NAUFRAGE AU LARGE DES CANARIES – Le pétrôle du chalutier russe menace les plages au sud de l'île de Gran Canaria

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 06/05/2015 à 22:00 | Mis à jour le 07/05/2015 à 10:17

Depuis le 14 avril dernier, le naufrage du chalutier russe Oleg Naydenov au large des côtes des îles Canaries alerte les organisations écologistes. L'épave gît désormais à 2700 mètres de profondeur, et ne finit pas de déverser ses 1400 tonnes de fuel, à seulement 24km de la côte des dunes de Maspalomas au sud de l'île de Gran Canaria.

(Lieu du naufrage du navire / Photomontage CC pranav)

Dans la nuit du 23 avril dernier, leurs pires craintes se sont matérialisées : les premières boulettes de fioul ont été localisées sur les plages de Veneguera, situées à l'ouest de l'île de Gran Canaria. Quelques 50 personnes se sont alors mobilisées pour nettoyer la zone, mais il n'est bien sûr pas exclu que la marée noire puisse s'étendre au-delà, et qu'elle pollue le reste des côtes déclarée biosphère pour sa valeur écologique et la présence, entre autres, de diverses espèces de tortues et de dauphins.
Le 21 avril, un robot sous-marin envoyé par le gouvernement espagnol aurait localisé trois fuites dans la coque du chalutier, desquelles s'échappent "entre 5 et 10 litres de combustible par heure" d'après les propos de la ministre de l'équipement espagnol, Ana Pastor.

Les mesures mises en place
Le 6 mai, La Provincia (journal de Las Palmas, capitale des Canaries), a annoncé que l'opération pour sceller ces fuites et stopper l'expansion du pétrole dans l'Atlantique avait été lancée. Les deux robots sous-marins qui s'en occupent ont été envoyés de Norvège, et leur arrivée au port de Las Palmas est estimée pour vendredi ou samedi. En raison de la complexité de l'opération, quelques jours sont nécessaires pour la mettre en place. C'est l'entreprise Otech qui s'en charge, et qui aurait annoncé pouvoir commencer à travailler sur le chalutier à partir de la semaine prochaine.
L'ONG GreenPeace et son porte-parole espagnol Julio Barea ont insisté sur l'urgence de la situation, tout en affirmant comprendre la difficulté de l'opération, compte tenu de la profondeur à laquelle se trouve l'épave du chalutier aujourd'hui.

Alerte à la pollution
Les zones les plus touchées par l'expansion de pétrole pour l'instant concernent une grande partie de l'ouest de l'île de Gran Canaria : Perchel, Las Camellitas, Las Canteras, Veneguera et Los Secos.
Oceana, collectif écologiste, a assuré qu'une des zones de pêche les plus importantes de l'archipel avait ainsi été contaminée, abritant une multitude d'espèces telles que des sardines, des anchois, des thons ou encore des dorades.
Enfin, malgré le fait que les résidus de mazout aient déjà touché un des secteurs très touristiques de l'île, la Playa del Inglés et les dunes de Maspalomas, le ministre de l'Industrie et du Tourisme José Manuel Soria aurait déclaré, d'après El Diario, "être confiant pour que le secteur du tourisme dans les îles Canaries en 2015 ne soit pas affecté par ce désastre".

Alexia RICARD (www.lepetitjournal.com ? Espagne) Jeudi 7 mai 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale