TEST: 2271

El Gourmet Francés, une belle initiative entrepreneuriale

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 27/04/2020 à 17:27 | Mis à jour le 27/04/2020 à 17:33
Photo : Coralie Champion / DR
gourmet francés

Petite fille d’éleveurs et artisans en Corrèze, Coralie Champion vit en Espagne depuis 6 ans. Amoureuse de grandes tablées et produits traditionnels, cette ancienne ingénieure vient de lancer une épicerie en ligne de produits du terroir. Avec le confinement, le bouche à oreille marche très bien.


La vie d’expat est décidément pleine de surprises. Qui aurait pu prévoir que cette ingénieure, chef de projet à Paris, dans le secteur industriel et plus précisément dans le B2B, changerait si radicalement de vie. "Mon mari -se souvient Coralie Champion- a eu une excellente opportunité professionnelle sur Barcelone, et comme il est d’origine espagnole, nous n’avons pas hésité. Pour ma part, cela m’offrait de nouvelles perspectives, et l’opportunité de mettre le pied à l’étrier dans autre chose".

Les débuts ont pourtant été difficiles. "J’avais un bon curriculum –raconte Coralie- mais je ne connaissais pas l’espagnol et on me disait toujours que parler français et anglais n’étaient pas suffisant ; j’ai donc pris quatre mois de cours intensifs et j’ai alors décroché un job comme responsable commercial dans le secteur de l’informatique industrielle". Cela lui a ainsi permis d’être en contact avec de nombreuses sociétés mais aussi et surtout d’avoir une bonne vision du marché espagnol et des pratiques dans ce pays. 

Entre-temps, deux événements majeurs surviennent. Coralie va avoir deux enfants très rapidement et son mari est muté quelques mois à Madrid. "Le rythme de travail ne correspondait plus à la vie d’une jeune maman –déclare Coralie. Je suis alors devenue auto-entrepreneur, avec des horaires plus souples, et j’ai continué à travailler dans ce que je faisais, mais à mon compte". 


J’avais toujours ce besoin de revenir à des choses simples

Cependant, et beaucoup le vivent actuellement en cette période de confinement, ce n’est pas toujours facile de jongler entre le télétravail et la charge de très jeunes enfants. "Le problème –observe Coralie- c’est que même en auto-entrepreneur, le volume de travail est le même car il faut rendre les projets, et je me suis rendue compte que cette fonction ne s’adaptait pas non plus à ma vie actuelle". 

L’idée d’une épicerie fine a ainsi continué à germer et prendre forme tout naturellement dans sa tête. "J’avais toujours ce besoin de revenir à des choses simples – se souvient Coralie- au goût des produits artisanaux et des bonnes matières. J’avais continué à garder le contact avec des producteurs locaux, et à chaque fois que je ramenais des produits de France et que je les faisais goûter à des copains français ou espagnols, ils adoraient ça. En plus ce n’était pas des produits faciles à trouver". 


Faire découvrir aux gourmets le meilleur du terroir français

Coralie découvre par ailleurs toute la richesse de la cuisine espagnole et de son art de vivre. Elle veut donc faire découvrir aux gourmets de son nouveau pays d'adoption le meilleur du terroir français, sans oublier bien sûr ses compatriotes qui, comme elle, ont envie de retrouver les saveurs oubliées. "J’ai commencé à mettre le 'process' en place, en allant d’abord voir les producteurs. J’avais le souvenir de produits d’enfance, de produits du terroir. En plus, ces petits producteurs ont souvent du mal à sortir à l’étranger et leurs produits sont pourtant bien meilleurs que ceux de grandes marques qu’on trouve ici". 

Chacun de ces artisans est rigoureusement sélectionné. De nombreux critères sont ainsi pris en compte dans le choix des produits : une production traditionnelle bien sûr, mais aussi la qualité des ingrédients, l'origine de la recette et évidemment le goût sont les éléments essentiels de la sélection. "L’été dernier -raconte Coralie- nous avons passé trois semaines en Bretagne, où nous avons fait un circuit des producteurs locaux. C’est le meilleur moyen de connaître parfaitement nos fournisseurs. Certains étaient fermiers depuis des générations, d’autres en revanche avaient complètement changé de vie pour revenir à l’authentique".


L'authenticité de la gastronomie française

Qu'il s’agisse d'une histoire familiale ou d'un nouvel artisan, ces produits locaux représentent toute l'authenticité de la gastronomie française. "Les marques que j’offre -explique Coralie- ne sont pas présentes en Espagne et je suis très bien positionnée sur la version web car j’ai plus de temps pour m’occuper du blog, des recettes ou de faire découvrir les producteurs et leurs produits. A la différence des autres épiceries fines françaises, je n’ai pas de boutique physique, et j’ai donc moins de charges, ce qui me permet de faire des prix plus serrés, plus près de ce qu’on trouve en France". 

La boutique "El Gourmet Francés" a ouvert ses portes virtuelles en janvier, c’est-à-dire très peu de temps avant le confinement. "Depuis le lancement -observe Coralie- je n’ai pas assez d’ancienneté pour mesurer l’impact qu’a eu la crise du Coronavirus sur nous. Ce qui est clair, c’est que cela a freiné tous les projets qui ont été arrêtés net. Et je ne peux pas non plus rajouter de nouveaux produits, puisque tout a été mis en stand-by. Mais on s’adapte et le bouche à oreille fonctionne heureusement très bien!

En attendant le prochain déconfinement, El gourmet Francés compte déjà une centaine de références. Dès que ce sera possible, les projets reprendront leur cours. "La plupart de mes producteurs ont déjà une gamme bio -ajoute Coralie- et je pense ouvrir une section spécifique de produits bio ; le but est d’élargir la gamme, avec des produits 100% du terroir". 


https://www.elgourmetfrances.com

Sur le même sujet
Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Fadel mar 28/04/2020 - 14:23

Hola, Je suis toujours ravie de lire votre petit journal chaque matin. Aujourd'hui une petite chose m'a dérangée. Cette publicité de vente d'appareils ménagés. J'aurai tellement voulu recevoir une publicité ventant les mérites d'un artisan qui REPARE !! Ma maison est pleine d'objets que je ne veux pas jeter. Ils sont réparables, impossible de trouver quelqu'un pour réparer. C'est la croix et la bannière pour trouver, des électriciens, techniciens et autres artisans, ceux qui nous permettraient d'arrêter de salir encore et encore notre planète, qui est devenu une poubelle à ciel ouvert. Ce serai chouette que vous nous fassiez un petit article traitant de ce sujet. Il est urgent que nos réflexes changent, que nous changions notre façon de consommer. Commençons par réparer les objets au lieu de les jeter. On en garde un belle satisfaction. Fadéla

Répondre
À lire sur votre édition locale