcher pour aller se faire masser. On n’atteint pas un état de relaxation/bien-être dans le « rush », c’est un état d’esprit à adopter tout comme le sommet de la montagne à gravir ne doit pas être source de bonheur mais bien le chemin qui y conduit sinon on s’habitue à être heureux que dans le futur. Il faut définir ce qui est important, dans le cas de Corona Virus, l’organisation va de paire avec l’esprit libre.

La focalisation : on créer notre expérience par ce sur quoi nous portons notre attention. Plus je pense aux conséquences négatives de cette situation, plus cela va modeler mon expérience et mon ressenti. Plus je pense au stress, et plus je stress.  Plus je pense aux vacances et plus je suis excité, relaxé…Pourquoi pas alors penser à ce que ce confinement va me permettre de faire que je recule depuis des semaines, mois, années ? Mes pensées seront orientées vers quelque chose de plus positif et constructif => mon expérience sera positive et constructive.

 

Avez-vous connu une pareille crise généralisée auparavant ?

Il y a quatre ans les états démocrates américains ont, pour certains, vécu une période traumatisante. Tellement traumatisante qu’une nouvelle condition médicale est née à partir du PTSD (Post traumatic stress disorder) qui s’est transformée en PTSD (Post Trump Stress Disorder) à la suite de l’élection de Donald Trump. Si cela semble anodin pour certains, il y a eu beaucoup de personnes qui ont expérimenté des symptômes très sérieux de traumatisme et mon cabinet en a reçu plusieurs cas. Les outils dont je parle ci-dessus ont nettement aidé les gens à prendre de la distance avec leur angoisse et sont souvent arrivés à cette conclusion : « Être anxieux à cause de Trump (qu’ils ne soutiennent évidemment pas) donne à Trump beaucoup de pouvoir sur eux et leur bien-être alors que justement, ils ne veulent rien à voir à faire avec lui ». Cette nouvelle perception semblait leur convenir davantage.

 

Est-ce qu’il existe des activités à pratiquer, malgré l’invitation à rester chez soi, pour calmer son angoisse ?

Le système immunitaire a la mission de protéger notre corps contre les virus et autres agents pathogènes et le fait très bien quand il est disposé à le faire. Il y a des éléments qui favorisent son bon fonctionnement et des éléments qui l’indisposent. Le stress est un facteur qui fait obstacle au bon fonctionnement de notre système immunitaire.

Quand nous sommes en état de stress (« flight or flight » en anglais) notre circulation sanguine s’oriente vers les organes majeurs, la respiration d’intensifie, le rythme cardiaque s’accélère et les muscles sont approvisionnés afin de pouvoir répondre à cette situation de préparation à l’action, mais délaisse la digestion, le système reproducteur et aussi le système immunitaire.

Se laisser aller à la peur nous fait réduire nos capacités à nous battre contre les maladies. Et comme en ce moment, nous avons besoin de privilégier notre système immunitaire, voici quelques activités qui favorisent le bien-être (l’opposé du stress) :

-La relaxation et toute activité qui relaxe comme la lecture, le yoga, la détente, la musique, des étirements, etc…

-Le repos, l’ennuie, si ce n’est pas à la mode de s’ennuyer, c’est très bénéfique pour le corps, l’esprit…

-Même Netflix peut être source de détente si c’est n’est pas source d’addiction. Le but est de contrôler son utilisation et non d’être contrôlé par Netflix.

-Une alimentation saine et raisonnable (vitamine C) renforce le système immunitaire.

-Des bains… prendre soin de nous

-S’instruire sur un sujet qui nous passionne

-Écouter des podcasts sur des sujets neutres ou positifs

-Un outil sympa que j’utilise beaucoup dans mon cabinet est de parler de choses que je veux dans ma vie et non mettre l’accent sur ce que je ne veux pas. par exemple, la phrase : « je veux calmer mon angoisse » à un fond plutôt positif mais la forme va affecter mon esprit car dans la même phrase, j’associe le « je » avec « angoisse ». Le challenge est de chercher ce que je voudrais associer avec le « je », et donc trouver une autre façon de construire mes phrases du style : « je veux rester calme … ». Ça paraît dérisoire mais on ne se rend pas compte de combien de mots négatifs on associe dans notre quotidien. Essayez de remarquer combien de fois vous vous associez à quelque chose de limitant ou négatif. Il y a toujours une manière de dire la même chose de manière neutre ou positive.

Enfin, ce n’est pas toujours très tentant de prendre soin de nous car ça prend du temps, et que le temps, on en a de moins en moins. Ce moment de confinement est un moment parfait pour prendre un peu plus le temps de faire des choses que nous ne ferions pas d’habitude et de voir l’impact que ça a sur nous.

A la fin de ce confinement, on pourra avoir regardé toutes les séries Netflix ou avoir appris quelque chose de nouveau, lu des choses nouvelles, avoir récupéré du sommeil, ou nous être lancés dans un nouveau projet…

C’est un moment parfait pour vous demander :  « que voudrais-je avoir fait dans un mois qui m’a fait me développer ? » (Si l’idée de vous développer vous intéresse)

Dans un mois, les dés seront jetés, mais aujourd’hui nous pouvons tous décider de comment nous nous sentirons grâce à nos actions à venir.

De cette manière, nous tournons notre esprit vers le futur mais pas n’importe quel futur, un futur que nous allons créer, ce qui est une recette parfaite contre l’angoisse (oups pardon, pour le bien-être plutôt…) nous nous projetons dans un futur sympa, et nous engageons notre cerveau à créer des connections neuronales dans ce sens.

 

 

En 2018 et 2019, Sylvain Coulon reçoit le « New York Award » du meilleur service d’hypnothérapie.

Il fonde en 2018 « Positive Society Project », une compagnie promeut des initiatives positives pour aider les gens à mieux appréhender leur vie au quotidien.

Passionné par l’esprit, Sylvain dédie son énergie à promouvoir l’idée que nous pouvons tous améliorer notre quotidien en connaissant mieux le fonctionnement notre propre esprit.

 

Sylvain coulon

 

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s)Réagir