Samedi 6 mars 2021
New York
New York

Alexandra Charpentier, finaliste du Prix du Public 2021

Par Rachel Brunet | Publié le 04/02/2021 à 18:54 | Mis à jour le 05/02/2021 à 11:34
Alexandra Charpentier

Alexandra Charpentier est parmi les huit finalistes du Prix du Public 2021 des Trophées des Français de l’étranger, parrainé par la Banque Transatlantique. Une aventure entrepreneuriale 100 % féminine, voilà qui pourrait résumer le projet, mais aussi l’aventure de la jeune femme. Cette Française installée à Brooklyn a ouvert en pleine pandémie un bar à vin. Nom de code : Winemak’Her Bar ! Une subtilité, tous les vins proposés sont produits exclusivement par des femmes. Alexandra, à la tête de cette aventure, a à coeur la promotion des femmes vigneronnes au pays de l’oncle Sam. Elle a besoin des votes du public pour passer de finaliste à lauréate du Prix du Public 2021 !

Notre édition est partie à sa rencontre.

 

Winemak’her bar

Alexandra Charpentier, son époux Davy et leur toutou Deky

 

Rachel Brunet pour lepetitjournal.com New York : Racontez-nous votre parcours et votre arrivée aux États-Unis.

Alexandra Charpentier : Nous sommes une famille avec deux enfants originaires d’Avignon, au sud de la France, et j'avais le rêve de vivre à New York. Mais il était assez compliqué de s'expatrier, donc nous avons joué la carte du visa investisseur en ouvrant un bar à vin sur Brooklyn. Nous ne sommes pas du tout du métier, moi conseiller bancaire, et mon mari Davy, ouvrier dans les travaux publiques.

Mais je suis tombée amoureuse des vins et surtout des Côtes du Rhône of course. Après une visite chez des amis sur Paris, nous avons découvert les bars à thème, et notamment les bars à pétanque Chez Bouboule qui nous ont largement inspire. Cette idée en tête, nous voilà partis pour une immersion de trois mois, en plein hiver 2018, pour faire découvrir la vie new-yorkaise à toute la famille, et surtout à avoir leur accord.

Six mois plus tard, nous déposions nos valises à Brooklyn, à la recherche d'un local. Autant vous dire que ce furent les six mois les plus intenses de ma vie, entre la vente de notre bien immobilier en France, notre vie avignonnaise, et la procédure de visa. Nous avons eu beaucoup de surprises, des joies, des échecs, mais aujourd'hui, nous sommes vraiment heureux d'être là.
 

Quel est donc ce projet qui vous a poussé jusqu'aux Trophées des Français de l'étranger du Petit Journal ?

Je postule rarement pour des concours, car je ne gagne jamais. Mais je suis tellement fière de mon bar que j'ai envie de crier sur tous les toits qu'il existe. Je ne suis pas la reine de la promotion, mais ce projet m'envahit complètement. Nous avons créé un bar à vin à Brooklyn — Park Slope — proposant exclusivement des vins de vigneronnes, Côtes du Rhône, Provence, Bordeaux, Loire, Alsace. J'ai rencontré une partie de ces femmes qui méritent d'avoir le devant de la scène, elles sont fortes, créatives, et tellement inspirantes.

Nous avons gardé une place pour la piste de pétanque bien sûr, et la France se retrouve subtilement dans chaque partie du bar. Notamment dans nos toilettes mais je laisse la surprise.

 

Qu'est-ce qui vous a séduit dans les Trophées et vous a donné envie de candidater ?

J'ai vraiment aimé le concept de promouvoir notre chère France à travers le monde. Encore plus cette année alors que la plupart d'entre nous n'a pas pu faire son pèlerinage annuel. Nous aimons notre pays d'adoption, mais nous chérissons notre France. Le fait de promouvoir notre culture dans un concours mondial, je trouve cela très enrichissant, et j'ai vraiment hâte de lire les parcours de mes collègues.

 

Alexandra charpentier

Alexandra Charpentier



Vous êtes finaliste, qu'est-ce que cela représente pour vous ?

C'est vraiment une très bonne nouvelle pour moi, cela fait maintenant plusieurs années que nous sommes sur ce projet, nous avons ouvert le bar en plein confinement. Nous avons dû nous réinventer, trouver d'autres options, rapidement et intelligemment. Depuis avril 2020, nous travaillons sept jours sur sept, et entre treize et seize heures par jour pour le bar. C'est pour moi une très belle reconnaissance de mon travail, ma ténacité, et je trouve que ça donne beaucoup d'espoir a d'autres personnes qui, eux aussi, ont un rêve.



Quel message souhaitez-vous passer aux lecteurs du Petit Journal ?

Suivez vos rêves, il y aura des obstacles, mais il y aura aussi beaucoup de joie.
 

Dans un avenir proche, comptez-vous faire évoluer votre projet, et comment ?

J'espère vraiment ouvrir l'intérieur dès que le gouverneur Cuomo nous le permettra, et ainsi proposer des soirées à thème, des tournois de pétanque, et des dégustations. Nous sommes extrêmement chanceux, les New-Yorkais sont résilients et supportent leurs petits commerces quel que soit le froid !
 

Vous êtes une Française installée aux États-Unis, qu'est-ce que vous aimez dans ce pays qui vous accueille ?

La gentillesse et l'énergie des habitants, ça me porte énormément ! Notre quartier, Park Slope, ressemble vraiment à un petit village, nous avons de suite eu des habitudes, et des amis. Ces personnes vous offrent une vraie leçon sur l'entraide, qui que tu sois, tu peux faire ce que tu veux. 

J'ai connu New York pour la première fois en 2002, les tours avaient laissé place à un gros trou, et les affiches des disparus étaient toujours accrochées, mais cette énergie, cette capacite d'avancer, Never give up, c'est très inspirant, encore aujourd'hui avec ce virus, je les trouve tellement combattants. Il n'y a qu'à voire toutes ces terrasses aussi belles les unes que les autres, quelle belle harmonie !
 

Une phrase de conclusion ?  

Votez pour moi ! non je rigole (un peu). Pour conclure je dirais : Merci la vie.

 

Merci Alexandra et bravo !

 

Pour voter pour Alexandra Charpentier

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s)Réagir