TEST: 2271

L'écologie, au cœur de la saison culturelle de l'Institut français

Par Vincent GARNIER | Publié le 31/01/2021 à 11:50 | Mis à jour le 31/01/2021 à 11:56
Photo : Institut français d'Espagne
institut français espagne

Mercredi au sein de l'amphithéâtre de l'Institut français de Madrid a eu lieu la présentation de la TIFE 2MIL21, autour de la thématique "Une planète vivante". En dépit de la pandémie, l'opérateur coordonera cette année encore une série d'activités culturelles sur l'ensemble du territoire espagnol, dans un exercice multidisciplinaire où, on s'en doute, une grande partie des rdv sont prévus sous un format virtuel. Les deux parrains de cette saison culturelle, la cinéaste Isabel Coixet et le divulgateur scientifique Javier Santaolalla, ont apporté leur soutien à la TIFE, faisant valoir la part belle accordé dans l'Hexagone à la question culturelle et intelectuelle. 

 

L'Ambassadeur de France en Espagne, Jean-Michel Casa, n'a pas manqué de le souligner : "l'écologie, combat du siècle" selon l'Elysée, sera donc le thème central autour duquel gravitera toute la programmation de l'Institut français d'Espagne cette année. Dans le contexte Covid, l'urgence de la question écologique est plus que jamais d'actualité, et nous entraîne à "questionner nos formes d'habiter la planète et d'interragir avec les autres formes de vie", a souligné l'Ambassadeur. Sponsors de cette saison culturelle, les entreprises Orange, Carrefour et Enagas associent leur marque à ce combat.

 

Des références culturelles aux nouvelles générations

Pour Isabel Coixet, impossible de ne pas appuyer cette saison culturelle et l'engagement pour la protection de l'environnement qu'elle promeut. La cinéaste a estimé que la TIFE21 constitue "une fenêtre d'oxygène", dans un climat particulièrement anxiogène, marqué par la pandémie. Quant à l'écologie, "c'est une lutte qui va continuer, avec ou sans Covid", a-t-elle défendu. Le scientifique et divulgateur scientifique Javier Santaolalla a pour sa part évoqué "le pouvoir de la culture" et sa capacité à changer le monde. De son parcours au centre du Centre National d'Etudes Spatiales en France au Centre Européen pour la Recherche Nucléaire -le CERN- l'ingénieur espagnol qui a participé à la découverte du boson de Higgs a retiré une vocation pour la divulgation scientifique, qu'il profère notamment à travers de son canal Youtube. "Il faut donner des références culturelles aux nouvelles générations" a-t-il déclaré lors de la présentation de la TIFE, "à un moment où il est plus que jamais crucial de renforcer la place de l'éducation". 

 

tife 2021
Isabel Coixet / Institut français d'Espagne

Si avec la figure des "parrains" et "marraines" de la saison culturelle, l'Institut français entend donner depuis 2016 une visibilité à son action dans le pays, après notamment les actrices Rossy de Palma et Carmen Maura, les écrivains Javier Cercas et Antonio Muñoz Molina, les chanteuses Luz Casal et Silvia Perez Cruz, ou encore l'ex président du gouvernement espagnol Felipe Gonzalez, les deux personnalités espagnoles de cette année confèrent une teinture résolumment plus jeune à un discours -culturel, artistique, scientifique et philosophique- qui se doit de s'adresser aussi aux générations X,Y et Z. "Nous sommes la première génération à avoir pleinement conscience de l'urgence écologique", a ainsi évoqué Javier Santaolalla, "qui si elle ne fait rien, devra le mettre sur le compte de la négligence, et non de l'ignorance".

 

tife 2021
Javier Santaolalla / Institut français d'Espagne

En 2021 la saison culturelle sera donc articulée au sein des 6 centres dont dispose l'IF en Espagne -Madrid, Barcelone, Séville, Bilbao, Saragosse et Séville- autour de trois axes : "l'écologie, une affaire citoyenne", "se reconnecter : la culture au service du vivant" et "questionner la planète : la science au service de l'environnement". Dans un exercice multidisciplinaire, "le programme mettra en relief la place toujours plus importante que les préocupations environnementales occupent dans les pratiques artistiques, mais aussi dans les programmes éducatifs et de recherche", comme l'a souligné l'Ambassadeur. "Il participera aussi, à travers débats et ateliers, à la mobilisation citoyenne", a-t-il complété. 

 


Un cycle de rdv citoyens est donc à l'ordre du jour pour cette saison culturelle, grâce à des collaborations avec la Casa Encendida, le CCCB à Barcelone, ou les foires du livres de Madrid, Séville ou Valence notamment. Sont prévues les participations des collectif Nomad Garden (architecture) et The Sea Cleaners (préservation des océans), et les interventions d'intelectuels tels que le sociologue Bruno Latour, les philosophes Emilie Hache et Cynthia Fleury, ou encore du cinéaste Cyril Dion. Mais comme c'est de coutume, la TIFE explorera aussi les territoires des arts visuels -avec entre autres une sélection d'artistes français au cours du festival de vidéo expérimentale Proyector- ou les arts de la scène, avec la venue de plusieurs compagnies de théâtre françaises dans la Péninsule (contorsions et BMX avec "Écotone de 3.6/3.4 ; mouvement, son et vidéo avec "Les âmes boréales" de la Compagnie Christian & François BenAim ; musique en direct et poésie visuelle avec "Falaise", de Baro d'Evel). Le 9e art sera aussi à l'honneur, dans le cadre de l'année de la Bande-dessinée, qui se terminera en juin, avec les participations de Lewis Trondheim, Chloé Wary ou Keko. Electro ou pop, la musique sera aussi mise en avant -et pas que le 21 juin. Sont annoncées les contributions de Franck Vigroux et de Dj Anti plastik notamment, avant l'organisation d'une Fête de la musique "durable" et "éco-féministe". Sous la thématique "comment reconnecter les villes avec l'écologie ?", le cinéma sera aussi de la partie, en collaboration avec les festivals "Another Way Film Festival" et "Ecozine" par exemple. 

Marque de fabrique de la TIFE, le débat d'idée sera enfin et évidemment omniprésent tout au long de cette saison. On notera les contributions de l'astronaute Claudie Haigneré, des écologues Serge Morand et Simone Sommer, ou encore du célèbrissime mathématicien Cédric Villani.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale