Samedi 6 mars 2021

FORMATION – Pour un emploi garanti à la sortie de l'Université espagnole : quels cursus choisir ?

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 02/11/2014 à 23:00 | Mis à jour le 03/11/2014 à 03:48

Une étude menée par le ministère de l'Education espagnol en partenariat avec les universités montre que les cursus ayant le plus de débouchés professionnels actuellement en Espagne sont Médecine, Optique et Finances.

(Photo Banco de imagen y sonido)

L'étude est basée sur les chiffres d'employabilité des étudiants ayant commencé leurs études supérieures en 2009-2010. Elle révèle que 92,9% de ceux qui choisissent Médecine sortent avec un emploi en poche. Arrivent ensuite les étudiants en Optique qui sont 84% à s'insérer sur le marché du travail, suivis de près par les diplômés en Informatique, en Mathématiques et Statistiques et en Sciences de la santé. Sans surprise, les étudiants qui s'orientent vers les Sciences humaines, le Droit ou les Arts sont à la traîne : seulement 50% d'entre eux obtiennent un emploi. En dernière position se trouvent les licenciés en Histoire, en Lettres et en Ingénierie navale.

Les étudiants en décalage avec le marché du travail
Ces statistiques mettent en évidence le décalage entre les cursus les plus demandés sur marché du travail et ceux choisis par les bacheliers espagnols. Montserrat Gomendio, secrétaire d'Etat pour l'Education, la Formation Professionnelle et les Universités, signale que plus de la moitié des jeunes se dirigent vers les Sciences sociales et juridiques. Les études dans les domaines de l'Ingénierie, l'Architecture, la Santé, les Arts ou les Sciences Humaines sont aussi largement préférées. Par contre les Sciences arrivent loin derrière, seulement 5,95% d'étudiants choisissent cette branche.

Pour expliquer ce faible pourcentage d'étudiants scientifiques Montserrat Gomendio pointe le système éducatif lui-même. Elle s'appuie sur les résultats des tests PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) développés par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour mesurer les compétences des élèves dans les différents pays membres : les notes obtenues par les jeunes Espagnols en sciences ?sont très faibles?. Autre barrière qui bloque l'accès des bacheliers aux cursus scientifiques : la ?nota de corte?, note minimum requise à la ?selectividad? (l'équivalent du Baccalauréat), une note qui varie en fonction des universités mais qui reste particulièrement élevée (entre 8 et 10 sur 10).

Améliorer le système universitaire
Selon Montserrat Gomendio cette étude sur l'insertion professionnelle des étudiants devrait servir comme outil à la fois pour les universités et pour les étudiants eux-mêmes. L'objectif est de mettre en place un dialogue avec les Communauté Autonomes espagnoles et les Universités afin d'harmoniser l'offre de diplômes: ?il faudrait éviter qu'autant de d'établissements proposent les même licences?. Et côté étudiant ?connaître les chiffres d'employabilité peut guider le choix de tel ou tel cursus, surtout s'il n'existe pas de vocation claire?.

Retrouvez l'étude complète ici

Déborah GROS (www.lepetitjournal.com ? Espagne) Lundi 3 novembre 2014
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play


0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet