Dimanche 19 septembre 2021

La « petite sœur » de la statue de la Liberté a été inaugurée à Ellis Island

Par Rachel Brunet | Publié le 01/07/2021 à 17:15 | Mis à jour le 02/07/2021 à 22:47
Photo : Crédit Photo : Rachel Brunet
La petite sœur de la statue de la liberté

Ce 1er juillet, la « petite sœur » de Lady Liberté a été inaugurée à Ellis Island. Un autre symbole de l’amitié franco-américaine, mais aussi le résultat de l’amitié entre Philippe Étienne, Ambassadeur de France aux États-Unis et d’Olivier Faron, administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers, à Paris où la petite sœur de Lady Liberté était exposée depuis 10 ans.

 

Jusqu’au 6 juillet, les New-Yorkais peuvent admirer cette réplique parfaite, mais en modèle réduit du symbole de la liberté avant que celle-ci ne parte s’installer à Washington où elle restera 10 ans. Elle sera inaugurée le 14 juillet par Philippe Étienne. Vive la Liberty !

 

Statue de la lIberté

La petite sœur de Lady Liberty dévoilée

 

 

La petite sœur de Lady Liberty inaugurée

La météo a quelque peu chamboulé le déroulé de la cérémonie, mais qu’importe ! L’équipe du Consulat général de France à New York ne s’est pas laissée dépasser par quelques averses. Dès 7 heures, tout le monde était sur le pont pour l’installation de la petite sœur de Lady Liberty arrivée la veille dans le New Jersey où elle était attendue par un parterre de personnalités dont le Gouverneur du Garden State en personne.

Quelque 150 invités étaient conviés hier à Ellis Island en plus de la presse nationale mais aussi « la presse mexicaine ou japonaise » nous a confié Fanny Pradier, la très dynamique directrice des événements du Consulat.

C’est finalement dans l’amphithéâtre du musée de l’immigration qu’une partie de la cérémonie a eu lieu. Jérémie Robert, Consul général de France à New York, en était le maître de cérémonie. Des personnalités du Conservatoire National des Arts et Métiers, du groupe CMA CGM, de la Ville de New York et d’Ellis d’Island Foundation ont pris la parole avant que Philippe Étienne relate l’histoire de la venue de cette nouvelle statue aux États-Unis. Une idée venue il y a trois ans lors d’une rencontre avec Olivier Faron. Mais l’ambassadeur n’a pas manqué de rappeler « l’amitié franco-américaine dont cette statue en est le symbole » mais aussi de rappeler «  le retour des Américains en France, symbole de la réouverture des frontières ». Peut-être aussi un clin d’œil au fait que les Français sont eux, toujours sous couvert du travel ban américain.

À l’issue de ce discours, et après que Jérémie Robert a chaleureusement remercié l’ensemble des partenaires de ce projet, mais aussi et surtout l’équipe du Consulat qui a oeuvré, non sans difficultés, à l’implantation de la statue sur Ellis Island, les hymnes français et américain ont retenti.

Le soleil étant temporairement revenu, comme un parfait timing, les invités ont pu découvrir la « petite sœur » de la statue de Lady Liberty.

Philippe Étienne n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler que lors de l’inauguration de la véritable statue de la Liberté, la pluie était aussi au rendez-vous. Comme un rappel historique. Une répétition.

Elle est dans la perspective de sa grande sœur jusqu’au 6 juillet. À seulement quelques encablures. Sur une île symbole de l’immigration, là où ont transité des millions de personnes, candidat à une meilleure vie dans le nouveau monde.

 

Statue de la liberté

Philippe Étienne 

 

135 ans plus tard, une autre statue de la liberté

135 ans après que « La Liberté éclairant le monde » ait été dévoilée sur Liberty Island, sa petite sœur a, à son tour, traversé l'océan Atlantique. Un projet d’envergue porté par l'Ambassade de France aux États-Unis, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et le Groupe CMA CGM. Ensemble, ils ont fait équipe pour célébrer la liberté et l'amitié franco-américaine. La statue de bronze de trois mètres est désormais exposée sur Ellis Island, juste à temps pour la fête de l'Indépendance américaine, avant d'être exposée à la Résidence de l'Ambassadeur de France à Washington DC à partir du 14 juillet. Tout en symbole.

Cette petite sœur a été réalisée à partir du modèle en plâtre original de 1878 d'Auguste Bartholdi. Elle était exposée au Musée des Arts et Métiers de Paris. Fabriquée par une fonderie française selon la méthode de la cire perdue, cette version plus petite de la Statue de la Liberté a été désinstallée le 7 juin lors d'une petite cérémonie au Cnam, où elle était exposée à l'entrée, accueillant les visiteurs depuis dix années.

Le 23 juin, la statue est montée à bord du CMA CGM NERVAL (un navire de 6 758 EVP) au Havre. Il est arrivé à New York le 30 juin. Elle sera ensuite transportée par la route par CEVA Logistics, filiale du Groupe CMA CGM, jusqu'à sa destination finale, la Résidence de l'Ambassadeur de France à Washington, DC, où elle sera dévoilée le 14 juillet.

L'arrivée de cette nouvelle Lady Liberty célèbre la valeur la plus centrale de l’amitié franco-américaine : la liberté.

Les défis technologiques, artistiques et logistiques qui ont dû être surmontés pour amener cette nouvelle statue aux États-Unis racontent une histoire moderne de coopération internationale réussie.

Vive la Liberty !

 

Statue de la liberté

 

 

Statue de la liberté

 

 

Jérémie Robert

Jérémie Robert

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Cambodge Appercu
CULTURE

Quelle est la posture de Bouddha qui vous correspond ?

Dans les pagodes cambodgiennes, les statues du Bouddha prennent différentes postures. Ces gestes symboliques sont associés aux principaux épisodes de sa vie et aux jours de la semaine.