Jeudi 2 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BACHIBAC – Pourquoi avoir opté pour le double-diplôme franco-espagnol ? A la rencontre d'étudiants ayant fait ce choix

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 04/05/2014 à 22:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 06:55

La première cérémonie de remise du Bachibac, diplôme permettant la délivrance simultanée du Baccalauréat français et du Bachillerato espagnol, a eu lieu mardi dernier à la Résidence de France. Les tous jeunes diplômés ouvrent ainsi la première promotion madrilène du Bachibac. Ils se sont mis sur leur trente-et-un pour recevoir leur diplôme de la main de l'Ambassadeur de France en Espagne, Jérôme Bonnafont, et de la conseillère à l'Education de la communauté de Madrid, Lucia Figar.

Le soleil était au rendez-vous sur la Résidence de France et les belles tenues aussi. Pauses photos avec les hôtes de la cérémonie, des mains serrées, d'autres oubliées, la remise des diplômes s'est tenue entre confusion, émotion et fierté. Au total, une trentaine d'élèves ont réussi avec succès l'épreuve du double diplôme franco-espagnol de fin d'études secondaires en juin 2013. Pour la plupart Espagnols dans des lycées bilingues. Les élèves étaient fiers de récupérer leur baccalauréat français et contents de se retrouver à nouveau, un an plus tard.

Le Bachichac
Le Bachichac a été lancé à Madrid au début de l'année scolaire 2011/2012 dans les lycées publics de Beatriz Galindo, San Isidro et Gabriel García Márquez. Il s'agit d'une double certification de fin d'étude secondaire. Ce double diplôme franco-espagnol gagne en succès et en notoriété depuis son lancement puisqu'il compte cette année 167 élèves dans la communauté de Madrid contre les 38 élèves de la première promotion. Soit trois lycées de plus en 2014/2015 : les lycées Marqués de Suanzes, Gregorio Marañon et Juan de Mairena.

Le Bachibac comment ça marche ? Depuis l'accord entre la France et l'Espagne du 10 janvier 2008, les élèves doivent réussir un examen externe pour obtenir le grade de Baccalauréat accordé par le Ministère de l'Education nationale française, en même temps que le ?Bachillerato' espagnol. Une fois celui-ci obtenu les élèves sont ainsi accrédités d'un niveau B2 en français selon la notation de référence européenne. Ils peuvent ainsi accéder aux études supérieures en France comme en Espagne. Durant leur formation secondaire, un tiers des enseignements sont donnés en français : langue, littérature française et Histoire. Les élèves suivent ainsi des contenus du programme éducatif français mêlés au programme éducatif espagnol.

Ce fut également l'occasion pour Jérôme Bonnafont et Lucia Figar, dans un discours inaugural en espagnol, de rappeler les forts liens d'amitié et de ?fraternité? qui unissent la France et l'Espagne. ?Des liens politiques, culturels et économiques? a tenu à souligner l'Ambassadeur. Et d'ajouter : ?Il existe un futur professionnel pour les jeunes qui parlent bien français en Espagne?. Pour preuve, le grand nombre d'entreprises françaises implantées en Espagne et réciproquement les nombreuses entreprises espagnoles de France. Si la conseillère à l'éducation ne s'est pas laissée aller à quelques mots de français, ou presque, ce n'est pas le cas des élèves qui ont renoués avec la langue de Molière le temps de brèves prises de paroles. Français parfait pour certains, d'autres un peu moins, mais très correct tout de même. Sur les 38 élèves qui ont eu leur Bachibac en 2013, 95% l'ont eu avec ?mention?. Moment de gloire donc pour ces jeunes étudiants de l'université. Pourquoi avoir opté pour le double-diplôme franco-espagnol ? Un an après que deviennent-ils ? Nous sommes allés à leur rencontre.

Retour sur ces jeunes diplômés franco-espagnols
Randa est espagnole d'origine marocaine, beaucoup de ses proches parlent français, elle a donc décidé de passer le Bachibac au lycée San Isidro de Madrid. Un an après, elle étudie l'économie à l'Université Complutense. Avoir le double diplôme ne lui a pas apporté grand-chose pour le moment, explique-t-elle, si ce n'est ?savoir parler en français?, avant d'ajouter ?mais dans un futur proche je pense aller en France pour finir mes études?. Parmi ses 20 camarades du lycée  San Isidro, diplômés du Bachibac, Joachim étudie désormais l'audiovisuel, Darwin la biochimie et Lua la philosophie à la Complutense également. Pour cette dernière ce double diplôme ?est l'opportunité d'apprendre le français et d'étudier en France? et peut être dès l'année prochaine pour Joachim.

Diplômée du lycée Gabriel García Márquez cette fois, Laura, Olga, et Elena sont désormais à l'université Complutense, à la Politecnica de Madrid ou encore à la Autonoma où elles étudient l'ingénierie, la chimie. Deux d'entre elles veulent devenir professeures de l'école primaire. Quand on leur demande pourquoi elles ont fait le choix de ce double diplôme, elles parlent de leur amour pour le français. Mais surtout, elles y voient ?une sorte d'expérience?, une ?opportunité?. Pour Olga c'est une façon de ?s'ouvrir les portes vers un autre pays et d'autres universités?. Elles n'excluent pas de partir en France pour travailler ou même finir leurs études ou simplement faire une année Erasmus. Pour leur professeure d'Histoire de France Suzana ?c'est important pour elles d'être là, car c'est une reconnaissance de l'effort qu'elles ont dû faire et qui a été très difficile.? Selon elle, ?c'est généralement de très bons élèves qui choisissent le Bachibac, l'année dernière ils étaient 11 [à Gabriel García Márquez] cette année ils sont déjà 15 et on espère qu'il y en aura plus l'année d'après? affirme-t-elle.

Laura LAVENNE (www.lepetitjournal.com ? Espagne) lundi 5 mai 2014
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu

Kaufland et Glovo: livraisons gratuites pour les personnes âgées

Les personnes de plus de 65 ans et les personnes handicapées peuvent commander des produits d'épicerie auprès du détaillant Kaufland par téléphone et les produits seront livrés à leur domicile gratuit

Sur le même sujet