Mercredi 20 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AFFAIRE CONTADOR - Les Guignols de l'info sous le feu des critiques

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 09/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Deux jours après l'annonce de la suspension d'Alberto Contador, la polémique ne retombe pas en Espagne, exacerbée désormais par trois sketches des Guignols de l'info de Canal Plus France. Une dérision et un humour extrêmement mal perçus de l'autre côté des Pyrénées, qui ont suffi pour renforcer la théorie du complot au sein d'une partie de l'opinion publique

(Copie d'écran du site Youtube avec la dernière vidéo des Guignols)
Un joyeux retour de bâtons ou la mise en évidence d'une différence culturelle de premier plan en termes d'humour et de dérision ? Chacun aura une opinion, se fera sa propre appréciation, toujours est-il qu'en Espagne, tout le monde en parle. L'affaire Contador prend des tournures de polémique à la loi d'amplification exponentielle, avec désormais dans l'oeil du cyclone, les Guignols de l'info de Canal Plus France. Des marionnettes accusées... d'accusations outrancières et mensongères. Des marionnettes qui devraient ainsi prochainement répondre de leur humour et dérision devant un tribunal espagnol. Marche-t-on sur la tête ? Pas encore. Sur l'orgueil et la fierté de tout un pays, via la mise en cause de l'intégrité morale de son champion cycliste du moment, c'est une certitude.

" Les sportifs espagnols, ils ne gagnent pas par hasard ! "
L'objet du scandale ? Trois sketches de Canal Plus France, repris sur tous les réseaux sociaux et par nombre de médias espagnols. Le quotidien sportif madrilène Marca, par exemple, qui titrait dès mardi "Les Français attaquent le sport espagnol", avec la vidéo de la séquence accompagnée des sous-titrages pour garantir la compréhension. En deux heures, plus de 800 commentaires déchainaient leur rancoeur envers les Guignols et le pays voisin dans son ensemble. Comprenez : en Espagne, le sketch n'a fait rire personne, loin de là. Le sujet est sensible, pas grand monde ne souhaitant rire des présomptions de dopage de sportifs qui mettent un peu de baume au coeur d'un pays ravagé par la crise. Des champions comme une perfusion morale. Alors, manque d'humour ou susceptibilité poussée à l'extrême ? Le fait que ce soient les Guignols de Canal Plus France complique évidemment la problématique.
La première séquence, diffusée lundi soir, quelques heures seulement après le verdict de la sanction, met en scène l'une des icônes du sport espagnol, qui compte parmi les personnalités préférées des ses compatriotes, le tennisman majorquain Rafael Nadal, actuellement numéro deux mondial. Au volant de sa voiture, celui-ci s'arrête dans une station d'essence. Mais au lieu de faire le plein de manière classique, le sextuple vainqueur de Roland Garros urine dans le réservoir de sa Land rover. Le bolide devient incontrôlable et Nadal se fait flasher à 280 km/h.

La Fédération espagnole de tennis va attaquer Canal Plus en justice
La Fédération espagnole de tennis (RFET) n'a pas tardé à s'offusquer de ce sketch, annonçant son intention ferme d'attaquer en justice la chaîne cryptée, via un communiqué : "La Fédération espagnole de tennis va porter plainte contre Canal Plus France pour la diffusion d'une vidéo dans laquelle, en plus d'insinuations inadmissibles et injurieuses, la chaîne se permet l'utilisation du logo de la fédération". Le président de la RFET, José Luis Escañuela, ajoutait même toute son indignation à travers son compte Twitter : "A cette occasion, des limites intolérables ont été dépassées, et la fédération espagnole de tennis ne peut tolérer le déshonneur et les injures envers nos sportifs".
Le contentieux ne devrait pas en rester là, puisque d'autres fédérations sportives espagnoles, dont le logo apparaît dans la séquence, pourraient se rallier à la plainte. Cyclisme, football, volley-ball, automobile et voile, notamment. Le communiqué de la RFET est explicite : "La Fédération de tennis recherchera le soutien des autres fédérations espagnoles impliquées, pour une action juridique groupée contre cette vidéo". La fédération du sport automobile ibérique (REFA), elle, aurait directement alerté le Ministère des Sports espagnol afin qu'il sollicite son homologue français pour traiter le problème.
Hier après-midi, Canal Plus a également publié un communiqué en forme de réponse, dans lequel la chaine cryptée assume totalement la diffusion du sketch. "Les responsables du programme ne souhaitent pas entrer dans la polémique car s'ils le faisaient, cela ne cesserait jamais. Chaque jour, il y a des gens qui sont ne pas contents de nos parodies. La caricature est une tradition française et les Guignols font ça depuis de nombreuses années".

Canal Plus France n'entre pas dans la polémique mais répond avec ses marionnettes
Mais au-delà du cas Nadal, les marionnettes suggèrent dans cette séquence humoristique à la dérision aussi évidente que provocatrice, l'existence d'un dopage massif chez les sportifs espagnols. Plus que les images, la conclusion sans équivoque a fait l'unanimité contre elle. On peut y lire : "Les sportifs espagnols. Ils ne gagnent pas par hasard". Un message subliminal, aux habits d'allégation, reçu comme une véritable accusation par une grande partie de la communauté sportive espagnole.
Sur leur compte twitter, deux footballeurs du Real Madrid ont répondu sans équivoque. Et sans humour. Raúl Albiol estimant d'abord que "la jalousie est une déclaration d'infériorité ". Álvaro Arbeloa, ensuite, selon qui "Canal + a raison, nous ne gagnons pas par hasard, nous gagnons parce que nous sommes les meilleurs?C'est la vie !". Avec la dernière phrase en français dans le texte. En Espagne, la peur du péché de certitude n'effleure personne, quant à l'innocence de Contador.

 

De nombreuses insultes
Le site internet Youtube a même été contraint de quitter et bloquer les commentaires des vidéos concernant le sketch, "suite à de nombreuses insultes". Cette indignation quasi générale contre les Guignols (qui dépasse dans la majorité des cas la sphère des marionnettes), largement partagée par une grande partie des médias espagnols, franchissait un nouveau cap en début de soirée. Car si les responsables de la chaîne cryptée avaient officiellement choisi de ne pas entrer dans la polémique dans leur communiqué, ils avaient répondu la veille, à travers leurs marionnettes. Tout en subtilité. Une scénette tel un faux spot publicitaire, sur fond de campagne pour le don du sang dans les hôpitaux français, avec la voix off déclarant : "Donnez son sang, c'est donner la vie. En faisant un don vous pouvez : permettre à un enfant atteint d'un cancer d'être opéré, prolonger la vie d'une personne âgée anémique ou permettre à un accidenté de la route d'être transfusé. Mais, surtout en donnant votre sang vous pouvez gagner le Tour de France". Contador apparaît alors sur le podium final de la Grande Boucle en compagnie de plusieurs inconnus, également déclarés vainqueurs pour avoir donné leur sang au cycliste espagnol.
La chaîne a-t-elle souhaité souffler sur des braises brûlantes ou poursuivre dans sa ligne humoristique directrice ? Une nouvelle fois, les réactions ne se sont pas fait attendre. Si sur Youtube, plusieurs vidéos amateurs mettaient en scène un nouveau slogan à la mode, "Les sportifs français, ils ne perdent pas par hasard", les plumes des chroniqueurs se voulaient beaucoup plus acerbes. La deuxième provocation trouvait ainsi plus d'écho encore que la première.
... Et le troisième acte de la trilogie guignolesque n'allait pas décevoir. Hier en début de soirée, Iker Casillas (football), Pau Gasol (basket) et Rafael Nadal, trois des figures emblématiques du sport espagnol, signaient une pétition de soutien à Contador, avec... une seringue. Préambule à cette conclusion de la marionnette de PPDA : "La seule chose qui ne soit pas dopée en Espagne, c'est leur économie". Il ne se joue pas sur le même terrain, mais le match est lancé.
Décidémment, entre l'Espagne et les Guignols, il va ya avoir... du sport.

Benjamin IDRAC (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 9 février 2012

A relire : AFFAIRE CONTADOR - Va-t-elle raviver un sentiment anti-français ?

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Valence Appercu
INTERVIEW

BHL : "C’est trop facile de ne mettre en cause que les populistes"

Le philosophe et écrivain Bernard-Henri Levy est actuellement en tournée européenne pour sa pièce Looking for Europe. Lancée à Milan le 5 mars dernier, c’est à Valencia qu’elle sera présentée ce mercr

Sur le même sujet