SOCIETE – Le 12 octobre, jour de l'Hispanidad... et de l'armée

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 11/10/2010 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 09:28

Jour de l'Hispanidad célébré en Amérique latine depuis le XIXème siècle, c'est depuis 1958 ? et le régime franquiste ? que le 12 octobre, jour de la découverte des Amériques par Colomb, est fête nationale espagnole

L'Hispanidad est l'occasion annuelle pour l'Espagne de rendre hommage à ses forces armées, tradition qui a survécu au régime franquiste. C'est donc un honneur particulier, pour chaque ville d'Espagne comportant une garnison, de voir ses troupes défiler au c?ur de la capitale, comme en témoigne la presse locale. El pueblo de Ceuta se réjouit ainsi que la légion et les Regulares, régiment composé de Marocains et d'Espagnols basés dans l'enclave africaine, aient l'honneur de défiler devant la famille royale et les plus hauts dignitaires du pays. Une tradition qui pourrait sembler désuète mais qui pourtant séduit toujours autant les sujets de Juan Carlos II : selon une étude du Centro de investigaciones sociologicas que le ministère de la Défense ne se prive pas de rappeler, l'armée est actuellement l'institution la plus populaire auprès des Espagnols, forte de ses missions de formation de soldats afghans, de sauvetage en Haïti ou encore de lutte contre les incendies. Dans le même temps, Once, l'équivalent espagnol de la Française des jeux, lui dédicace son ticket de jeu du 12 octobre prochain.

Un héritage pourtant peu glorieux
Si chacun a l'occasion de connaître parfaitement les engagements des forces armées espagnoles, grâce notamment à la campagne publicitaire lancée par le ministère de la Défense à l'aune des défilés du 12 octobre, le rendez-vous n'en fait pas pour autant l'unanimité. Certains n'hésitent pas à la qualifier de tradition franquiste à peine maquillée par les successeurs du caudillo. C'est le cas du site d'extrême-gauche OtroMadrid.org, pour qui célébrer l'Hispanité est particulièrement de mauvais goût, lorsqu'on connaît les conséquences qu'a eu la découverte de l'Amérique pour les peuples indigènes, comme pour les millions d'esclaves africains déportés au cours des siècles, alors que, parallèlement, la plupart des pays d'Amérique latine célèbre cette année le bicentenaire de leur indépendance. Des critiques qui ne manquent pas de virulence et restent peut-être minoritaires, mais dont la pertinence ne fait pas défaut. Là encore, l'héritage franquiste n'a pas fini de faire parler de lui... On ne manquera donc pas, cette année encore, de voir en marge des défilés officiels, des contre-manifestations organisées dans toutes les grandes villes. A chacun son choix.

Bruno DECOTTIGNIES (www.lepetitjournal.com ? Espagne) Lundi 11 octobre 2010

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale