Dimanche 17 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VENTES PRIVEES – Quand les amies de mes amies sont mes acheteuses

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 28/04/2010 à 00:00 | Mis à jour le 28/04/2010 à 02:58

Si depuis quelques années les ventes directes connaissent un véritable succès en France, le concept peine à s'implanter en Espagne. De la Moraleja à Arturo Soria, Laurence Leon vient pour sa part régulièrement à Madrid pour présenter, au domicile de ses hôtesses, les bijoux qu'elle fabrique. Des ventes entre amies, qui se déroulent dans une ambiance décontract'

(Photo Lepetitjournal.com)
"Une hôtesse idéale, c'est une personne qui sait accueillir agréablement les visiteuses venues découvrir les produits qui sont exposés chez elle à la vente, et qui, grâce à son charisme, sait animer la journée et faciliter les rapports entre personnes". Catherine sait de quoi elle parle. Basée à Rouen, cette créatrice d'objets de décoration (ardoise et zinc) écume les ventes privées en France. A l'initiative de Laurence, créatrice de bijoux, elle est venue à Madrid spécialement pour participer à deux de ces ventes, au sein de la communauté française.

Petites ventes entre amies
Le concept a pris de l'ampleur dans l'Hexagone. Auto-entrepreneurs et créateurs s'allient pour, le temps d'une journée, présenter ensemble leurs produits aux amies de leurs amies, dans la maison d'une personne disposée à les recevoir. En évitant les risques liés à l'ouverture d'une boutique, ce système permet de toucher de façon efficace une population acheteuse, en confiance, sensibilisée à l'avance par l'hôtesse.
Plus difficile cependant d'exporter le modèle en Espagne. Laurence analyse : "Ce n'est pas dans la tradition espagnole de recevoir des gens chez soi. Les Espagnoles rechignent à organiser ce genre de ventes dans leur salon". Et d'ajouter : "La seule exception, ce sont les appareils électroménagers, qui cartonnent ici". De fait, si les Espagnoles reçoivent plus volontiers à la cuisine pour assister à des démonstrations de préparations culinaires, on ne saurait oublier que la vente directe est l'heureuse héritière des fameuses soirées Tupperware.

vente privée madrid lepetitjournal.com espagne(Photo Lepetitjournal.com)

Achat impulsif mais contrôlé
"Pendant très longtemps, la vente privée a été considérée comme quelque chose de ringard", commente Catherine. "Mais les choses changent", renchérit Laurence : "les filles viennent aussi pour passer un bon moment, pour se rencontrer entre copines et pour découvrir le créateur, connaître ses histoires de fabrication".
Après 12 ans passés à Madrid, Laurence est rentré en France, où elle perpétue son activité. "Entre les boutiques, où je vends mes produits, et les ventes privées, j'arrive à en vivre. Je me fais un salaire?"
Les secrets pour une vente bien réussie ? Une bonne hôtesse, certes, mais aussi des petits prix : "Il y a beaucoup d'achat impulsif", explique Laurence. "Pour ma part, je pratique 30% de remise par rapport à mes prix boutiques".

Vincent GARNIER (www.lepetitjournal.com ? Espagne) mercredi 28 avril 2010

Laurence Leon ? Bijoux Lisa mia ? www.bijoux-lisamia.com
Catherine Duhamel ? Ardoises et zinc 3 s?urs et 1 frère ? www.3soeurset1frere.canalblog.com

Prochaine vente privée : jeudi 29 avril, quartier Arturo Soria. Renseignements : 693 47 02 66

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

DIPLOMATIE

Espagne-Cuba, 500 ans après

Le roi d’Espagne, Felipe VI de Bourbon, et la reine Leticia, sont en visite d’Etat à Cuba cette semaine pour commémorer les 500 ans de la fondation officielle de la ville de La Havane.

Entreprise

TECHNOLOGIES

V. Rosso, (ex BlaBlaCar): "Consentio est le WhatsApp du commerce"

Derrière Consentio, la plate-forme numérique qui vient révolutionner la commercialisation de l’un des secteurs phares de l’économie espagnole, celui des fruits et légumes, se trouvent deux Français

Expat Mag

Heidelberg Mannheim Appercu
MICRO-TROTTOIR

L’Allemagne va sanctionner le « Upskirting ». Elles témoignent

La curiosité est un vilain défaut comme le dit l’adage, surtout si c’est pour regarder sous les jupes des filles. L’Allemagne a décidé de sanctionner dorénavant les amateurs de clichés impudiques.

Sur le même sujet